Vampires en toute intimité : Critique à caractère informatif

Simon Riaux | 30 octobre 2015
Simon Riaux | 30 octobre 2015

Célébré dans de nombreux festivals, What we do in the Shadows a fait les beaux jours des cinéphiles déviants et des amateurs de comédies azimutées. Le voici qui débarque enfin chez nous sous la bannière du E-cinéma, dans une version totalement inédite.

Comment faire vivre commercialement un film au public à priori restreint, et dont l'exploitation à l'international a débuté depuis de longs mois ? C’est à cette question que répond à sa manière Vampires en toute intimité (ex-What we do in the Shadows). Afin d’assurer une plus-value à cette sortie hexagonale, le film a été confié aux bons soins de Nicolas et Bruno (Message à caractère informatif, La Personne aux deux personnes), afin qu’ils le retravaillent, en réécrivent les dialogues et proposent finalement une expérience inédite.

Réalisée avec l’assentiment de ses créateurs, cette relecture convoque notamment Alexandre Astier et Bruno Salomone, qui n’hésitent pas à littéralement divaguer pour fabriquer une œuvre inclassable et frappadingue. La comédie maline, saturée de gags et de détournements pertinents de la culture vampirique est intacte, mais son doublage est entièrement inédit.

 

 

Résultat, la Nouvelle-Zélande devient Limoge, un personnage est presque intégralement réécrit et de nombreuses situations sont tordues en tous sens. L’ensemble s’avère fidèle à l’état d’esprit original, mais sur lequel se greffe désormais un art de la parodie, du pastiche, beaucoup plus français et tirant souvent vers l’absurde. le spectateur a ainsi droit au meilleur des deux mondes : d'un côté la structure intelligente et profondément respectueuse de la comédie originale, de l'autre cette gouaille de faussets qui fait la marque de fabrique de ses néo-auteurs. Ces derniers s'en donnent à coeur-joie et poussent chaque scène aussi loin qu'ils le peuvent, pour notre plus grand plaisir.

Bien sûr on pourra s’interroger sur la pertinence du procédé, surtout pour qui n’a pas vu l’original. On rétorquera que voir un comptable de la COGIP se faire étriper par des loups-garou à l’accent toulousain n’a pas de prix.

 

Résumé

Revu par Nicolas et Bruno, What we do in the shadows devient Vampires en toute intimité : un hybride frappadingue particulièrement bien vu.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

LambdaZero
30/10/2015 à 11:16

Le film en VO est excellent, très curieux de voir, ou plutôt d'entendre, ce qu'ils en ont fait. ça me rappelle l'époque Wayne's World et le ciné US des 80/90's où les doublages français avaient de véritables parti-pris.

ciol
15/10/2015 à 15:54

Ce film est trop marrant !! J'adore les musiques aussi

MystereK
14/10/2015 à 13:33

Lorsque je l'ai vu en salle, nous étions tous écroulés de rire. Un humour référentiel quelque fois très brut et de bas niveau, quelques fois très subtil et innatendu. Un grand moment de rigolade, tout le monde à la sortie arborait un énorme sourire.

Je regarde plutôt les films en VO, mais dans ce cas, je suis curieux de vori ce que donne la version française réécrite et si vriament cela reste dans l'esprit de l'original.

Dirty Harry
14/10/2015 à 13:13

ça a l'air d'un sacré plaisir coupable !

votre commentaire