Dragons 2 : critique qui s'envole

Mise à jour : 26/02/2019 21:51 - Créé : 20 février 2018 - Stéphane Argentin
Stéphane Argentin | 20 février 2018 - MAJ : 26/02/2019 21:51

Quatre ans après l'excellent Dragons, DreamWorks et Dean DeBlois remettaient le couvert avec Dragons 2. Un opus à la hauteur du premier ?

Image 691258
47

PARLEZ MOI DE VOTRE MÈRE

Ne faisons point languir plus longtemps : la réponse à cette brûlante question est non, mais presque. Comme 99% des suites, Dragons 2 ne réitère pas l'exploit de son prédécesseur. Mais sans démériter pour autant. Disons que le scénario a un peu trop tendance à ressembler aux autres films du studio, à savoir une introspection dans le passé du héros. Parmi les exemples contemporains brodant sur le même canevas narratif, on pourra ainsi citer Kung fu panda 2.

En l'occurrence, il est ici question de la maman de notre valeureux dompteur de dragons, supposée morte mais en réalité belle et bien vivante et elle aussi, tout comme son charmant rejeton, ardente défenseuse de la SPD (Société Protectrice des Dragons). Ajoutez à cela le grand méchant de service et vous voici en présence d'un bestiaire plus que conséquent pour cette suite.

 

Dragons 2On a la dent dur avec Krokmou. Désolé.

 

NOUVEAU TOUR DE MANÈGE

Tout comme l'histoire, déjà vue et revue et donc sans grande surprise, les petites touches de folie et de féérie du n°1 se situent là aussi en deçà. La faute à l'absence en tant que coscénariste et coréalisateur de Chris Sanders à qui l'on doit également les excellents Lilo & Stitch et Les Croods ? Possible. Mais ne boudons pas notre plaisir pour autant car les moments de rires, avec des dragons aussi facétieux que des animaux de compagnie, et de démesures visuelles sont légions (Roger Deakins, directeur photo que l'on ne présente plus, a de nouveau officié en tant que consultant visuel sur le film).

La foultitude de personnages, à commencer par des nuées de dragons à perte de vue, et de décors, avec une mention spéciale au sanctuaire des créatures ailées, donne en effet lieu à un véritable festival encore plus riche en couleurs et en péripéties que le premier film. Une surenchère en quelque sorte, à l'image des dragons alpha dont la stature ferait passer des brachiosaures pour de vulgaires chihuahuas, qui se sera donc faite en partie au détriment de la magie et de l'émerveillement du premier opus.

 

Image 691258

 

Résumé

Sans réitérer l'exploit créatif du n°1, Dragons 2 n'en demeure pas moins une suite très haute en couleurs et en péripétie qui saura à coup sûr enchanter à nouveau petits et grands qui ne verront pas le temps passer.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire