Films

Les 4 Fantastiques : pourquoi tant de haine ?

Par Simon Riaux
4 août 2015
MAJ : 21 mai 2024
49 commentaires

La réputation du film à quelques jours de sa sortie est très négative. Mais est-elle vraiment justifiée ? Que s’est-il vraiment passé ?

Affiche

C’est le 5 août que la nouvelle version des 4 Fantastiques débarquera en salles. En dépit des meilleures intentions du monde, le film est précédé d’une rumeur pour le moins négative. Comment un blockbuster de cette ampleur, qu’on pensait bénéficier de l’engouement qui entoure actuellement les super-héros, s’est-il transformé en repoussoir ?

A en croire les nombreux commentaires qui émaillent les Internets, les news alarmistes et la défiance d’une partie du public, le sort des 4 Fantastiques paraît plié d’avance. Pourtant à y regarder de plus près, les raisons de s’inquiéter sont bien moins évidentes et rationnelles qu’il n’y paraît. Retour sur une descente aux enfers inattendue.

 

 

 

RETOUR DE HYPE

La Fox pense avoir le nez creux quand elle décide de confier son reboot des 4 Fantastiques à Josh Trank, le jeune réalisateur est encore auréolé du succès générationnel de Chronicle. Petit film à mi-chemin entre l’origin story super-héroïque et Akira, le found footage a pris tout le monde de court et propulsé son metteur en scène sur la devant de la scène. Lui confier un autre récit à base de super héros, de jeunes gens et de super-pouvoirs semble une évidence, capable d’enclencher un très beau buzz.

Mais très vite, on s’interroge sur la capacité de Trank à passer d’un petit budget exemplaire de débrouille et de malice à une grosse machine de studio. Le silence du réalisateur et son sens un peu émoussé de la communication vont finalement planter les premiers germes d’inquiétude.

 

photo, Kate Mara, Miles Teller

 

N’EST PAS MARVEL QUI VEUT

S’ensuit une double déconvenue. Fox veut conserver les droits des 4 Fantastiques, dont l’image est abimée après deux films allant du gentiment raté au pur échec artistique. Recommencer à zéro apparaît comme la démarche la plus logique.

Mais tandis qu’une partie du public a perdu tout intérêt pour des personnages qu’il connaît mal (et ne s’enthousiasme donc pas), un phénomène nouveau prend forme. Marvel, devenu filiale de Disney, a su générer une communauté de fans soudés, cohérents et tout à fait satisfaits par l’orientation artistique du Marvel Cinematic Universe.

Et les fans voient d’un très mauvais œil que les 4 Fantastiques, licence colorée et positive, soit revisitée selon un angle plus noir. Pire encore, la Fox ne cache pas ses velléités d’adapter le comics, quitte à le transformer. Une attitude perçue par les nouveaux convertis à Marvel comme un sacrilège.

Le transfert de popularité attendu, qui aurait permis au film de Josh Trank d’apparaître comme un film Marvel n’a donc pas lieu et le métrage provoque au mieux l’indifférence de son cœur de cible, voire son agacement.

 

photo, Kate Mara, Miles Teller, Michael B. Jordan

 

TROP DE SECRET TUE LE SECRET

A l’heure où Marvel communique en continu, de l’annonce de ses projets, en passant par leur tournage, jusqu’à ses marathons promotionnels, nombreux sont ceux qui regrettent que la plupart des films soient ainsi trop largement dévoilés. On ne compte plus les films largement spoilés avant leur sortie, à l’image d’un Avengers 2 qui a dévoilé l’intégralité de ses scènes d’actions de bandes-annonces en featurettes.

La Fox opte manifestement pour une communication plus mystérieuse, espérant probablement créer l’attente et la curiosité autour d’un film dont on ignore totalement quelle sera son orientation. Mais la méfiance est déjà installée, et cette volonté de préserver le film va rapidement être interprétée comme la preuve que rien ne se déroule comme prévu.

Le studio communiquant pas ou peu, impossible d’opposer aux rumeurs et inquiétudes un véritable démenti. Dès lors, les couteaux s’aiguisent, et lorsque fuitent les premières images du tournage et de Dr. Doom, les commentateurs tirent à boulets rouges, instantanément.

 

photo

 

LA MACHINE S’EMBALLE

A ce stade, Les 4 Fantastiques écopent de tous les reproches, justifiés ou non. La Torche est interprétée par Michael B. Jordan ? Que Johnny Storm soit joué par un afro-américain est un scandale ! Et peu importe que ce choix témoigne d’un parti pris et de la volonté du réalisateur de solidifier autour de lui une équipe artistique issue de son Chronicle.

Miles Teller, sensation du ciné indé qui explose avec Whiplash, est monté à bord ? On s’horrifie qu’un intello aux abdos trop discrets obtienne le rôle de M. Fantastic ! Et tant pis s’il s’agit d’un excellent comédien.

Le look de la Chose ? Une horreur ! Et tant pis si cette version passe après Michael Chiklis, qui avait passablement ridiculisé le personnage dans les deux films précédents.

Josh Trank annonce s’être inspiré de David Cronenberg ? Une honte, qu’est-ce que ça vient faire là-dedans ma bonne dame ! Et personne ou presque pour noter combien la note d’intention est pertinente. Après tout, qu’y a-t-il de gênant à s’inspirer du maître de la body horror (La Mouche), esthète de la mutation et de ses conséquences (Videodrome), pour narrer l’histoire de cinq jeunes gens victimes de transformations délirantes ?

 

photo

 

LE COUP DE GRÂCE

Mais l’évènement qui va définitivement menacer la réputation des 4 Fantasiques viendra directement de Disney. Alors que Trank doit enchaîner le blockbuster de la Fox avec un spin-off de la saga Star Wars chez tonton Mickey, le couperet tombe.

Suite à l’intervention du scénariste et producteur Simon Kinberg, le metteur en scène est écarté du projet. Les raisons invoquées sont troublantes : l’artiste n’aurait pas su gérer le plateau des 4 Fantastiques, rencontrant d’énormes difficultés à communiquer avec l’équipe. Pour autant, la Fox se veut rassurante et répète qu’elle est tout à fait satisfaite du résultat, bien que Kinberg ait dû lui-même mettre en boîte une partie du métrage.

On évoque ici un burn-out, on rappelle combien la pression mise sur de jeunes auteurs repérés par Hollywood et propulsés à la tête de méga-blockbusters est un système fragile… Josh Trank est à deux doigts de servir d’agneau sacrificiel sur le web. Et les fans hardcore de Marvel, premier cercle de fans indispensables à la création d’un buzz positive et viral, le clouent instantanément au piloris, jetant le film avec l’eau du bain.

 

Photo Miles Teller

 

C’est oublier que nombreux films de super-héros ont connu des genèses aussi voire plus compliquées et ont rencontré le succès. Le premier Iron Man a été tourné quasiment sans scénario. Le second Thor a changé plusieurs fois de réalisateur avant d’embaucher le futur coupable de Terminator : Genisys. Ant-Man a vu son brillant réalisateur, Edgar Wright, dégagé comme un malpropre à quelques semaines du tournage. Ava DuVernay vient de quitter Black Panther, convaincue qu’on ne lui laisserait pas le minimum syndical en termes de liberté artistique.

Joss Whedon lui-même admet que la production d’Avengers 2 a été « un cauchemar » et que Marvel lui a « mis un flingue sur la tempe » pendant l’écriture du film.

Par conséquent, les cris d’orfraie poussés à l’annonce des difficultés de Josh Trank paraissent bien démesurés, pour ne pas dire un tantinet hypocrites, tant ils font partie du tout venant de la production hollywoodienne.

 

photo

 

UNE BONNE SURPRISE ?

Bien malin celui qui pourra affirmer que Les 4 Fantastiques sera une purge ou une grande réussite. Une chose est sûre, il y a à l’heure actuelle très peu d’éléments concrets pour affirmer quoi que ce soit. A fortiori du côté des fans, vent debout contre le film, en dépit de sa bonne volonté manifeste.

Mais ce métrage qui s’annonce comme un possible échec au box-office rappelle avec force que la communication est, plus que jamais le nerf de la guerre Hollywoodienne. Car les péchés des 4 Fantastiques ne sont pour le moment que des ratés promotionnels. Et ils auront suffi à entacher durablement la réputation du film, attendu dans les salles le 5 août prochain.

Une leçon à méditer pour tous ceux qui entendent concurrencer Marvel, qui est pour le moment parvenu à accomplir un impressionnant sans-faute dans ce domaine. Alors que DC Comics prend en apparence le contrepied de Disney en matière de communication, les prochains mois seront décisifs.

 

Affiche

Rédacteurs :
Tout savoir sur Les 4 Fantastiques
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
49 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bolderiz

Bon et bien c’est bien ce que je dis message après message, trop d’info tue l’info et les « fans » bien intentionnés de donner leur avis, définitif bien entendu, sur trois images de tournage ou un teaser ou une BA… Culture de l’immédiateté, de l’avis définitif avant même d’avoir vu le produit fini… Rien que par contre-pied je pense que ce 4FF sera pas mal du tout et j’espère qu’il va s’en sortir au BO mais j’en doute, le mal est fait…

Mordhogor

Hum, pour les fans du comics, Johnny Storm est censé être le frère de Jane… Mettre un black en lieu et place de la Torche, c’est trahir (juste pour viser le public afro-américain)… ou alors Papa Storm va poser la question « Dis, chérie, notre facteur d’il y a 20 ans n’était t-il pas black ? »

La Rédaction

Dans cette nouvelle version, Johnny est son frère… adoptif. Pas de changement en profondeur avec ce pan de la mythologie donc. Et puis essayer d’attirer des franges du public, c’est ce que Hollywood fait depuis… que Hollywood existe.
On peut aussi se demander s’il existe une bonne adaptation qui ne soit pas (au moins en partie) une trahison. C’est d’ailleurs pour ça qu’on parle d’adaptation et non de tansposition.

Love Big Boobs

On a bien mis un black dans Thor (un noir dans la mythologie nordique, normal) donc plus rien ne m’étonne. Je suppose que dans ce cas-ci le personnage sera le demi-frère de la jolie Kate Mara.

Bolderiz

Je rajouterai que j’en ai ras la casquette aussi des « gardiens du Temple » intégristes lesquels vont se livrer à un véritable débat sur le slip de tel ou tel super héros, sur la couleur de la cape ou, plus sérieusement, sur l’exactitude le la genèse de machin truc car ce n’est pas comme ça dans les comics heuu! Bon on parle là de culture pop, que j’adore attention, mais on ne traite pas de l’Histoire là! On retrouve les même lorsqu’on débat sur les films tirés du Hobbit, c’est pareil… Alors il faut prendre un peu de distance avec tout ça se dire que ces histoires et ces héros existent pour la plupart depuis des décennies et qu’ils ont connus 36 époques, scénaristes, dessinateurs et que bien des fois il y a des contradictions voire des aberrations dans le suivi de leurs histoires… Alors bon on peut complètement tirer à boulets rouges sur un personnes lorsqu’il est gâché totalement (le Mandarin dans Iron Man 3 par exemple) mais la couleur d’un héros, son lien familial ou la couleur de ses cheveux ou son âge, franchement faut passer outre désormais!