Le Secret de la Pyramide : le chaînon manquant entre Sherlock Holmes et Harry Potter

Gaël Delachapelle | 21 septembre 2021
Gaël Delachapelle | 21 septembre 2021

Retour sur Le Secret de la Pyramide, véritable madeleine de Proust des productions Amblin, et adaptation libre de la jeunesse de Sherlock Holmes.

Parmi les personnages de fiction les plus adaptés de la littérature britannique, il ne fait aucun doute que le célèbre détective Sherlock Holmes occupe une place de choix dans le paysage cinématographique et sériel. En effet, on ne compte plus le nombre de transpositions (plus ou moins fidèles) des écrits intemporels de Sir Arthur Conan Doyle sur le petit et grand écran, de la première adaptation des Aventures de Sherlock Holmes, jusqu’au récent Mr. Holmes, avec un Sherlock vieillissant incarné par Ian McKellen.

Mais avant les versions très américaines de Robert Downey Jr. et so british de Benedict Cumberbatch, il y a Le Secret de la Pyramide (Young Sherlock Holmes, en VO). Une production Amblin signée Barry Levinson (Rain Man), avec le scénariste des Gremlins et des Goonies à l’écriture de cette origin story relatant la jeunesse du personnage, librement inspirée des écrits de Conan Doyle, dans laquelle on peut également entrapercevoir les prémices des futures aventures d’un certain Harry Potter.

On revient donc sur cette véritable madeleine de Proust aux influences spielbergiennes évidentes (Indiana Jones et le Temple maudit), mais aussi sur sa production et ses effets spéciaux révolutionnaires, afin de comprendre pourquoi cette adaptation (qui n’en est pas vraiment une) est peut-être bien l’une des meilleures transpositions du célèbre détective sur grand écran.

 

photo, Nicholas RoweSherlock Holmes Origins

 

Sherlock à l’école des sorciers

La première chose qui frappe dans Le Secret de la Pyramide, c’est sa note d’intention, qui en fait un cas à part parmi les nombreuses adaptations des aventures de Sherlock Holmes. En effet, dès son générique d’ouverture, le film nous affirme que l’origin story qui va nous être racontée n’est autre qu’une recomposition de l’histoire du détective légendaire, Arthur Conan Doyle n’ayant jamais évoqué l’adolescence du personnage dans ses écrits, et ce dernier n’ayant rencontré son fidèle compagnon, le Dr John Watson, qu’à l’âge adulte. 

Et c’est justement cette rencontre fantasmée entre les deux personnages, racontée par un Watson âgé en voix off, durant leur adolescence dans un pensionnat du Londres de 1870, qui sert de point de départ à cette production Amblin. Même si elle est réalisée par Barry Levinson, avant Good Morning Vietnam, c’est plus le nom de son scénariste, Chris Columbus, qui va nous intéresser ici.

Dans les années 80, bien avant de mettre en scène Harry Potter à l'école des sorciers et la Chambre des secrets au début des années 2000, le futur réalisateur de Maman j'ai raté l'avion est un jeune scénariste repéré par le grand cinéaste de l’Entertainment qu’est déjà Steven Spielberg, pour lequel il signe trois scénarios originaux pour des productions qui portent le sceau du réalisateur. À savoir Gremlins en 1984, Les Goonies et Le Secret de la Pyramide en 1985, ce dernier concluant une trilogie qui achève de le propulser parmi les scénaristes les plus en vogue à Hollywood.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Dam's
22/09/2021 à 23:45

Mais bordel, sortez nous un bluray!

Lex777
22/09/2021 à 16:39

Ca fait 20 ans que je saoule tout le monde avec ce film (enfin depuis la sortie des Harry Potter) et que je l'offre à tout le monde, Amazon doit se demander pourquoi je le rachete sans cesse !! . Bref, ça fait plaisir de le voir remis sur le devant de la scène cette année (il a eu droit a son petit buzz sur twitter quand il est passé sur Arte récemment). En plus des FX révolutionnaires, sa BO de Bruce Broughton est une des plus belles des années 80. Un film qui mériterait son collector 4k (au lieu de ce même master DVD qui traine depuis 15ans au moins)

Ray Peterson
21/09/2021 à 20:07

Un film avec un petit côté Temple of Doom bien dark. Une prod Amblin qui sentait pour les 80's!

Donbuba
21/09/2021 à 18:28

excellente musique, début d'ilm, scène du vitrail magique à l'époque
excellent film

Copeau
21/09/2021 à 17:44

haaa quel film excellent ! De l’aventure familiale qui ne prend pas nos enfants pour des coquilles vides incapables de gérer des émotions fortes … on rit, on a peur, on pleure (ola on pleure même bcp à la fin) … Bref c’est rare aujourd’hui dans la production pour les enfants… c’est vide et aseptisé bien souvent

Flash
21/09/2021 à 17:42

Un film qui n’a pas eu un grand succès, mais j’en garde un excellent souvenir.
Dommage que la suite que nous promettait la scène post générique n’ai jamais eu lieu.

votre commentaire