Jake Gyllenhaal (Prince of Persia)

Eric Provot | 25 mai 2010
Eric Provot | 25 mai 2010

Il est loin l'ado schizo de Donnie Darko ou le cow-boy pédé de Brokeback moutain, et en une petite décennie, Jake Gyllenhaal a su s'imposer au sein du système hollywoodien, entre indé et mainstream, jusqu'à ce Prince of Persia, qui est finalement son premier rôle de star et son premier blockbuster !

Est-ce juste de dire que ce film représente quelque chose de différent pour vous ? Est-ce pourquoi vous l'avez choisi ?

C'était principalement du au fait que j'aime regarder ce genre de films. C'est donc très dur de se refuser l'opportunité d'être sur l'écran à jouer dans l'un d'entre eux. Il y a toute sorte d'aspects différents dans le métier d'acteur, mais, si vous êtes une personne physique comme moi, c'est génial de passer à autre chose pour une fois, de  bondir sur des bâtiments, de monter à cheval, de jouer avec des épées et d'être engagé dans plusieurs combats. C'est vraiment très fun. D'autre part, si vous voulez faire un film énorme alors faites-le avec des gens qui savent comment faire. Et personne n'est meilleur à cela que Jerry Bruckheimer.

Vous avez joué plusieurs personnages basés sur des gens réels mais comment vous y prenez vous avec un prince de fiction de la Perse du 6ème siècle ?

Je pourrais vous parler de recherches prétentieuses, mais cela a vraiment commencé par l'accent et la manière de projeter ma voix. Pour qu'un tel film marche, vous avez besoin d'ampleur sur tout, quelque chose d'énorme de théâtral. J'ai travaillé avec un coach vocal et elle a apporté tous ces textes anciens.  Je me tenais debout à un bout de la piscine à Los Angeles, elle était à l'autre bout et je devais dire des choses comme « Par-dessus le mur ! Par-dessus le mur ! ». C'était comme faire du théâtre. Cela m'a apporté un peu de feu à l'intérieur et m'a fait sentir plus comme un guerrier. Il y a eu beaucoup de travail physique aussi.

 

 

Cela consistait en quoi ?

C'était six mois d'entrainement et ce qui était important pour moi c'était important que cela soit très fonctionnel. Tout ce que j'ai fait était fait en sorte que je puisse le réaliser sur le tournage, pas pour l'esthétisme. Je portais un gilet de protection et j'ai supporté 9 kilos en plus quand j'ai couru pour simuler l'armure qui est très lourde. Qu'importe ou je courrais je devais également avoir quelque chose dans la main pour m'habituer à courir avec une épée. J'ai également fait beaucoup de boxe pour être équilibré des deux côtés car Dastan se bat souvent avec deux épées à la fois et tout doit être symétrique.

Prince of Persia a le même producteur que Pirates des Caraïbes. Pensez-vous que ce film peut attirer autant de gens ?

Je pense que Pirates des Caraïbes était plus qu'une adaptation de l'attraction et que cela sera plus qu'une adaptation du jeu vidéo Prince of Persia, même si évidemment c'était le point de départ. Ce sera clairement très fun et ce sera une grande histoire mais il y a également des personnages intéressants et une vraie dimension épique. Nous n'avons jamais dit que ce film était seulement pour les enfants ou pour les fans du jeu vidéo. Nous l'avons toujours vu comme ayant un intérêt important. Pour l'instant cependant, je pense que nous sommes tous concentrés sur la création de ce film afin qu'il soit aussi solide et fort qu'il puisse l'être.

 


 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire