Le Stratège : Critique

Laurent Pécha | 9 septembre 2011
Laurent Pécha | 9 septembre 2011

Voir Brad Pitt succomber à l'attrait d'un film sur le baseball, paraît  logique tant le comédien suit ici une longue lignée de beaux gosses hollywoodiens s'étant illustrés dans l'univers du sport numéro 1 aux USA, à commencer par la triplette, Robert Redford, Charlie Sheen et Kevin Costner.  De là à nous exciter pour un univers qui reste toujours si américain ?

C'est oublier qui se cache derrière le scénario adapté d'une histoire vraie (pour les récits sportifs, c'est toujours un énorme plus pour l'émotion). Rien moins qu'Aaron Sorkin qui a prouvé l'an dernier avec The Social Network que son incroyable talent d'écriture télévisuelle (A la maison blanche) savait parfaitement s'épanouir au cinéma. Et le monsieur le prouve à nouveau avec brio au cours d'un récit extrêmement bavard pour mieux faire la part belle à Brad Pitt et son entêtement presque suicidaire à (se) prouver qu'il peut être un manager victorieux.

 

 

S'appuyant sur un matériau « historique » bigger than life comme seuls les Etats-Unis semblent capables de produire, Sorkin livre un regard novateur sur un monde qui d'ordinaire a tendance à nous ennuyer poliment. On se passionne pour ces joutes de l'ombre où tel un grand maître des échecs, Brad Pitt, jongle avec son effectif pour en tirer le meilleur et jouer enfin dans la cour des grands. Et la force du bonhomme et par là même celle du récit, c'est d'humaniser ce sport en paradoxalement le déshumanisant, grâce à une méthode scientifique aussi singulière que drôle pour le profane. Une méthode dont Jonah Hill est le dépositaire en interprétant avec un humour pince-sans-rire un jeune homme fraîchement sorti de Yale qui utilise des principes mathématiques pour trouver là où personne ne pense à chercher, le joueur idéal pour son équipe.

 

 

Le comédien consacré par Super grave, forme avec Brad Pitt un duo aussi improbable que complémentaire. L'alchimie est aussi évidente que la collaboration de leurs personnages pour transformer une équipe de perdants en vainqueurs. Pour qui ne connaît pas l'issue de leur aventure (soit de ce côté-ci de l'Atlantique, 99,9% des futurs spectateurs), Le Stratège offre un joli suspense inhérent à tout bon film sportif.

Mais là n'est vraiment pas le cœur du récit orchestré par un appliqué Bennett Miller, auteur d'un déjà prometteur Truman Capote avec Philip Seymour Hoffman à qui le cinéaste offre ici un rôle magnifique de coach bourru et borné. Ce qui prime ici plus que tout, c'est l'aventure humaine et principalement celle, terriblement émouvante, de Billy Beane (Brad Pitt en course pour l'Oscar), le looser le plus magnifique vu sur un écran de cinéma depuis des lustres. Ou comment un anodin plan tremblotant fixant les yeux d'un homme peut finir par ébranler le plus sceptique des spectateurs.

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire