Weinstein : Rose McGowan répond à sa "tentative de slut-shaming", et remet Ben Affleck de son côté

La Rédaction | 1 février 2018 - MAJ : 13/02/2020 11:48
La Rédaction | 1 février 2018 - MAJ : 13/02/2020 11:48

L'actrice Rose McGowan critique le démenti de ses accusations par Harvey Weinstein et au milieu coule Ben Affleck.

Harvey Weinstein est enfin sorti du silence et a publié hier un communiqué dans lequel, par la voix de son avocat, il réfute les accusations de viols à son encontre par Rose McGowan. On vous conseille de la lire afin de bien comprendre la réponse de cette dernière, dont la déclaration (par la voix de son réprésentant) comporte des références directes à celle du producteur en disgrâce.

Cette dite déclaration, du représentant de l'actrice, est aussi enflammée que d'habitude (mais moins grossière) et stipule :

 

Extrait interview (screenshot)Harvey Weinstein

 

« La déclaration d'hier de M. Weinstein et de son avocat Ben Brafman prouve sans équivoque une continuelle tentative de diffamer, leurrer et "slut-shame" Rose McGowan. C'est un affront non seulement pour Rose mais aussi pour les centaines de femmes qui ont raconté les harcèlements, les abus sexuels et les viols perpétrés par M. Weinstein et les autres comme lui. C'est une triste, pathétique et ringarde tentative sexiste de décrédibiliser une vérité évidente et cette déformation de la vérité ne sera plus tolérée. La "performance", c'est lui et ses complices, et ce sont de mauvais acteurs.

M. Weinstein a utilisé son pouvoir pour abuser de Rose de bien trop de manières, faisant même appel comme cela a été prouvé à des stratégies d'espionnage pour couvrir ses crimes. Le communiqué publié hier par son avocat de sous-catégorie prouve de plus clairement que M. Weinstein était en train de cibler et de faire pression sur des potentiels témoins trois mois avant que la première allégation de viol ne fasse surface dans les médias.

 

ben affleck sadBen "laissez moi tranquille au secours" Affleck

 

De plus, la "preuve" par e-mail présentée par Ben Affleck et l'ancienne manager de Rose, Jill Messick, datée du mois de juillet de l'année dernière à déjà été annulée - par Affleck lui-même sur le plateau du Today Show dans une déclaration de soutien à Rose ("Je crois Rose, je la soutiens") en novembre 2017 et par l'assistante de l'époque de Jill Messick, Anne Woodward, comme le New-York Times l'a rapporté en octobre dernier.

Ces crimes ont également été examinés avec diligence par un journal de renom, le New-York Times, ainsi que par la couverture incroyable détaillée de Ronan Farrow dans le New-Yorker. La tentative de la part de M. Weinstein de discréditer Rose n'est qu'une partie de sa campagne de 20 ans pour la réduire au silence, prouvant clairement qu'il EST le monstre que tant de femmes l'ont accusé d'être.

Comme tant d'autres participantes du #MeToo, Rose continue de repousser une pensée enracinée et une structure de pouvoir corrompue. Elle n'en dira pas plus. La vérité peut être consultée dans son travail, son livre, Brave, dans la crudité de Citizen Rose et dans la musique, les paroles et l'émotion de Planet 9. Il est temps que les voix de la vérité soient entendues et il est temps que les mensonges s'arrêtent."

Ben Affleck et Jill Messick ont été contacté par The Wrap, mais aucun des deux n'a souhaité répondre.

 

Photo Planète Terreur

commentaires

Crystal-du-Ciel
07/07/2019 à 12:26

Quand je voit certains commentaires je me dit que toute l'espèce humaine est devenue perverse . Rose s'est soulevés avec difficulté, beaucoup se serait tus. ELLE N'ON! Comment ont peut se permettre de juger alors que vous n'avez jamais rien eût à vivre de difficile ou d'insurmontable seulement vous êtes les moutons d'une société qui vous dirigent l'esprit

trashyboy
02/02/2018 à 10:35

Comme l'a déjà remarqué Ckda, le placement de ses différents travaux (chanson, livre, court-métrage) à la fin aurait plutôt tendance à décrédibiliser la démarche, ou en tout cas à nuire (puisque niveau crédibilité je pense qu'elle a tout ce qu'il faut pour prouver les choses). Je ne suis vraiment pas convaincu qu'il soit judicieux de dire que les paroles de ses chansons ou les écrits qu'elle a pu faire sont des éléments de réponse quant à ce qu'elle a pu vivre (quand bien même on sait que l'écriture est un bon exutoire).

STEVE
02/02/2018 à 10:30

Weinstein doit être un pervers mais elle a l'air d'être une hystérique

Kom
02/02/2018 à 09:59

"L'argument" de Victor Salva est donc LE truc à sortir à chaque fois.
Oui, le sujet mérite d'être abordé, notamment avec elle. Mais le sortir comme pour balayer ce qu'elle dit, ce qu'elle raconte, ça me semble étrange.
Entre ça, et les "pourquoi bidule n'a pas parlé plus tôt", "en même temps elle était habillée comme ça", "en même temps elle a une carrière pourrie et cherche donc à faire parle d'elle", "en même temps elle a un jour été prise en photo avec Weinstein"... on a une liste d'arguments sortis systématiquement pour à peu près toutes ces femmes qui parlent. Comme si certains attendaient la victime parfaite, propre sur elle, blanche comme neige.

Quant au cul de Jason Momoa et l'idée de le faire dans l'autre sens : justement, la discussion est sur ça, on n'a pas traité les hommes et femmes de la même manière. Historiquement, socialement, légalement. Remettre tout sur le même plan là, de cette manière, alors même que le débat fait rage sur les différences profondes et qui ne datent pas d'hier... là encore, simplification extrême je dirais.

PS : je ne cherche pas à faire une guerre de commentaires, aucune envie de tomber dans l'insulte, dans "j'ai raison t'as tort", comme ça arrive bien trop souvent

babar77
02/02/2018 à 09:41

Il est à noter que dans la même interview elle dit au sujet de Jason Momoa
" Jason’s ass is epic. When I saw his backside naked, I was like, Oh, my. He’s got a beautiful body, because it’s not all Mr. Steroid. He looks raw and masculine."
SI on avait dit la même chose à son sujet peut-être aurait-elle crié au harcèlement.

babar77
02/02/2018 à 09:37

bizarre qu'elle s'indigne d'un Weinstein alors qu'elle a joué dans le films du pédophile "Victor Salva", le réalisateur de Jeepers Creepers. Le nom du film est Rosewood Lane. à l'occasion d'une interviewelle a été interrogée par le magazine "advocate" Le journal lui dit : Well, Salva is a convicted and registered sex offender, which might account for some social awkwardness.
Voici la réponse de MCGowan:
Yeah, I still don’t really understand the whole story or history there, and I’d rather not, because it’s not really my business. But he’s an incredibly sweet and gentle man, lovely to his crew, and a very hard worker.
Bizarre de s'indigner d'un Weinstein d'un coté et de défendre et tourner pour un pédophile de l'autre coté.
Un peu comme Eva Green qui dénonce Weinstein et qui tourne pour Polanski dans son dernier film.
Mes propos n'ont aucunement l'intention de défendre Weinstein.
Juste de pointer du doigt ce qui me semble être hypocrite et incohérent.

Ckda
02/02/2018 à 01:24

Très classe le placement de produit.

votre commentaire