Une nuit en enfer : retour sur le délire de Robert Rodriguez et Quentin Tarantino

Mathieu Jaborska | 20 mai 2020 - MAJ : 20/05/2020 15:44
Mathieu Jaborska | 20 mai 2020 - MAJ : 20/05/2020 15:44

Porté par deux cinéastes très appréciés (Robert Rodriguez et Quentin Tarantino) et servi par un casting aujourd'hui super luxueux (George Clooney, Salma HayekHarvey Keitel), Une nuit en enfer n'est néanmoins pas connu pour les stars qui s'y rencontrent. Le film s'articule en effet autour d'un retournement de situation pour le moins sanglant ayant su convaincre des générations de spectateurs vampirophiles. Et pourtant, c'était pas gagné.

En 2020, cette grosse série B trimballe mine de rien, derrière elle, un sacré héritage, assumé ou non. Alors que la vague des suceurs de sang romantiques et bioluminescents s'est éteinte, il est bon de replonger dans une vision du mythe décomplexée, n'hésitant pas à faire des dents longues un prétexte pour opérer un des mélanges de genres les plus barrés des années 1990, et au-delà.

Sortez vos crucifix : on revient sur le twist du Titty Twister.

 

photo, George Clooney, Tom Savini, Harvey Keitel, Fred WilliamsonDream team

 

BUDDY MOVIE

From Dusk Till Dawn (titre original plus efficace) est avant tout né d’une amitié, celle – bien connue – qui unit Quentin Tarantino et Robert Rodriguez, aujourd’hui au sommet de leur gloire, même si l’un est considéré comme un auteur de génie et l’autre comme un honnête artisan. Néanmoins, à la fin des années 1990, les deux compères sont dans une osmose artistique assez unique, osmose qui va concrètement les unir pendant la promotion de Reservoir Dogs et El Mariachi, deux premiers films qui fonctionnent déjà aux phéromones de nostalgie. Mais si le projet a pu voir le jour grâce à leur collaboration, il faut remonter un peu avant leur rencontre pour trouver la vraie origine du scénario.

Robert Kurtzman est un make-up artist émérite ayant travaillé sur un bon tiers des séries B d’horreur américaines cultes de 1986 à aujourd’hui. Son CV contient des titres comme Evil Dead 2, Misery, L’antre de la Folie, Scream, The Woman et même plus récemment Doctor Sleep, ainsi que Jessie et The Haunting of Hill House sur Netflix. Au tout début des années 1990, il écrit un traitement d’une vingtaine de pages, surtout centré sur le huis clos de la deuxième partie du film, et cherche quelqu’un pour en tirer un scénario complet, comme il l’explique lui-même dans un entretien à BackWoodsHorror.

Il recrute alors Tarantino, et le sort du vidéoclub où il travaillait, vendant des scripts comme celui de True Romance. La légende dit que le futur réalisateur de Kill Bill aurait empoché à peine 1 500 dollars pour cette tâche. Les deux hommes concluent un accord : si QT rédige le scénario de Une nuit en enfer, Kurtzman s’occupera des effets spéciaux de Reservoir Dogs. Connaissant la cinéphilie de l’intéressé, nul doute que ce fut cette proposition qu’il prit comme réel paiement.

 

photo, Harvey KeitelHarvey Keitel, 4 ans après Reservoir Dogs

 

Malheureusement, le projet stagne pendant plusieurs années, même après la première percée de Tarantino, et les succès d'estime de Reservoir Dogs et Pulp Fiction. En cause : l’inexpérience de Kurtzman derrière la caméra, et surtout, selon les mots de l’aspirant réalisateur, la structure du récit, échappant quelque peu aux conventions. Ils se mettent alors en quête d’un nouveau metteur en scène. C’est là que la rencontre avec Rodriguez devient déterminante.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

Fred_NTH
22/05/2020 à 11:23

Ma première séance SEUL au cinéma. J'avais 16 ans, j'avais entendu la bande-annonce à la radio (ahahah), j'avais cru comprendre (SPOILER) qu'il y avait des vampires mais au moment du twist j'ai pris une gifle ! Ça reste un de mes films preferés autant pour ses dialogues que son côté "défouloir" ou le rôle badass de Georges Clooney.

Geoffrey Crété - Rédaction
21/05/2020 à 12:39

@Grift

Oui, le chemin étoilé n'est pas là partout. Mais ma réponse tient toujours sur le fait ça ne dérange pas la majorité des lecteurs, et qu'on considère ça comme un moyen de mettre en avant l'abonnement (puisqu'on nous a aussi souvent reproché de pas assez le faire) :)

Grift
21/05/2020 à 12:25

@geoffrey crété
Je pense MassLunar est arrivé sur l'article en cliquant sur sa mise en avant sur la page d'accueil, et la il n'y a pas de signaletique indiquant que c'est un artcile payant (contrairement à dans la liste de news en dessous).

Geoffrey Crété - Rédaction
21/05/2020 à 00:11

@MassLunar

Il y a une jolie étoile sur la page d'accueil pour ces dossiers, c'est le signal que c'est abonné, et jusque là ça semble suffisant pour la majorité des lecteurs.
On pense aussi que c'est bien sympa d'avoir cette porte d'accès pour faire découvrir les abonnements, puisque c'est aussi comme ça qu'on peut découvrir l'offre.
Et oui, la réalité c'est que ces abonnements sont importants pour notre survie, comme on l'a clairement expliqué :)
https://www.ecranlarge.com/films/news/1173641-coronavirus-comment-ecran-large-et-les-medias-tentent-de-survivre-a-la-crise

MassLunar
20/05/2020 à 22:26

Raaaah encore un article abonné ... Sérieux , arrêtez de mettre le début d'article si c'est pour dévoiler que c'est payant. Je sais bien que c'est de l'accroche façon gamekult et qu'il faut que vous gagnez votre vie tout ça tout ça ...mais c'est lourd quoi... Au moins, mettez le davantage en surbrillance que c'est un article premium;

jango567000
20/05/2020 à 20:19

Énorme souvenir ! vu au cinéma
A l'époque le film était interdit au moin de 12 ans pendant la fête du cinéma
il méritait largement le moin de 16 ans.
Je rigolais comme un con quand le film part sur un début pulp fiction et il déraille en gros film gore !
J'adore !!!!

Gregdevil
20/05/2020 à 17:34

Ah la dance de Selma... À savoir que QT est un fétichiste des pieds, et qu'il a écrit cette scène rien que pour sa pomme. Il a raison, fau se faire plaisir.
En tt cas super série B.

ludo
20/05/2020 à 17:12

C'est marrant de voir qu'on est nombreux à avoir découvert le film en VHS, sans avoir été spoilé. Je pensais longtemps être le seul. J'avais même pas vu une bande annonce. Lors du twist j'ai du rembobiner car j'étais en pleine hallu.

Ben
20/05/2020 à 16:26

Idem, découvert en salle, à l'heure ou internet ne spoliait pas un poil, quelle claque!

Bob nims
20/05/2020 à 16:26

Meilleur film de toute les temps a voir absolument !!!!
Every body bee cool
You be cool!!!!

Plus

votre commentaire