Legend : la suite spirituelle de Blade Runner, avec Tom Cruise et (encore) des licornes ?

Gaël Delachapelle | 15 juillet 2021
Gaël Delachapelle | 15 juillet 2021

Retour sur Legend, le conte fantasmagorique de Sir Ridley Scott, avec Tom Cruise et les licornes de Blade Runner.

Au début des années 80, Ridley Scott est en train de devenir un grand nom à Hollywood. Adulé autant par les cinéphiles classiques pour son premier film, Les Duellistes, que par les amateurs de cinéma de genre avec son second essai, Alien, le huitième passager, le cinéaste britannique fait ce qu'on appelle une entrée fracassante dans l’industrie hollywoodienne. Néanmoins, son troisième film, le tout aussi culte Blade Runner, ne rencontrera son public qu’à la sortie de son director’s cut en 1992. L’échec commercial et critique du polar SF en 1982 va mettre un coup d’arrêt à la carrière du réalisateur, alors en pleine ascension.

Un frein qui marque le début d’une succession de plusieurs échecs consécutifs dans sa filmographie, comme notamment son second (et dernier) polar atmosphérique, Black Rain, avec Michael Douglas au pays des yakuzas. Une errance qui durera jusqu’au début des années 90, où Ridley Scott retrouvera le succès critique et public avec Thelma et Louise, son road-movie féministe avec Geena Davis et Susan Sarandon (un film qui lui vaudra sa première nomination à l’Oscar du meilleur réalisateur).

Mais on oublie souvent d’évoquer le quatrième film du cinéaste, perdu au milieu de ces échecs successifs, Legend. Un conte fantasmagorique avec un Tom Cruise juvénile, qui fait suite à l’échec de son Blade Runner, dans lequel on retrouve de nouveau le fétichisme de Ridley Scott pour les licornes qui courent au ralenti. Au-delà de son échec au box-office américain, Legend partage en effet beaucoup de similitudes avec l’adaptation de Philip K. Dick et ses réplicants, à commencer par leurs rêves, dans lesquels il est question de licornes électriques.

On revient donc sur le conte devenu culte de Sir Ridley Scott, afin de comprendre en quoi Legend est la suite spirituelle de Blade Runner, avec lequel il forme un diptyque fascinant dans la filmographie du réalisateur.

 

Photo Tom Cruise, Mia SaraTom Cruise, une princesse et une licorne : Qu'est-ce qui pourrait mal tourner ?

 

Les androïdes rêvent-ils de licornes électriques ?

Si Legend peut être vu comme la suite spirituelle de son film de science-fiction néo-noir sorti deux ans plus tôt, il faut savoir que ce conte sous influence de Jean Cocteau est un projet de longue date. Un projet dont l’idée a germé après le tournage en France de son premier long-métrage, le film d’époque Les Duellistes, dans lequel Harvey Keitel et Keith Carradine s’affrontent dans une série de duels, avec  notamment pour toile de fond notre bonne vieille Dordogne.

Au début de sa carrière, Ridley Scott a plusieurs projets sur le feu, dont certains ne verront tout simplement jamais le jour, notamment son adaptation de Tristan & Yseult qu’il envisage avant de se lancer sur Alien, ou encore celle de Dune, avant de finalement se consacrer à Blade Runner. C’est peu de temps avant le début du tournage de ce dernier que Scott et son scénariste, William Hjortsberg (Angel Heart), planchent sur le scénario de Legend durant cinq semaines, un scénario intitulé dans un premier temps Legend of Darkness (un premier titre tout sauf anodin aux vues du résultat final, mais nous y reviendrons un peu plus tard).

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Momone
17/07/2021 à 10:24

C'est pas "Do Androids Dream Of Electric Sheep ?", le bouquin de Dick qui a inspiré Blade Runner ? Sheep, c'est mouton. Quel rapport avec une licorne ?

Brosdabid
16/07/2021 à 14:42

Images magnifiques,méchant beau et terrifiant mais gros bide à l époque, un film pour enfants ou pour adultes ?
On sait pas trop à qui s adressait ce film à l époque

film en caton pâte
16/07/2021 à 13:00

je l'ai vu presque en son temps, quand mes parents avaient achete les premiers magnetoscopes a cassettes VHS de l'époque, donc je l'ai vu fin 1988/1989, à 13 ans, en louant le film dans un videoclub..
tres daté à l'epoque,pourtant je matais çà sur une tv cathodique avec la resolution d'une bande vhs. trucage optique et autres trucages ;
qu'est ce que çà donne en 1080P ou 4K?
100%;vintage, .d'autant plus catastrophé que j'avais vu à la même époque Blade Runner, comment un cineaste pouvait se planter comme çà lol?
le pire que j'ai vu de Sir ridley , c'est Gi jane en 96/97, une catastrophe,mais Demi Moore est une Pro et excellente actrice,tres credible à partie là, elle a disparu, litteralement, comme Pierre Richard, immense acteur comique des annees 70/80 et debut 1990, disparu, on s'explique pas ces cycles de popularité oud'impopularité

souleater34
16/07/2021 à 09:43

Du grand n'importe quoi. Un détail commun, et de suite on voit une analogie, voire une filiation! Cependant, tous ces films sont magnifiques et esthétisants. Chacun dans son genre a un corps, une âme. Quand on voit cette filmographie, on se demande comment Ridley Scott a pu commettre Prometheus...

Ray Peterson
15/07/2021 à 21:14

Très chouette article pour un film esthétiquement magnifique mais comme dirait Kyle Reese au scénario basique voir naïf.
Le score de Goldsmith est sublime, (celui de Tangerine Dream est très intéressant aussi d'ailleurs) Mia Sara de toute beauté, l'armure de Tom Cruise pète la classe et bien sûr tout ce qui a été dit en bas en long large et travers par mes camarades.
Mention spéciale au pote Roberto Picardo qui quittait Joe Dante pour faire une sorcière plutôt sordide.

Petit reproche à l'article, Black Rain n'a pas été un échec pour Scott ,je dirais même un bon succès, certes pas autant rentable qu'Alien, pas autant flamboyant puis culte par la suite que Blade Runner mais un bon succès (cf le commentaire audio lucide de Ridley Scott sur le bluray).

Kyle Reese
15/07/2021 à 18:30

Un très grand souvenir pour le fan d’images esthétisante que je suis. Ce film est un véritable tableau féerique sorti des pages de conte illustré.
Le maquillage de Darkness n’a pas pris une ride. L’ambiance est superbe, bien que l’histoire très basique voir naïf traine un peu. C’est assez lent, mais pour tout grand amateur contemplatif de belles images c’est superbe à regarder. La musique de Goldsmith est très réussi aussi.

Flash
15/07/2021 à 18:11

Film magnifique, avec sans doute le plus beau vilain de l’histoire du cinéma.

rientintinchti
15/07/2021 à 16:55

Onirique et magnifique.
Les maquillages de Rob Bottin sont vraiment mémorables.
Ambiance à la fois merveilleuse et inquiétante. Entre rêve et cauchemar.
Superbe.

votre commentaire