Commando : Schwarzenegger ultime, nanar culte, bromance gay, recette d'un chef d'œuvre

Simon Riaux | 4 novembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 4 novembre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Il porte des troncs comme d’autres des fétus de paille. Il dézingue des armées entières armé de son mythe et son couteau. Ses pectoraux font la taille d’un petit yack. Il peut zigouiller une milice privée à lui seul et le tout, en rigolant. C’est John Matrix, c’est Arnold Schwarzenegger et c’est le héros de l’inoubliable Commando

On revient sur ce film culte, qui a marqué son époque et en demeure un emblème indépassable. 

 

photo CommandoUn homme-tronc d'un genre nouveau

 

AMERICA FUCK YEAH 

1985 est une année particulière pour le cinéma d’action américain, marquée par Rambo II : La mission et Commando. Tous deux vont devenir symbolique de leur temps, d’une certaine philosophie du divertissement américain, qui témoigne du regard que le 7e Art porte sur la société qui l’a engendré. 

Quand Sylvester Stallone prend le contrôle de la suite des aventures de John Rambo, c’en est fini du désespoir et de l’amertume du film original. L’acteur devenu superstar aplanira d’ailleurs les aspects les plus politiques ou critiques du script rédigé par James Cameron, pour obtenir une sorte de film de guerre à rebours. Les USA, comme remis de la gueule de bois contestataire des années 70 et de leur Nouvel Hollywood, s’autorisent à rejouer un conflit au goût amer pour le transformer en victoire symbolique, tant pour le héros défait que pour le public. 

On aura souvent analysé Rambo II à l’aune de son ton belliqueux et impérialiste, voire triomphaliste, quand Commando est perçu comme une sorte d’énorme blague à la limite de l’auto-parodie. Mais le film de Mark Lester, pour léger qu’il paraisse, va pourtant beaucoup plus loin dans son portrait d’une Amérique toute-puissante. 

 

photo CommandoLa géo-politique par Arnold

 

À bien y regarder, rien, jamais, ne paraît pouvoir altérer la domination de John Matrix sur son environnement. Pas le moins du monde torturé par son passé de super-soldat comme son collègue renvoyé au Viêtnam, toujours partant pour en découdre, au contraire d’un John McClane, le héros total interprété par Arnold Schwarzenegger est plus un principe qu’un personnage. C’est un sourire triomphal, serti de deltoïdes, qui ne fait jamais qu’avancer, avancer pour conquérir, sans qu’aucun obstacle n’entame sa vista, sa puissance, ou sa réussite. 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Tout savoir sur Commando

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Polo62
07/11/2020 à 07:34

Un film culte du début à la fin. On ne s'ennuie jamais. Oui c'est un nanars...a ne pas confondre avec navet.
La scène dans les jardins du palace sont juste magiques. Personne n'a fait mieux dans le genre 100 contre 1.

J'adore le. Ne réveillez surtout pas mon Ami...il est mort de fatigue

Zeorymer
06/11/2020 à 03:25

- Tu te souviens Sully, je t'avais dit que je te tuerais le dernier.
- C'est vrai Matrix c'est ce que t'as dit
- Je t'ai menti

Un des rares films que je préfère voir en VF qu'en VO, je trouve que la VF apporte un charme supplémentaire.

Emynoduesp
06/11/2020 à 01:13

Ouh pineeeeeeeze !
J ai use la vhs jusqu a la corde je crois bien : ')
Ca doit bien faire 20 ans que je ne l ai plus vu. Mais c est du telephone. Du debut a la fin, il vaut mieux que je m abstienne de le revoir pour ne pas gacher le bon souvenir que j en ai.

Une parodie de Rambo.
On parle de Stallone et la copie foireuse de Terminator, du moins l affiche ? J ai nomme Cobra ? J ai revu il y a peu le milieu du film en allemand et mon Dieuuuuuuuuuuuuuu quelle horreur.
Dire que lorsque j etais jeune et beau, je croyais que c etait l adaptation de l anime. Le choc avait deja ete rude a l epoque !

Steve
05/11/2020 à 18:15

Es c’était pas beau le lancée de cabine téléphonique et je te tiens dans le précipice avéc mon bras gauche et en plus face au méchant de mad max 2 ! Quel pied !!!ça fait du bien ! Même si ça a un peu vieilli

Daddy Rich
05/11/2020 à 18:00

LE MUST DU MUST!
(interdit de critiquer!!!!!!)

Galt
05/11/2020 à 16:42

" - Benett?? J'te croyais??...
- Mort ?? Tu t'es gouré !"

Pseudo1
05/11/2020 à 14:51

J'ai pas le premium pour lire l'article, mais rien que vos commentaires à tous m'ont fait chaud au coeur et donné envie de le remater une 521e fois :D

- T'as la trouille mon salaud ? Bah tu devrais. Parce que le béret vert que t'as en face va te buter la gueule !
- J'avale deux bérets verts au petit-déjeuner. Et justement, j'ai très faim !

Frank F. Drebbin
05/11/2020 à 13:11

@Bubble Ghost

Je valide à 1985%. L'OST transcende les images.
J'écoute le MAIN THEME (title) depuis des années juste avant d'aller chez mes beaux-parents.

Sans oublier le morceau de fin légendaire The Power Station - We Fight For Love

MezGo
05/11/2020 à 12:02

Meilleur film d'action de tous les temps , je m'en lasserais jamais je crois

Romain
05/11/2020 à 09:40

Des répliques bien senties, des idées à mourir de rire, le lama et la glace au début du film... La parfaite série B.

Plus
votre commentaire