Les Avengers et Batman sont bien plus violents que les vrais méchants, selon une étude apparemment sérieuse

Prescilia Correnti | 7 novembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Prescilia Correnti | 7 novembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Chaque jour, plusieurs études sont diffusées sur la toile. Il y en a qui sont plus ou moins intéressantes, d’autres marrantes et certaines sont parfois assez… loufoques.

A l’heure du réchauffement climatique devenu un problème majeur mais bien trop souvent mis de côté, des cas de harcèlements sexuels qui ne cessent de se multiplier dans les couloirs d’Hollywood et de la "vraie" vie, et des nombreuses tragédies qui hantent les confortables écrans de télévisions, il y a des chercheurs qui ont décidé d’orienter leurs recherches vers un sujet plus… atypique.

En l'occurence : la violence dans les blockbusters hollywoodiens, et particulièrement du côté de Marvel et DC, des Avengers à Batman v Superman : L'Aube de la justice. Une violence qui serait davantage présente du côté des super-héros que chez les super-vilains. Ils vous expliquent pourquoi.

 

Photo Jeremy Renner"Une fois, j'ai vu la mort de près. Oué. C'était pas beau."

 

DES SUPER-HÉROS BARBARES

Un peu plus sérieusement cette fois, cette étude lancée par des chercheurs au sein de l’Université de Pennsylvanie (et relayée par IFL Science) tend à démontrer que les héros dans les films mettant en avant des gentils, supposés faire le bien tout en sauvant la veuve et l’orphelin, sont en réalité des menaces ambulantes. Cette observation met en évidence le « pourcentage » de violence véhiculée par un super-héros, qui est bien plus accru que celui d'un méchant.

Pour ce faire, ces chercheurs se sont principalement concentrés sur les 10 films les plus rentables en 2015 et 2016. On y retrouve donc des titres comme Avengers : l'Ère d'Ultron, Suicide Squad, Captain America : Civil War ou encore Batman v Superman : L'Aube de la justice. Il est donc attesté qu’en moyenne les méchants commettraient 18 actes violents par heure, tandis que les héros en exécuteraient 23 par heure. Ces « actes » vont de de la dégradation à l'homicide (involontaire pour les héros).

 

Photo Elizabeth Olsen"COURS WANDA, ils savent ce qu'on a fait !!"

 

LA FACE CACHÉE DES HÉROS

Encore plus étrange, il est aussi prouvé que les super-héros ont commis 168 meurtres au cours de leurs films contre 93 pour les super-vilains. Finalement, la seule fois où ces méchants auraient remporté la coupe, c’est lorsque les chercheurs ont évalué le nombre d’actes d’intimidation, brimades ou tortures. Quand même, il faut pas trop déconner.

Et pour vous prouver la bonne foi de cette étude, on va tâcher de vous l’illustrer à travers quelques exemples. En tout premier lieu, Captain America : Civil War. L’intitulé du synopsis officiel est d’ailleurs une preuve en elle-même : " […] à la suite de leurs interventions qui a causé d’importants dégâts collatéraux, le gouvernement décide de mettre en place un organisme de commandement et de supervision."

Si vous vous rappelez bien dans le film, ces « dégâts collatéraux » référent surtout aux évènements tragiques intervenus dans Avengers : l'Ère d'Ultron où la ville de Sokovie a été quasiment détruite, faisant de nombreux morts et blessés. Dans la suite d'Avengers, Scarlet Witch et Quicksilver étaient d'ailleurs à l'origine menés par le désir de venger la mort de leurs parents, tués par une bombe estampillée Stark alias l'héroïque Iron Man.

 

Photo Anthony Mackie, Robert Downey Jr."Bonjour, bienvenue dans le groupe des super-héros qui tuent des gens"

 

Captain America : Civil War ne fait guère mieux. Le long-métrage commence d’ailleurs avec un attentat à la bombe, entraînant la mort de plusieurs civils dont des ressortissants du Wakanda (Black Panther), en partie à cause de Wanda, qui a rejoint le camp des gentils. Du côté d’Iron Man, après avoir donné un discours aux étudiants de MIT, Tony Stark (Robert Downey Jr.) est confronté par la mère d’une victime durant la bataille des Avengers contre Ultron en Sokovie. Les actes rattrapent donc les super-héros.

Du côté de DC, même si le film ne fait pas partie de l’étude, Man of Steel a fait l’objet de nombreuses critiques pour sa description de la destruction aveugle et folle de son protagoniste. Sorti un peu plus tard, Batman v Superman : L'Aube de la justice a tenté d'adresser le problème : il s'ouvrait sur un autre point de vue sur la destruction de la ville, et le personnage de Wallace Vernon Keefe en était la victime meurtrie, par laquelle la violence revenait dans la face des héros. Par ailleurs, le côté destructeur du film est accentué tout au long de l’intrigue à travers la rancune de Bruce Wayne envers l’Homme d’acier.

 

Photo Ben Affleck"Heureusement, tu n'es plus là pour voir tout ça mon petit Robin"

 

Néanmoins, il est important de souligner que ces résultats peuvent être légèrement biaisés en fonction de plusieurs facteurs. Primo, le fait est que les super-héros disposent d’un temps d’apparition à l’écran supérieur par rapport aux méchants, sans parler du besoin presque « viscéral » d’un très large public de voir les héros gagner au bout du compte, même s’ils doivent pour cela passer par des moments plus extrêmes.

Dans un second temps, les actes les plus barbares et meurtriers d’un méchant se passent généralement hors-champ, dans le but de préserver le PG-13 d’une grande majorité de films de super-héros. Pour la blague, si jamais l’étude devait prendre en compte le fameux « snap » de Thanos dans Avengers : Infinity War, elle aurait sûrement basculé en faveur des méchants.

 

photo, Josh Brolin"J'attendais le moment où ça allait encore retomber sur ma tronche"

Tout savoir sur Avengers : L'Ère d'Ultron

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Jonathan
08/11/2018 à 10:22

"Dans certaines situations, le monde n'a pas besoin de heros, mais de monstre" -Dracula Untold

Ikky
07/11/2018 à 18:50

@the riddler, dans la serie Doctor Who cela fonctionne ????

Lola
07/11/2018 à 14:14

Ptdr

Ashe30
07/11/2018 à 13:46

Étude stupide... quand on prend Uniquement les films qui justement traitent du sujet des responsabilités des héros et de leurs dommages civils. Comme Civil War et Batman v Superman, constat suite à des évènements orchestrés dans les films précédent volontairement orienté pour cela. Très peu de héros tuent volontairement (seul Strange et Stark ont un mort sur les bras chez marvel).
Chez DC les environnements chaotique et dévastés sont trop sujet à grand spectacle il est vrai. A coup de fond vert, aux lieux dévastés en image de synthèse, à moindre coup. Poussière, flammes et particules à outrances pour cacher un manque d'investissement dans la mise en scène en lieu réel. Je ne crois pas que ces films soit à prendre comme unique jauge du bon agissements des héros. Par ailleurs suiside squadron est constitué de Vilain, et non de héros, cela fausse le sondage. Les aventures solutaire des héros sont plus à même de nous offrir un modèle juste.

the riddler
07/11/2018 à 13:25

Peut on combattre le mal avec des bisous ?

Dirty Harry
07/11/2018 à 13:17

Cette logique de récit soutenant la violence du héros a très bien été démontrée/chahutée dans Funny Games d'Haneke. Tout à été déjà dit sinon...

QUISQUOSE
07/11/2018 à 12:40

Ouf, la recherche avance...

votre commentaire