Critique : Voyage de Monsieur Crulic (Le)

Nicolas Thys | 7 juin 2012
Nicolas Thys | 7 juin 2012

Pour faire le récit d'une vie terminée, d'un drame individuel dans lequel l'histoire s'est retrouvée prise, d'un événement pour lequel les images sont rares et dont on souhaite relater les faits sans passer d'un témoignage à un autre, le cinéma d'animation est une alternative convaincante. La reconstitution sera personnelle, l'histoire un point de vue et les décors une reconstruction mais au moins tout sera avoué, exposé. Jamais le réalisateur ne pourra tricher et essayer de faire croire qu'il montre la réalité comme s'il y était. A la fois, on possède la distance nécessaire pour ne pas tout avaler sans réfléchir, et on est pris dans une action qui nous touche. C'est ce qu'a très bien compris Anca Damian pour son film Crulic, l'histoire vraie d'un roumain mis injustement en prison en Pologne, qu'on a empêché de se défendre et qui a fini par mourir des suites d'une grève de la faim. Et ces actes de barbarie, loin de se dérouler quelques siècles auparavant, on eu lieu il n'y a même pas 10 ans.

Directrice photo et documentariste roumaine, Crulic est le deuxième long-métrage mais le premier film d'animation d'Anca Damian. Et pour une première, c'est une réussite. Elle parvient à maîtriser plusieurs techniques et à les associer brillamment, depuis papier découpé jusqu'au dessin traditionnel en passant par l'animation par ordinateur, de la fluidité parfaite de certains plans à la fixité de certains objets sans oublier des mouvements saccadés qui apportent un rythme singulier mais précis à l'ensemble. Et cette profusion des styles ne nous perd pas mais, au contraire, nous aide à pénétrer l'univers intime du personnage, ses pensées, son environnement et son combat. On suit notre homme et son cheminement inéluctable vers la mort sans jamais se sentir largué, même sans avoir eu connaissance des événements auparavant, mais avec l'impression d'assister à un film singulier, cruel et fou mais d'une puissance plastique et formelle indéniable.

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire