Qui est le plus nul : Bad Buzz ou Le Prix Du Succès ? Réponse avec la liste des 20 plus gros flops du Box Office français 2017, entre injustices et punitions

Lino Cassinat | 2 janvier 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Lino Cassinat | 2 janvier 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Bienvenue au salon des refusés, ceux dont personne n'a voulu en France en 2017, pour le meilleur et pour le pire.

Le site PureMedias a publié un calcul des films ayant réalisés le moins d'entrées en France l'année passée, ceux qui n'intéressaient personne, qui ont été rejetés ou tout simplement ceux qui étaient trop mauvais, quand ce n'est pas une désastreuse combinaison des trois en même temps. En préambule, faisons un rapide point méthodologique : les chiffres viennent de CBO, qui décompte les entrées, et les films sont classés en fonction des entrées du pire au moins pire. À cela, on vous fournit aussi le nombre de spectateurs par copies, indice révélateur qui permet de relativiser certains échecs... ou de les souligner.

 

Photo last faceÀ la recherche du cinéma

 

Avant de passer à la distribution de bonnets d'âne, sachez enfin qu'ont été écartés les documentaires et les films pour enfants, ainsi que les films sortis au mois de décembre encore en exploitation. Maintenant que toutes les consignes de sécurité ont été données et que vous avez mis vos gants, voici sans plus attendre la liste des 20 films ayant fait le moins d'entrées en France en 2017. On se retrouve après pour tenter de repêcher les quatre qui peuvent l'être... et attacher des poids aux deux qui ne le méritent pas.

 

LES 20 PLUS GROS FLOPS DE 2017

 

"Outsider" avec Liev Schreiber et Elisabeth Moss

21.600 entrées dans 123 salles
175 spectateurs par salle

"Plonger" de Mélanie Laurent avec Gilles Lellouche
34.800 entrées dans 118 salles
295 spectateurs par salle
Budget de 5,2 millions d'euros

"Demain et tous les autres jours" avec Noémie Lvovsky et Matthieu Amalric
36.300 entrées dans 122 salles
298 spectateurs par salle
Budget de 6,9 millions d'euros

"Borg McEnroe" avec Shia LaBoeuf
38.900 entrées dans 114 salles
341 spectateurs par salle

"Le Fidèle" avec Matthias Schoenaerts et Adele Exarchopoulos
40.400 entrées dans 164 salles
246 spectateurs par salle

"On l'appelle Jeeg Robot", film italien de Gabriele Mainetti
41.300 entrées dans 130 salles
318 spectateurs par salle

"The Last Face" de Sean Penn, avec Javier Bardem et Charlize Theron
42.600 entrées dans 250 salles
170 spectateurs par salle

"7 jours pas plus" avec Benoît Poelvoorde et Alexandra Lamy
48.300 entrées dans 135 salles
358 spectateurs par salle

"Bad Buzz" avec Eric et Quentin
49.400 entrées dans 272 salles
181 spectateurs par salle
Budget de 3,8 millions d'euros

"Comment j'ai rencontré mon père" avec François-Xavier Demaison
51.300 entrées dans 117 salles
438 spectateurs par salle
Budget de 3,6 millions d'euros

"Patti Cakes", drame américain de Geremy Jasper
51.600 entrées dans 140 salles
368 spectateurs par salle

"Traque à Boston" avec Mark Wahlberg et Kevin Bacon
61.100 entrées dans 160 salles
382 spectateurs par salle
Budget de 45 millions de dollars

"Going to Brazil" avec Vanessa Guide et Alison Wheeler
63.300 entrées dans 178 salles
356 spectateurs par salle

"Nos patriotes" avec Marc Zinga, Alexandra Lamy et Louane
63.700 entrées dans 199 salles
320 spectateurs par salle

"Quelques minutes après minuit" avec Sigourney Weaver et Felicity Jones
71.200 entrées dans 226 salles
315 spectateurs par salle

"Baby Phone", comédie avec Medi Sadoun et Anne Marivin
91.400 entrées dans 265 salles
345 spectateurs par salle
Budget de 3,1 millions d'euros

"Le Prix du succès" avec Tahar Rahim et Maiwenn
100.300 entrées dans 233 salles
431 spectateurs par salle

"De plus belle" avec Florence Foresti et Mathieu Kassovitz
101.000 entrées dans 240 salles
421 spectateurs par salle
Budget de 5,0 millions d'euros

"T2 Trainspotting" de Danny Boyle avec Ewan McGregor
102.200 entrées dans 254 salles
402 spectateurs par salle
Budget de 18 millions de dollars

"The Last Girl" avec Gemma Arterton et Glenn Close
111.175 entrées dans 464 salles
240 spectateurs par salle

 

RATTRAPAGES

 

Outsider

Pour ceux qui l'ont vu, il est triste de constater que Outsider est le film qui a le moins intéressé l'intégralité de la population française en 2017. Le biopic sur Chucke Wepner, le vrai boxeur amateur ayant défié Mohammed Ali et inspiré le personnage de Rocky est très bien troussé. Très réussi formellement et touchant à bien des égards, le film vaut largement d'être rattrapé à la maison si le coeur vous en dit et si vous êtes en manque de boxe.

 

Photo Liev SchreiberLiev Schreiber est Chuck Wepner

 

Quelques minutes après minuit

Formellement somptueux, d'une précision psychologique remarquable et d'une poésie qui empreinte autant à Charles Laughton qu'à Steven Spielberg, le film de Juan Antonio Bayona est un rêve embué de larmes, accueilli mollement par la presse et ignoré par le public, qui ne savait trop de quoi traitait le métrage. A redécouvrir d'urgence.

 

Photo Sigourney WeaverSigourney Weaver à hauteur d'enfant

 

The Last Girl

Adaptation d'un best-seller malin, autant que transposition de plusieurs thématiques puissantes du jeu The Last of Us, The Last Girl renouvelle avec malice le film de zombies contemporain et nous a offert quelques unes des séquences les plus remarquables de l'année, notamment une ouverture quasi-muette absolument étouffante.

 

Gemma ArtertonUn film magnétique

 

Traque à Boston 

Depuis ses début, Peter Berg traque avec inquiétude la sève de l'Amérique et ne cesse de se demander, ce que peut bien être au fond, un héros. Quaterback déchu renvoyé à sa médiocrité ? Navy Seal perdu en territoire ennemi ? Ouvrier pétrolier broyé par de puissants capitalistes ? Ici, l'Amérique se cherche, meurt et renaît le temps de quelques heures, quand Boston se déchire, saigne puis s'unit pour retrouver les terroristes qui ont attaqué le marathon annuel.

 

Photo Michelle MonaghanMark Wahlberg est devenu le visage de l'américain moyen

 

PAS RATTRAPAGES : THE LAST FACE / BAD BUZZ

Passons rapidement sur les ambulances The Last Face et Bad Buzz, qui n'ont pas volé leurs volées de bois vert. Accouchés par le mauvais orifice, ces deux films atterissent logiquement dans les toilettes de l'histoire du cinéma, lieu dans lequel ils ont toujours été destinés à être envoyé par souci de salubrité publique. Ne restera d'eux que la trace maronnasse d'un imbuvable mélo occidentalo-paternaliste en mode "Ken et Barbie en classe verte Ebola" pour l'un, et les grumeaux collés d'un film charlot comico-mongoloïde pour l'autre. 

 

Photo Quentin Margot, Eric Metzger, Razane Jammal...Bon sérieux, tutévukantabu ? Il faut rentrer à la maison là, allez.

Tout savoir sur The Last Face

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Arriflex
03/01/2018 à 18:06

@Rorov94
Je suis d'accord à 100%.
Ne pas oublier non plus que chaque année la France produit en moyenne 220 films, et sur les 220 il y en a peut être 6 ou 8 qui rentrent dans leurs frais ou font un bénéfice, tout les autres son souvent des échecs.
Donc quand on nous dit dans les médias "Le cinéma Français se porte bien" c'est faux, c'est 6 à 8 films qui monopolisent presque l'intégralité des recettes pour le cinéma Français.
Mais on continue de faire des films sans se soucier de rien car tout est subventionner, on appel ça l'exception culturelle. Vous avez tout ces acteurs, réalisateur qui prennent les sous, se payent de bon salaires avec, font le film et si le film marche tant mieux il gagnent plus, si le film ne marche pas, pas grave ils se son quand même bien payé avec et savent qu'il pourront faire un nouveau film si besoin sans devoir se justifier de l'échec du précédent...
Sans oublier de dire que toute ses subvention etc son distribué via copinage et le CNC préfère donner pour un 2 pièce cuisine que pour quelque chose d'original.
Pour conclure je me souviens d'une masterclass donnée par Paul Verhoeven il y a 10-12 ou il disait quelque chose dans ses lignes "Quand on vous donne de l'argent pour faire un film vous avez la responsabilité au moins de récupérer cet argent..." Ou Ridley Scott qui dit que le cinéma c'est 50% de l'art et 50% du business. Des concepts que la France ne connait pas.

corleone
03/01/2018 à 15:28

Outsider est un bon film très touchant.

MystereK
03/01/2018 à 13:41

Dommage pour "On l'appelle Jeeg Robot" qui vaut bien meux que ça. Mes amis qui ont vu "Traque à Boston" et "The Last Gril" m'en ont dit du bien pour le premier, et beaucoupde bien pour le second. Une séance de rattrapge s'impose.

Cedrx
03/01/2018 à 11:52

3,8 millions de budget pour Bad Buzz, oui ça fait mal.
Bien qu'il soit sorti en décembre, Star 80 la suite avec 20 millions de budget et moins de 300 000 entrées est aussi un beau flop à tous les niveaux, tous.

Rorov94
03/01/2018 à 00:25

Je ne me fait pas de soucis pour les «artistes français»de ce sublime classement:
Il y a du«fils ou fille de...»,«du ex de..»,du «maqué avec...»,un peu d'esprit c(anal),un peu de «copain/pine de...»...
Cinoche subventionné avec nos impôts.
Aucuns comptes à tendre auprès du public.
L'oligarchie du 7ème art français.
Aux states,tu rate,tu raque!
Comme disaient Dieudonné et les inconnus:«...j'me comprends!»

Dirty Harry
02/01/2018 à 19:26

J'avais bien aimé votre critique de the Last Face, qui montrait le décalage de Penn avec le monde dans lequel on vit...Traque à Boston vaut entre autres pour sa BO de Trent Reznor et Atticus Ross qui ont fait un beau travail.

votre commentaire