Hollywood et casting douteux : le jour où un producteur a dit à Jennifer Lawrence qu'elle était "parfaitement baisable"

Alexandre Janowiak | 18 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Alexandre Janowiak | 18 octobre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Les témoignages des actrices hollywoodiennes se multiplient et les histoires sont de plus en plus ahurissantes.

Avant de devenir la star hollywoodienne d’aujourd’hui, de remporter un Oscar en 2012 pour Happiness Therapy et de dévoiler son talent à chacune de ses nouvelles apparitions au cinéma (superbe dans mother !), Jennifer Lawrence a subi le système hollywoodien et ses méthodes douteuses.

Si elle a expliqué n’avoir eu aucun problème d’harcèlement ou d’agression avec Harvey Weinstein, l’actrice de 27 ans est cependant revenue sur des moments douloureux de sa jeune carrière lors du Elle’s Women à Hollywood. Elle a ainsi raconté une « expérience dégradante » lors d’un casting plus que douteux :

  

Photo Jennifer LawrenceJennifer Lawrence dans le troublant mother!

 

« Quand j’étais plus jeune et débutante, les producteurs d’un film m’ont demandé de perdre 7 kilos en deux semaines. Totalement fou, hein ? Avant moi, une fille avait été renvoyée parce qu’elle n’avait pas perdu assez de poids, assez vite.

Pendant ce temps, une productrice m’a fait faire un line-up nue avec cinq filles beaucoup plus minces que moi. Nous sommes debout côte-à-côte avec seulement du ruban pour cacher nos parties intimes. Après ce line-up dégradant et humiliant, la productrice m’a dit que je devrais utiliser mes photos nues du shooting comme une inspiration pour mon régime. »

 

Photo Hunger Games"Hé toi là bas, tu me dis que je suis grosse encore une fois je te plante !"

 

Du coup, Jennifer Lawrence est allée voir le producteur pour discuter des méthodes de casting étrange :

« J’ai demandé à voir un producteur pour ce régime irréaliste et il m’a répondu qu’il ne comprenait pas pourquoi tout le monde me trouvait grosse. Pour lui, j’étais "parfaitement baisable" »

Cette histoire, Jennifer Lawrence a expliqué l’avoir caché durant toutes ces années pour éviter d’être considérée comme « une dénonciatrice. Je me suis laissé traité de cette manière parce que j’avais l’impression que je devais le faire pour ma carrière. »

Hollywood, ton univers impitoyable...

  

Photo Jennifer Lawrence"- Vous êtes parfaitement baisable ! - Sorry what ?"

Tout savoir sur Jennifer Lawrence

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
ClikClic
20/10/2017 à 11:55

" Des pétasses , tout simplement ..."
Pourquoi tant de haine - 95200

Sallah
19/10/2017 à 12:30

@LeRealiste

Le mot clé étant "l'impression". Preuve que c'est pas une vérité. Et qu'on parle d'une fille alors très jeune, inexpérimentée.

Dingue de voir que si le système (on parle pas de Hollywood : En France une femme qui dénonce les avances ou harcèlement d'un supérieur a énormément de chances d'être virée, voir les nombreux témoignages à ce sujet) est tordu et incite les femmes à se taire car "tout le monde l'accepte donc peut-être que c'est pas grave", on va le reprocher aux victimes. Et pas aux puissants et ceux qui abusent de leur pouvoir.

LeRealiste
19/10/2017 à 12:24

«« une dénonciatrice. Je me suis laissé traité de cette manière parce que j’avais l’impression que JE DEVAIS LE FAIRE POUR MA CARRIÈRE. »

=> Je me suis arrêté là. Ces hypocrites me dégoûtent, tu te laisses insulter à cause de ta carrière puis tu viens râler après...

Totempkof
19/10/2017 à 10:52

@Kolby

Faudra noter que la violence est des deux côtés. Y'en a qui sont excédés par les commentaires "malencontreux" sur les victimes (et je peux le comprendre, surtout si tu es toi-même victime ou proche d'une victime, par ex)... et j'ai lu des choses affreuses, insultantes, d'une brutalité folle, de gens qui parlent des victimes, des femmes, et nourrissent le problème et la mentalité dont on parle ici. Des mots parfois modérés et effacés, heureusement.
Le dialogue de sourd n'est pas à plaquer sur un seul "camp" hein, j'espère que tu en as conscience... C'est d'autant plus compliqué d'en parler qu'on se retrouve parfois à sortir des évidences à mon sens, sur la honte et la culpabilité et l'horreur du côté de la victime, qui se retrouve accablée pour tout et n'importe quoi, comme expliqué dans mes précédents messages.

Kouak
19/10/2017 à 09:45

Bonjour,
merci GC pour ce "justificatif ", et je te recommande l'euphytose pour l'insomnie...
Ce ne sont que des plantes, rien de dangereux...
Ça s'avale, ça ne se fume pas...( ͡° ͜ʖ ͡°)
@+

Kolby
19/10/2017 à 02:06

@totempkof
J'échange beaucoup avec toi car tes reflexions, tes développement sur des article sont pertinents surtout concile. Pas comme d'autres qui pense que le fait de ne pas être d'accord avec eux est un délit. On échange juste sur des faits bien réels et qui nous entoure. Cette fois c'est sur le système hollywoodien et les victimes du harcèlement et prochainement pour autre chose, alors pourquoi tant d'injures et du n'importe quoi sur le commentaire d'un autre. Bon bref c'etait juste une parenthèses.

Totempkof
19/10/2017 à 01:05

@Kolby

Non, je ne comprends pas où vous "vouliez en venir".

Le système est pourri jusqu'à la moelle, ok si tu veux.
Je ne vois pas le rapport avec le champ lexical employé pour parler des victimes, les remettre en question par principe sur la base de tout un tas de critères hautement pertinents (ses fringues, ses fréquentations, le temps avant d'en parler, l'état de sa carrière, et maintenant le fait qu'elle ose prendre dans l'intimité des photos nues pour son mec et qu'un type depuis condamné les a volées et jetées sur le web : ou comment renverser la responsabilité et la honte).

Critiquer les victimes malencontreusement ? C'est surtout malencontreux qu'on critique aussi vites ces personnes, plutôt que les gens qui sont le moteur actif de ce système. Lisez les témoignages et articles sur les agents, les assistants, les studios, les avocats, et tous ces rouages. C'est certainement moins facile et drôle de les viser, et pourtant ce serait bien intéressant que la violence et la colère de nous tous, anonymes et spectateurs, soit dirigé vers eux, ainsi que nos réflexions profondes.

Geoffrey Crété - Rédaction
19/10/2017 à 01:00

@Kouak

Etant donné qu'on a publié un long article très détaillé sur Rose McGowan, et relayé les propos de nombreuses femmes comme Bjork, Sarah Polley, Jane Fonda ou encore Kate Beckinsale : on couvre l'affaire de différentes manières. Jennifer Lawrence parle d'une autre facette du système, et si certains en profitent pour déballer leurs petits commentaires classiques "drôles" et compagnie, c'est leur décision, chacun est responsable de ses mots :)

Kouak
18/10/2017 à 23:31

'Tain !
Mais arrêtez de tomber dans le panneau ! Ils le font exprès...
Un peu comme la rédac' d'ailleurs...
Pourquoi relater les propos de JL plutôt que ceux ,nombreux, d'autres actrices qui se sont exprimées depuis ce week-end ?
N'y aurait-il pas une attente de commentaires graveleux sur une affaire l'ayant affectée il y a quelques mois ?
Hein?
Nan, sans nul doute ma paranoïa...
:-)

Alex
18/10/2017 à 23:09

Les commentaires bien pathétiques... Vous êtes immondes, sachez-le.

Plus
votre commentaire