Nicolas Winding Refn parle d'Only god forgives

Matthieu Leniau | 22 mai 2013
Matthieu Leniau | 22 mai 2013

Sans son acteur star Ryan Gosling, Nicolas Winding Refn s’est rendu en conférence de presse pour parler de son nouveau film Only god forgives, qui sort aujourd'hui dans les salles françaises. L’occasion d’aborder la violence inhérente au film, son scénario, et le personnage joué par Gosling. Le réalisateur était accompagné notamment du compositeur du film, Cliff Martinez.

 «J’étais dans une phase existentialiste très difficile. Je sentais en moi une colère permanente que je ne savais comment canaliser, et dans ces moments-là on s’en remet à Dieu.» Voila comment Nicolas Winding Refn explique la ligne conductrice de son nouveau film. Extirpé de sa situation personnelle, le film s'est ancré dans une «notion de spiritualité et de mysticisme», selon le réalisateur. «C’est à parti de cela que j’ai eu l’idée du personnage. Un homme qui se prend pour Dieu, et parallèlement cette relation entre une mère dévoreuse et son fils.» L’aventure d’un homme «plongé au coeur d’un voyage dont il ne sait quand il va se terminer», combinée au poids d’une mère qui «l’enchaine, et qui l’oblige à passer par une forme de violence pour s’en libérer.» A l’image de Drive, le personnage de Julian «ne parle pas beaucoup, mais le langage du silence est plus poétique. Les images et sons touchent davantage que les dialogues» poursuit-il.

Concernant la violence très présente dans son film, Winding Refn parle d’une nécessité, un besoin qui lui est impossible d’enterrer : «C’est ce qui m’excite qui compte. Je ne peux pas censurer ce besoin. Il ne faut pas oublier que notre naissance nous pousse à la violence.» Une violence que seul l’art lui permet d’exprimer : «L’art est un acte de violence. Elle est instinctive, mais au fil des années devient plus mentale, et l’art nous permet de l’exprimer.»

 Chargé de composer la musique du film, Cliff Martinez explique avoir reçu des consignes bien précises de la part du cinéaste danois. «Il m’a demandé de ne pas composer la même musique que celle de Drive. Je me suis orienté vers une musique typique des films d’horreur et de science-fiction.»

Bande-annonce du film :

 
 
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire