Top Science-fiction n°22 : Akira

Jean-Noël Nicolau | 24 novembre 2009
Jean-Noël Nicolau | 24 novembre 2009

Pour lancer le compte à rebours avant l'évènement Avatar qui sortira sur nos écrans le 16 décembre prochain, la rédaction d'Ecran Large a remis le bleu de chauffe et a recommencé à se plonger dans une classement impossible. Après vous avoir proposé notre classement des 31 meilleurs films d'horreur dans l'histoire du cinéma, nous avons opté pour l'univers de la science-fiction et ainsi d'élire ce qui sont pour nous les 31 meilleurs films du genre. La règle de ne pas avoir plus d'un film par cinéaste ne s'applique pas ici (c'était au dessus de nos forces pour certains réalisateurs). La seule règle que l'on a décidé d'appliquer (et qui sera critiquable comme beaucoup de règles) : un film qui était déjà dans notre classement de l'horreur ne pouvait pas réapparaître dans ce nouveau classement.  14 membres de la rédaction ont donc été invités à envoyer leur liste de leurs 70 films préférés. A partir de ces listes, on n'a gardé que les films cités plusieurs fois par chacun d'entre nous. On a alors resoumis la liste finale à un vote pour obtenir le classement final que nous allons vous faire découvrir quotidiennement jusqu'au 16 décembre 2009 qui révèlera le numéro 1 de la rédaction. Un éclairage par jour durant 31 jours sur des incontournables du cinéma de science-fiction.  Et en guest star pour commenter nos choix, on retrouve Vincenzo Natali, le réalisateur de Cube, Cypher, Nothing et du très attendu Splice, étant un parfait ambassadeur du futur de la science-fiction au cinéma.

 

22 - Akira (1988) de Katsuhiro Otomo

 

Vincenzo Natali : A mes yeux, cette oeuvre titanesque de SF par Katsuhiro Otomo fut une vraie drogue révélatrice de l'animation Japonaise. La description de Neo Tokyo est absolument crédible. C'est dommage qu'il ait du condenser son immense manga en un seul film ; le résultat est si complexe que je ne pourrais pas en résumer l'histoire. Mais qui s'en soucie ? C'est une oeuvre incroyablement immersive, qui a peu d'équivalents. J'espère sincèrement qu'Hollywood n'en donnera pas sa version. Car l'originel était suprêmement Japonais, avec son adoration fétichiste pour la techonologie et les destructions apocalyptiques. 

Patrick Antona :   

L'oeuvre qui a définitivement fait de l'animation un genre ‘adulte' et qui reste un impressionnant morceau de SF hard-boiled furieux et poétique à la fois.

Jean-Noël Nicolau :

L'une des plus grandes oeuvres de l'animation mondiale, Akira est une adaptation folle et fascinante de l'ouvrage gigantesque d'Otomo.

Ilan Ferry :

Tout simplement l'un des plus grands chefs d'oeuvre du cinéma d'animation nippon. Une oeuvre dantesque à la fois magnifique et traumatisante.

Sandy Gillet :

Pour beaucoup c'est par Akira que l'animation japonaise s'imposa et devint un genre mature. Il y a pire comme révélation !

 

 

Pour beaucoup d'entre nous évoquer Akira c'est parler d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. C'est au moins une génération qui s'est initiée à l'animé, voire plus généralement aux mangas, avec l'adaptation cinématographique du chef-d'œuvre graphique de Katsuhiro Otomo. Ce fut un choc, une révélation, l'excitation de découvrir une telle inventivité débridée et une telle liberté de ton, qui ne transparaissaient qu'à peine dans les séries télévisées diffusées (bien souvent censurées) sur les chaînes françaises. Un nouveau genre de cinéphilie, déjà présent par le passé mais fort marginal, prenait son essor et l'animation japonaise allait peu à peu gagner ses lettres de noblesse en France, lentement, parfois très difficilement, mais avec une croissance jamais démentie. Akira fut la première onde de choc et il est difficile de l'évoquer sans laisser transparaître une nostalgie bien coupable.

 

 

 

 

En toute objectivité, la version cinématographique d'Akira est loin d'être sans reproches. On pourra noter combien l'animation et le character design ont pris un coup de vieux, même si certains décors n'ont pas à rougir face aux plus ambitieuses productions récentes. Mais d'un autre côté, la musique de Geinoh Yamashiro, a acquis avec les années une patine qui la place toujours au rang des bandes originales les plus riches et les plus audacieuses de l'histoire du cinéma. De même, le rythme, quasi hystérique et révélateur des coupes et autres compressions qu'a subi le manga d'origine, en remontre toujours à la majorité des films d'action. Il découle de l'esthétique d'Akira une impression d'urgence, voire de rage, totalement absente du nettement plus ample SteamBoy (mais 15 ans séparent ces deux œuvres...). Bien évidemment, certaines images sont entrées dans l'histoire du 7e art, que ce soit Kanéda et sa moto futuriste ou les formidables mutations organiques de Tetsuo.

 

 

 

 

Le film obtint un budget de 11 millions de dollars, du jamais vu à l'époque. Sous le nom d'Akira Committee ce sont plusieurs studios qui se réunirent pour financer cette adaptation pharaonique. On y retrouve notamment l'éditeur Kodansha, Bandaï et le studio historique Toho. Selon les conventions en valeur dans l'animation japonaise, les lèvres des personnages ne devaient bouger que lorsque leurs visages demeuraient immobiles. Akira brisa cette règle et proposa des mouvements naturels lors des dialogues. Un tel travail, ainsi que le réalisme global de la plupart des animations, nécessita pas moins de 160 000 cellulos.

 

 

 

 

Le film fut terminé en 1988, soit deux ans avant l'achèvement du manga. Otomo eût d'ailleurs toutes les peines du monde à finir son œuvre graphique. La petite histoire raconte que c'est après une conversation avec Alejandro Jodorowsky que l'inspiration pour sa conclusion fut trouvée. Plus tard Otomo renia toutes les fins différentes données à Akira et il affirma qu'il ne pourrait jamais vraiment conclure ce qui demeure l'œuvre de sa vie.

 

 

 

 

S'il fallait chercher des défauts au film d'Otomo, ce serait sans doute au niveau du scénario et de l'adaptation qu'on pourrait le plus aisément les déceler. Pour qui a dévoré les 1000 pages du manga, le film se révèle fréquemment frustrant, en particulier lorsqu'il modifie totalement certains personnages (Lady Miyako, en particulier, qui fait ici de la figuration et que la VF transforme même en un personnage masculin !), coupe des éléments essentiels à la compréhension de l'histoire (l'usage des drogues demeure des plus obscurs) et va jusqu'à trahir étrangement le sens du récit. En effet, dans le film Akira est mort et ne revient que grâce aux prières (à l'invocation ?) de ses camarades. Si on ajoute à cela toute une « prophétie » concernant son retour et l'existence d'un culte du même ordre, nous découvrons des aspects absents du manga, qui entraînent le scénario et même une partie du discours du film vers une métaphore religieuse des plus évidentes. Etonnant de la part d'Otomo qui, par ailleurs, ne cesse de placer son œuvre dans un cadre révolutionnaire et en soulignant sans cesse le rôle des enfants et de leurs révoltes face à une société ultra répressive. On comprend que les modifications de l'histoire ont été nécessaires à l'élaboration d'un film d'une durée « normale », mais on s'étonne encore de certains partis pris.

 

 

 

 

Ces remarques ne sont bien sûr que des détails par rapport à l'écrasante réussite de l'ensemble, Akira proposant un compromis idéal entre des réflexions métaphysiques souvent ardues, un récit d'anticipation à mi-chemin entre pamphlet politique et délire scientifique effrayant, et un pur divertissement explosif peu avare en scènes d'action inoubliables. Très violent et destructeur, le film a posé les jalons de plus d'un genre d'animés, les scènes ou thèmes faisant échos à Akira sont légions dans la production japonaise (voire internationale). Cet improbable mélange entre questionnements à la 2001, l'odyssée de l'espace et combats spectaculaires impossibles à concevoir dans un film « live » de l'époque, permet à ce long-métrage de demeurer l'un des plus uniques du monde de l'animation, et du cinéma en général. Car par-delà son évidente importance historique, Akira est toujours, avant tout, une bombe sur pellicule, qui n'a rien perdu de sa capacité à impressionner durablement le spectateur.

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire