Transformers 2 : Megan et Shia en conférence de presse

Aurel Grim | 19 juin 2009
Aurel Grim | 19 juin 2009

Paris Georges V, vendredi 12 juin. La salle de la conférence de presse de Transformers 2 : La Revanche de Michael Bay est blindée et attend impatiemment l'arrivée des stars Shia LaBeouf et Megan Fox... Et c'est Megan qui fait son apparition la première, mettant tout son charme en valeur, suivie de près par Indy Junior. Et sans attendre, c'est parti pour une demi-heure de questions durant laquelle Megan ne va pas arrêter de s'arranger les cheveux comme si un instant de relâchement allait la transformer instantanément en boudin...

 

 

Qu'est-ce qui vous a séduit dans le concept de la saga Transformers ?

Shia LaBeouf : Je savais que j'allais travailler avec le meilleur des meilleurs, j'adore les films de Michael Bay ! Et Transformers a bercé mon enfance au même titre que Yogi Bear ou Michael Jackson ! Je savais que ça allait être génial et que je devais être cool, Steven Spielberg (producteur exécutif sur le film) m'a dit que je n'avais qu'à suivre Michael. On est à la fois public, à la fois fan, et on voit le travail de l'autre, c'est une vraie partie de plaisir.

 

Y a-t-il de la frustration à jouer avec des machines plutôt qu'avec des acteurs ?

Shia LaBeouf : Face à Harrison Ford dans Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal, j'entrais dans un univers qui existait déjà dans le collectif et interférais dans la vie d'un personnage culte, je faisais donc très attention. Alors que pour Transformers, la liberté est beaucoup plus grande. Il y a une interaction entre l'humain et le robot beaucoup plus grande et complexe dans la suite et donc les répétitions étaient pleines de mouvements, un peu comme un ballet. Il y a une chorégraphie très précise.

 

Quels étaient les jouets de votre enfance ? Transformers ou aviez-vous d'autres jouets favoris ?

Megan Fox : Moi, c'était les poupées Barbie ! Je m'amusais à les décapiter... J'étais une fille un peu barjo...

Shia LaBeouf : ...Et moi je jouais avec les filles barjos ! (rires)

 

Y a-t-il des scènes coupées ?

Megan Fox : Oui, nous avons beaucoup tourné et retourné des scènes. Michael Bay est un réalisateur très consciencieux et je me souviens d'une scène dans une bibliothèque que nous avons tourné tellement de fois parce que Michael n'était pas satisfait que j'en riais à la fin ! Il y a énormément de scènes et de plans qui ne figureront pas dans le montage final mais dans les bonus des éditions DVD (et qui sait peut-être un jour dans une version longue...).

 

Comment se sont passés les rapports avec les militaires sur le tournage ?

Shia LaBeouf : Imaginez Megan Fox débarquer sur la base militaire navale en plein entraînement pour le Golfe Persique devant 50 000 militaires qui étaient en mer depuis de longues semaines ! Ils étaient respectueux la plupart du temps et Megan restait dans les quartiers du capitaine, mais il y avait toujours ces « regards »...

 

 

 

Pensez-vous que la scène finale se déroulant en Égypte a été choisie dans un but purement esthétique ou y a-t-il un message politique derrière ?

Shia LaBeouf : Revenons un peu sur Terre : ce n'est pas un film politique ! On ne parle pas de Mémoires d'une geisha ! On parle de Transformers ! Donc des jouets... Mais chacun peut y voir ce qu'il veut et je pense que Michael Bay a voulu montrer l'armée car c'est important.

 

Rendez-vous le 24 juin en salles pour découvrir TransFormers 2 : La Revanche, alors que Michael Bay vient juste d'annoncer qu'il cèdera sa place de réalisateur pour Transformers 3...

 

Propos recueillis par Aurel Grim.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire