Films

EuropaCorp, toujours dans le rouge, s’apprête à vendre sa filiale Digital Factory

Par Camille Vignes
14 décembre 2018
MAJ : 17 décembre 2018
9 commentaires

Entre les accusations d’harcèlement sexuel qu’il a reçu fin novembre et la dette d’EuropaCorp qui ne cesse de se creuser, 2018 aura été une année difficile pour Luc Besson.

EuropaCorp tente par tous les moyens de se remettre de ses performances décevantes au box-office et d’alléger son énorme dette, évalué à 236 millions d’euros. Et comme ce n’est pas son petit chiffre d’affaire du premier semestre 2018 de 81,4 millions d’euros (contre 140,2 au même moment en 2017) qui l’a épongée, la maison de production a décidé de se séparer d’une de ses filiales.

 

PhotoL’arme du crime

 

Les véritables ennuis ont commencé avec les très mauvais résultats de Valerian et la Cité des mille planètes. Avec un budget de 177,2 millions de dollars (hors marketing) il n’en a encaissé que 225,8 au box-office international.

Avec les échéances de remboursement de ses dettes qui se rapprochent et pour se sortir la tête de l’eau, EuropaCorp a donc décidé de vendre le studio Digital Factory au chinois Southbay, des studios avec qui Luc Besson a déjà travaillé (LucyTaken 3, Valerian et la Cité des mille planètes …). L’annonce de cette vente résonne particulièrement quand on se souvient de la rumeur du rachat du catalogue d’EuropCorp par Netflix et des réductions du personnel.

 

Photo Luc BessonSur le tournage de Valerian

 

Mais si cette vente est un coup dur, elle permettra peut-être à la société de se remettre sur les rails et de recentrer son activité, comme on l’apprend dans les colonnes de Variety :

« Comme annoncé précédemment, EuropaCorp se concentre désormais sur son activité principale, à savoir la production, et cherche à réduire ses frais généraux. »

Pour l’heure, si le futur de la maison de production de Luc Besson est incertain, elle a signé un accord avec Pathé pour la distribution de trois films ces trois prochaines années, dont deux sont déjà annoncés. Le premier est Anna, un thriller avec Helen Mirren et le deuxième, la suite du film Les Petits Mouchoirs de Guillaume Canet : Nous finirons ensemble.

 

Photo , Bruce WillisBruce Willis

Rédacteurs :
Tout savoir sur Valerian et la Cité des mille planètes
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
9 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Le Waw

Un jour peu être. La justice fera qu’il finisse en taule.

Number6

@grand monarque

Les mineurs ? Dommage qu’il ne s’attaque pas à une réalisation de Germinal

Anti

Ét canal plus sera vendu à HBO avec toutes les affaires que traînent Vincent Bollore quand à SFR sa sera racheter soit par Disney ou la Warner

Sharko

RIP l’empire Besson.

A Grand Monarque,
Vos propos sont à vomir.

triste

Au moins Besson a essayé de créer une industrie à partir de sa boite qui puisse atteindre la puissance d’Hollywood, en essayant de faire des choses pour le Grand Public. Qu’ont fait les autres prods ? Rien a par réclamer des subventions du CNC et des crédits d’impots à l’Etat, pour faire des films dignes des nanards, dont le public de ces films doit se limiter pour les 3/4 aux générations des années 20 à 70, car bon sur le net film français est devenu pour les générations internet, synonyme de NUL…