Les 10 bides français de 2012

Didier Verdurand | 17 janvier 2013
Didier Verdurand | 17 janvier 2013

Il est temps de sortir un dossier confidentiel d'Ecran Large. Mais pourquoi Diable n'y avait-il pas l'année dernière la cinquième édition du Top des bides français made by Ecran Large ? Face aux nombreux courriers pour s'en plaindre (un mail et deux sms exactement), nous avions préféré garder le silence. Voici l'odieuse vérité. Devait figurer dans le classement un copain du chef, et il y a donc eu du chantage affectif. "Le budget en réalité était en dessous de 10 millions, donc je ne suis pas qualifié, et donc c'est un semi-succès et donc si tu me mets dans cet article, j'écris un film sur un rédacteur en chef de site web qui s'appelle Laurent Chapé et dont le péché mignon est la zoophilie. Donc ?" "Attends, je passe un coup de fil." "Allô Didier, ne mets pas XXX dans ton papier. Sinon j'efface tous tes articles depuis la création du site." "OK. Pas d'article."

Cette année, pas de copinage alors vous avez droit à notre Top, dont nous rappelons les règles :

 Pour participer à la compétition, trois conditions étaient à remplir : 

  • - Etre une production à majorité française tournée en français
  • - Avoir un budget supérieur à 10 millions d'euros (le budget moyen d'un film français se situe vers les 5 millions d'euros)
  • - Ne pas avoir dépassé le million d'entrées en France

 

1- Cendrillon au Far West

Budget : 12,5 millions d'euros

Entrées France : 22 031

Commentaire : Vous ne connaissez pas ? Tant mieux, moi non plus. Et j'ai fait mon répertoire, personne ne l'a vu. Là, on ne parle même plus de bide mais de catastrophe industrielle. Faut dire, quelle idée à la con...

 

2- Le Guetteur

Budget : 15 millions d'euros

Entrées France : 239 085

Commentaire : Le film malade de l'année. Un scénario "nawak", des comédiens venus cachetonner, un réalisateur qui veut nous faire croire que son Romanzo criminale n'était qu'un coup de bol, une affiche laide, des critiques assassines... Et pourtant, 300 copies pour le lancement. Avec un tel budget, on n'est plus à ça près. Bilan : trois semaines seulement à l'affiche à Paris, et en quatrième semaine, sur 163 copies en province, ce sinistre nanar ne réunissait plus que... 4 688 spectateurs ! On guette avec la bave aux lèvres les nominations aux César et le compte Twitter de Kasso, mais quelque chose nous dit que cette année, il ne la ramènera pas trop.

 

3- L'Homme qui rit

Budget : 13 millions d'euros

Entrées France : 228 206

Commentaire : Il fallait bien un Gégé dans l'histoire, puisque tout le monde en parle. Présent dans le classement en 2010 (L'Autre Dumas, en trichant un peu), 2009 (Bellamy), 2008 (Les Enfants de Timpelbach) et à ses portes en 2007 (Michou d'Auber), Depardieu n'est pas ce qu'on appelle une valeur sûre malgré ses cachets record. Sorti en pleine polémique, L'Homme qui rit peut trouver facilement des excuses à son échec mais peu soutenu par les critiques qui ont souvent parlé d'un sous-Tim Burton, il aurait probablement connu le même bide en des temps plus calmes... Souhaitons au réalisateur, Jean-Pierre Améris, de rebondir car il nous avait bien charmé avec ses Emotifs anonymes, un joli succès. 

 

4- Ce que le jour doit à la nuit

Budget : 13,1 millions d'euros

Entrées France : 290 978

Commentaire :  Depuis 1989 et L'Union sacrée, le père d'Alexandre Aja chasse en vain le million d'entrées. Malgré le mot best-seller écrit en gros sur l'affiche, le producteur Arcady s'est offert un bide sans appel. La durée ? 2h42... Encore plus long que Le Grand pardon 2 (2h25) ! Hélas, dans le rôle de la looseuse, on retrouve une comédienne qu'on adore à Ecran Large, Nora Arnezeder. 4 mois après, elle se tape un nouveau bide avec le remake de Maniac, produit par Alexandre Aja. Elle jouera très gros en novembre prochain avec le remake d'Angélique marquise des anges. C'est pas gagné ! 

 

5- Mais qui a re-tué Pamela Rose ?

