Critique : Un plan parfait

Laurent Pécha | 30 octobre 2012
Laurent Pécha | 30 octobre 2012

Par les créateurs de L'Arnacoeur... L'affiche met parfaitement en avant l'un des attraits principaux d'Un plan parfait tant le premier long de Pascal Chaumeil avait su, à la surprise générale, séduire les amoureux de comédie romantique à l'américaine avec son rythme, ses personnages bien écrits et ses rebondissements multiples. Son nouveau film n'est malheureusement pas aussi réussi malgré à nouveau un concept bien farfelu : pour échapper à la malédiction de sa famille où le premier mariage est toujours un échec, une future mariée va chercher à épouser le premier blaireau venue.

Une mission qui va s'avérer bien plus compliquée que prévue et prétexte à nous faire voyager (on fait le grand écart entre le Kenya et Moscou) tout en proposant des gags parfois bien loufoques (la séquence torture chez le dentiste). Pourtant, la sauce ne prend jamais vraiment totalement au point que l'on sourit plus que l'on rit. C'est la rançon du succès du précédent film que de nous avoir rendu plus exigeant. Heureusement, l'œuvre a un atout de poids, un ouragan de talent en la personne de Diane Kruger.

Comme si elle voulait rattraper le temps perdu de ne pas avoir pu prouver auparavant ses talents comiques, la comédienne prend à bras le corps son personnage de femme maladroite, séductrice et finalement plus d'une fois peu sympathique (il faut la voir manipuler et ridiculiser le pauvre Dany Boon). Prenant un plaisir fou au point de le rendre terriblement contagieux dans la salle, Diane Kruger irradie et bouffe l'écran à chacune de ses facéties - et elles sont nombreuses tant elle est prête à tout pour assouvir son plan soit disant parfait -. Au point qu'elle fait écho à l'interprétation de ses illustres devancières du temps où la screw-ball comedy mettait en vedette des sacrés tempéraments d'actrices. Et de se rappeler ici à quel point le titre du premier film de Fred Cavayé (Pour elle) avait un joli sens prémonitoire.

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire