Ave, César ! : critique hollywoodienne

Simon Riaux | 17 février 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 17 février 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Réalisateurs aussi prolifiques que brillants, les Coen continuent d’accoucher à un rythme impressionnant de films dont la qualité fait le bonheur des festivals internationaux. Que vaut donc cet Ave, César ! en forme de retour à la comédie ?

HOLLYWOOD BABYLONE

Le film colle au basque d’Eddie Mannix, un fixer du studio Capitole. Comprenez un homme chargé de régler ou mettre sous le tapis tous les problèmes qui ne doivent jamais atteindre les oreilles du public. Une gageure quand les starlettes se font capricieuses, furieuses, folledingues, ou tout simplement qu’elles sont kidnappées…

 

Photo George Clooney

 

Pour les cinéphiles aguerris, ou tout simplement les amateurs d’une certaine représentation nostalgique d’Hollywood, le dernier né des impétueux frangins aura des airs de don du ciel. Les Coen y renouent avec leur goût du film choral et emballent ici une série de portraits croustillants dont ils ont le secret. Les spécialistes se régaleront de retrouver quelques unes des grandes figures du Hollywood Babylon de Kenneth Anger, notamment une Tilda Swinton dédoublée et hilarante.

De même, on saura gré aux frères Coen de nous offrir une nouvelle fois un George Clooney en pleine possession de son potentiel comique, qui joue ici avec son image comme jamais il ne semble pouvoir s’y autoriser ailleurs. Synthèse improbable d’un cinéma classique et d’une veine plus ocntemporaine, presque méta, il symbolise à lui seul le projet de l’œuvre, travail de déconstruction et de mémoire.

 

Photo Frances McDormand

 

MELANCHOLIA

Mais plus encore que les innombrables clins d’œil à la petite histoire de l’âge d’Or d’Hollywood, c’est bien la dévotion pour le Septième Art qui touche. Ave, César ! est un hommage chaleureux, presque une prière, adressée une époque, un momentum où le cinéma était encore tout puissant, une affaire d’homme quasi-divinisés, de véritables colosses aux pieds d’argiles. Ainsi, lorsque le métrage s’attarde sur Frances McDormand, impeccable en monteuse, le sentiment de redevenir un spectateur enfantin, assistant au déploiement et à la fabrication d’un art est un bonheur rarement ressenti devant un écran.

 

Photo Scarlett Johansson

 

Et si finalement Ave, Cesar ! n’est pas un grand Coen, on lui pardonne facilement. Peu importe que son rythme ne soit pas toujours soutenu, que ses petits plaisirs formels soient parfois un poil chichiteux, ou que tous ses personnages ne soient pas suffisamment développés. Le film ne se rêve jamais plus important qu’il n’est, ne tente jamais de jouer les gros bras et se contente (avec bonheur) d’être une évocation sincère et tendre d’une ère désormais circonscrite au territoire des rêves.

 

Poster

 

Résumé

Modeste, riche et touchant pour qui s'intéresse à l'histoire du cinéma, Ave, César est plus Coen modeste que mineur.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.8)

Votre note ?

commentaires
Raoul
19/11/2018 à 13:58

Film détestable au possible.

mesangelique
24/05/2016 à 18:23

Un film fourre-tout, brouillon, à ne rien comprendre.

RiffRaff
29/02/2016 à 11:15

J'ai beaucoup aimé les reconstitutions de scènes de films dans le style de l'époque mais en dehors de ça pas grand chose. Ca ressemble presque à un film à sketchs, l'intrigue principale ne passionne guère et manque de consistance pour en faire un film qui va au delà de l'hommage.

deopo
22/02/2016 à 09:48

Je l'ai trouvé un peu long parfois (notamment les scènes avec les scénaristes) mais pas déplaisant dans l'ensemble. Certains rôles sont plus savoureux que d'autre, mention très bien à celui de Josh Brolin, qui mériterait je pense une histoire axé davantage sur lui.

Holly Body
19/02/2016 à 17:22

Haha

Cream
19/02/2016 à 11:21

Et de toute façon quelqu'un dont le pseudo est Holly Body ne peut pas être relou.

Holly Body
18/02/2016 à 12:40

Parce que c'était plutôt enthousiaste jusque là dans les commentaires, donc pas envie de gâcher ça pour ceux qui comptent y aller.
Et surtout parce que c'est devenu rare d'avoir des échanges civilisés ici, très vite les noms d'oiseaux fusent et on a des accusations gratuites. Mais je sais pertinemment que je suis pas relou vu que je donne mon avis, et que je n'insulte personne.

Ded
18/02/2016 à 10:11

@Holly Body
Pourquoi relou ?... C'est ton ressenti et tu l'exprimes...

Holly Body
17/02/2016 à 20:29

Bon, et bien au risque de passer pour la personne relou, j'ai trouvé le film franchement pas bon. Manque de rythme, une énergie comique pas du tout convaincante, une poignée de seconds rôles censés être décalés mais artificiels et comme intégrés de force dans l'intrigue... J'ai trouvé le temps très long et n'ai pas du tout été charmé par le voulu hommage/satire.
Et grosse impression que sans l'étiquette frère Coen (et donc sans ce casting), le film aurait nettement moins intéressé.

Ded
17/02/2016 à 20:17

Je viens de le voir, c'est un régal ! je vais faire bref (et il y en aurait à dire !). Rien que pour la scène finale qui satisfait totalement l'agnostique que je suis...

Plus
votre commentaire