Budget : 12,3 millions d'euros

Entrées France : 279 600

Commentaire : Pendant la promo, Kad et Olivier aimaient raconter que durant ces 9 dernières années, le public qu'ils croisaient dans les salles de province leur réclamait un Pamela Rose 2. Avec 931 951 entrées au compteur, ils pouvaient fantasmer. Oui mais voilà, il faut leur expliquer que les avant-premières lors des tournées promo, c'est un peu comme un meeting politique. L'audience est conquise d'avance. C'est en quelques sorte une bulle déconnectée de la réalité, pour faire passer un bon moment à tout le monde. Résultat sans appel : le n°2 fait en gros 70% de moins que le n°1. La prochaine fois, n'écoutez pas les midinettes et passez-nous un coup de fil...

 

6- Le Magasin des suicides

Budget : 11,6 millions

Entrées France : 297 318

Commentaire : Depuis que Leconte a commis Les Bronzés 3, le box-office est rancunier. Ce n'est pas rien, 10 millions de déçus. Si Mon meilleur ami avait fait plutôt bonne figure en dépassant le million (1 067 616 précisément) quand le salaire de Boon valait guère plus que le SMIC, que dire des chiffres de La Guerre des Miss (présent dans notre classement en 2009) et de Voir la mer (33 227 entrées !) sinon qu'il sont catastrophiques ? Le Magasin des suicides n'obtient pas un score aussi humiliant mais ça reste un échec. Leconte va jouer gros avec son prochain film, en costumes (années 1930) et tourné en anglais avec Rebecca Hall (qui ?) et Richard Madden (hein ? Ah oui, Le Trône de fer). On espère qu'il n'est pas question d'Or noir...

 

7- Superstar

Budget : 9,96 millions d'euros

Entrées France : 194 425

Commentaire : Allez, on triche. 40 000 euros pour atteindre les 10 millions, c'est quoi ? Une journée de travail pour Kad ? Et puis avec un titre pareil, on ne pouvait pas le louper. Sans compter qu'il était plus difficile de tricher avec Un plan parfait, un bel échec (et un autre titre de circonstance, hahaha) mais qui a réuni 1 203 215 spectateurs crédules. Tout ça pour enfoncer le clou et montrer que la roue tourne au cinoche. Vous pouvez faire les Ch'tis et 20 millions d'entrées, et quelques années plus tard vous squattez le Top Bides. D'ailleurs si Omar Sy surfe encore sur le succès avec De L'autre côté du périph, Cluzet s'est quant à lui pris une belle claque avec le raté Do not disturb. Ah, j'oubliais. Le film est supernaze.

 

8- L'Oncle Charles

Budget : 11,3 millions d'euros

Entrées France : 329 451

Commentaire : Qu'il est loin le temps où Chatiliez enchaînait les cartons ! Après un premier échec en 2004 (La Confiance règne) et un autre en 2007 (Agathe Cléry), en voici un troisième et pas des moindre puisqu'il s'agit du plus petit score de sa carrière. Profitons-en pour faire un clin d'oeil à feu Tsilla "Tatie Danielle" Chelton, morte trois mois plus tard. Notons enfin la drôle d'année pour Alexandra Lamy. Elle a prêté sa voix au plus gros bide de ce classement, elle s'est retrouvée dans trois échecs publics (L'Oncle Charles, Possessions et J'enrage de son absence) mais aussi dans l'un des meilleurs sketchs du double millionnaire Infidèles et ce, pendant que son mec remportait un Golden Globe et un Oscar. Qu'est-ce qu'elle va se faire chier en 2013...

 

9- Comme un chef

Budget : 10 millions d'euros

Entrées France : 351 694

Commentaire : Il paraît que Youn, défoncé à la colle après une string party, a regardé Ratatouille sur son plasma de 3m et s'est écrié : "Moi aussi j'veux être chef dans un grand resto ! Et j'veux le policier français du Da Vinci code, il est so cool ta race !" Pour choisir le scénariste-réalisateur, direction Ecran Large et le Top bides 2007, croyant que c'était celui des plus gros succès. "Ah ouais, c'était génial Les Deux mondes ! J'veux le réal." Isabelle Funaro était enceinte, Elsa Pataky se mariait avec Thor, c'est donc Raphaëlle Agogué qui joue la plante. Voilà comment on retrouve à faire un film improbable que personne ne veut voir, parce qu'on est gavé par les émissions de télé sur la bouffe. Sans surprise, c'est l'échec.

 

10- Thérèse Desqueyroux

Budget : 11,4 millions d'euros

Entrées France : 502 948 (toujours à l'affiche, fin de carrière prévue vers 510 000)

Commentaire : Le cancer de Claude Miller n'a pas du faciliter les choses, et nous allons nous abstenir de tout commentaire, en hommage au cinéaste.

 

 

Sources : CBO et BFM 

Retrouvez les classement de 2007, 2008, 2009 et 2010

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire