Un ponte de la Paramount explique enfin pourquoi The Cloverfield Paradox n'est pas sorti au cinéma

Christophe Foltzer | 28 mars 2018
Christophe Foltzer | 28 mars 2018

S'il faut reconnaitre une qualité à la saga Cloverfield, c'est bel et bien la manière dont sont vendus les différents films. Alors qu'on scrute l'arrivée du quatrième opus, on revient sur l'affaire Cloverfield Paradox.

Ah ça, on peut dire que J.J. Abrams et son équipe manient à la perfection les arcanes du marketing. Au moins il y en a qui s'amusent comme des petits fous, c'est déjà ça. Et nous en avons encore eu la preuve très récemment avec la sortie surprise de Cloverfield Paradox sur Netflix alors que personne ne l'attendait aussi tôt.

 

Photo Cloverfield Paradox

 

Petit rappel des faits : il se murmurait depuis un long moment que The Cloverfield Paradox sortirait uniquement sur Netflix même si personne n'avait de date de diffusion exacte. Pourtant, tout le monde sentait que ce serait imminent. D'ailleurs, on s'attendait tous à ce que le trailer diffusé durant le Superbowl, en février dernier, nous informe à ce sujet. Quelle ne fut pas notre surprise quand, en découvrant la bande-annonce, nous avons également compris que le film avait été lancé en parallèle sur Netflix. The Cloverfield Paradox était donc diffusé en douce, créant un petit choc dans la communauté. Un coup de génie marketing qui a permis de mettre le film sur le devant de la scène en dépit de sa qualité toute relative.

Alors qu'on scrute l'horizon concernant le nouveau volet, Overlord, et qu'on s'attend à se faire avoir une nouvelle fois, l'un des pontes de la Paramount, Andrew Gumpert, a enfin expliqué au micro de Variety pourquoi The Cloverfield Paradox n'était pas sorti au cinéma mais uniquement sur Netflix :

 

Photo Cloverfield Paradox

 

"Le film était terminé et nous l'avons vu tous ensemble avec J.J. Abrams et son équipe. Nous avons tous décidé qu'il y avait des aspects du film qui nous contraignaient à suspendre son exploitation commerciale dans un sens traditionnel. En le vendant à Netflix, c'était le moyen pour nous d'être prudents d'un point de vue économique et de le monétiser. En ce qui concerne les fans de Cloverfield, cela a permis à plusieurs millions de personnes supplémentaires de voir le film. C'est donc positif à tous les niveaux."

Ok, c'est très bien, maintenant on va poser notre "filtre anti langue de bois" si vous le voulez bien. En gros, on peut comprendre la chose suivante : "Notre film à 40 millions de dollars de budget était tellement nase qu'une sortie cinéma aurait été du suicide. Alors, plutôt que de se planter, on l'a joué à la fourbe, en le refilant à Netflix, qui de toute façon accepte n'importe quoi, et on l'a sorti sans prévenir personne comme ça les gens seraient curieux. Ah ah ah, on est trop balèzes quand même, quand on s'y met."

Voilà, comme ça, c'est tout de suite plus clair.

 

Photo Chris O'Dowd

commentaires

Karkass
28/03/2018 à 13:31

Merci, c'est tout de suite beaucoup plus clair !

vins62370
28/03/2018 à 11:08

en même temps dernièrement Paramount a connu plus d'échec ou de succès relatifs que des montagnes de billet je ne sais pas quel est leur dernier gros succès mais je pense qu'ils doivent miser gros sur MI-6

Galamoth
28/03/2018 à 09:39

"Cloverfield" c'est comme "the blair witch project", typiquement le genre de film qui n'a pas besoin de suite. En fait plus on essaye d'expliquer les choses et plus l'essence de l’œuvre en elle même s'enfonce.... Dommage.

Bob
28/03/2018 à 09:07

Mr Foltzer, vous devriez faire traducteur politique, votre talent serait très utile !

plisskfred
28/03/2018 à 08:59

héhé, excellente traduction langue de bois->français

votre commentaire