The Killer : le chef d'oeuvre qui fait passer John Wick pour un Playmobil

Simon Riaux | 15 octobre 2020
Simon Riaux | 15 octobre 2020

Considéré comme un des plus grands films d’action de tous les temps, The Killer a marqué si puissamment la cinéphilie occidentale qu’il a permis, presque à lui seul, de tout à fait renouveler notre regard sur le cinéma asiatique, quand il n’a pas carrément permis à de nouvelles générations de le découvrir. 

Alors que l’aura de son réalisateur, John Woo s’est (un peu) ternie, que le cinéma d’action a digéré son héritage sans toujours lui rendre hommage, les cinéphiles déclarant leur amour à son grand-œuvre sont de plus en plus rare. Et si c’était justement l’occasion de le remettre sur le devant de la scène ? 

 

photo, Chow Yun-FatQuand le relecteur d'Ecran Large passe un mauvais lundi

 

FORCE SUR LE WICK 

Et à bien y regarder, une franchise de premier plan s’est tout récemment revendiquée fièrement de l’héritage du grand spectacle hong-kongais et du Killer de John Woo tout particulièrement. Il s’agit bien sûr de John Wick, qui a su réveiller des spectateurs qui ne croyaient plus guère dans la capacité d’un cinéma d’action sur-découpé et sous intraveineuse de doublures numériques. Bien sûr, les deux initiateurs de la franchise, les ex-coordinateurs de cascade Chad Stahelski et David Leitch, pensent avant tout à emballer un film qui fera honneur à leurs compétences, mais au-delà des innombrables références balancées par le premier John Wick à l’écran, on distingue une figure tutélaire. 

The Killer est bien plus que cité à une paire de reprises, ou un objet de déférence. On jurerait presque que c’est tout l’univers de John Wick qui a été pensé comme un fan art ou une prolongation (un peu cartoonesque, un peu déviante, totalement “américaine”) devenue incontrôlable. Car à bien y regarder, c’est l’ADN même de la licence meurtrière qui paraît s’être abreuvée à la source fumante de John Woo. 

 

Photo Keanu ReevesComme un air de déjà vu

 

Nous y suivons donc Ah Jong un tueur à gages désabusé. Lors de ce qui devait être son dernier contrat, il a malencontreusement blessé une femme, chanteuse, devenue aveugle à la suite de ses blessures. Il décide alors de consacrer ses gains à ses soins. Une situation qui va le placer entre deux feux, ceux d’un policier décidé à l’arrêter, lui-même en rupture de ban, et ceux de ses anciens employeurs, décidés à éliminer l’assassin renégat, lui envoyant quantité de tueurs pour le faire disparaître. 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

Adam
20/10/2020 à 11:10

John woo utilise bcp le ralenti dans ses films et aussi les pigeons

Colonel j Matrix
18/10/2020 à 18:25

Vous avez oublié le syndicat du crim de jhon Woo qui et super

Mx
17/10/2020 à 14:54

Pas d'accord sur le coté sirupeux, c'est le style woo, il faut accrocher à ce style, c'est tout, quand au fait que sa a vieilli, le film a 30 ans, et reste toujours un classique.

Qui
16/10/2020 à 18:16

Il a surtout inventé les flingues à munitions illimitées et le lancé de pigeons.

Matrix R
16/10/2020 à 17:48

Un immortel film. Woody eterne. Choix d'un fat divin

Killah
16/10/2020 à 13:04

The killer m'avait scotché par ses gunfights et ses chorégraphies stylées.
Et le plus qui m'a fait triper c'est le tout début. Quand il y a l'orage et la pluie avec la musique du film et qu'un mec rentre en manteau long dans l'église camera derrière lui et après on voit Chow Yun Fat assis dans l'église pensif en train de regarder la vierge avec beaucoup de bougie tout autour. Trop stylé !
Par contre ce qui m'a déplu c'est le côté nian nian du film avec cette amitié avec Danny qui vire presque sur l'homosexualité et la fille que tu veux baffer tout le temps. Et puis le film a bien vieilli. J'aurais rêvé un retour au film d'action de John Woo et Chow Yun Fat.

Pat Rick
16/10/2020 à 12:49

Niveau action ce film déchire mais la romance est quand même très sirupeuse, je préfère À toute épreuve.

Opale
16/10/2020 à 10:59

The Killer, sacré film, mais comme plusieurs d'entre vous je lui préfère A toute épreuve que je trouve plus abouti et dynamique, une véritable leçon de mise en scène concernant les gun fights!

blame
16/10/2020 à 10:27

@Baretta

ok, désolé pour mon inculture cinematogrpahique !! Dans ce cas c'est une très belle fin

alulu
16/10/2020 à 10:06

La chanson qui passe quasi en boucle dans The Killer m'a filé le diabète des oreilles. Comme Kyle Reese, je préfère A tout épreuve.

Plus

votre commentaire