Critique : Benvenuta

Nicolas Thys | 7 juillet 2011
Nicolas Thys | 7 juillet 2011

Benvenuta est un fantôme. Fantôme d'une vie passée, fantôme d'une vie rêvée et fantasmée. Fantôme de la vie romancée d'une écrivaine, Jeanne, qui ne sort plus de chez elle et qu'un jeune homme, François, veut rencontrer et écouter afin de comprendre son histoire et d'en faire un film. Benvenuta c'est le fantôme de Jeanne dont on peine à saisir la part de réalité et d'illusion, c'est la part cinématographique d'un personnage cloitré dans un grand immeuble, derrière des lunettes, comme si elle cherchait à disparaître sans y parvenir. Et le film d'André Delvaux sera le chemin vers cette disparition.

Pour que ce corps disparaisse, elle doit revenir à la vie, revenir sur un passé trouble, qu'elle a écrit mais oublié pour s'en délester enfin. Le récit à deux niveaux, imbriqué, entremêlé, s'amuse de cette dualité entre l'écrivaine et son héroïne, une pianiste. Comme si on assistait au film désiré par François, film en train de s'écrire, davantage qu'à une reconstitution de la vie de Jeanne. La séquence où apparaissent les parents de Benvenuta est à cet égard importante, créatrice de fantômes depuis longtemps disparus où l'arrière plan éthéré, blanc, contraste avec la noirceur réaliste du reste du décor. Les strates temporelles s'emmêlent dans l'imaginaire de Benvenuta comme si tout devait être avalé par un scénario qui s'écrit, par le film qui se fait. L'imaginaire est ardent, enflammé. Retour sur un passé opaque qu'une réplique de Vittorio Gassman résume bien : tout dire mais en dire un peu trop pour au final n'avoir rien dit.

Et Fanny Ardant ne serait alors que l'image rêvée de Françoise Fabian vue à travers les pensées de Mathieu Carrière. Et Benvenuta devient un merveilleux film sur le cinéma, machine créatrice de fantômes et d'illusions par excellence. Entre rêves et désirs, la vie de la pianiste et la relation que nouent l'écrivaine et François, se superposent jusqu'à cette magnifique rencontre finale, inévitable et macabre.

Résumé

Lecteurs

(5.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire