Critique : Wolfhound

Laurent Pécha | 5 février 2009
Laurent Pécha | 5 février 2009

Super-production russe de 20 millions de dollars, Wolfhound souffre d'un rythme bien trop peinard pour un récit d'héroïc fantasy. Ce qui rend les 2h 15 du métrage difficilement supportables d'autant plus qu'on ne compte plus les tunnels de dialogues où les acteurs prennent la pose dans des décors certes très réussis. Et quand l'action se met en branle, c'est du côté de la mise en scène qu'il y a redire tant les combats manquent de clarté.

 

Pourtant, après un début qui fait craindre le pire (l'ouverture de Conan le barbare et le massacre du village complètement pompé, le brio en moins), il se dégage de Wolfhound un quotient sympathie qui doit beaucoup à l'étrangeté du produit , au charisme de son comédien principal, à sa photo magnifique et à sa bande originale enlevée. L'impression d'assister à un truc « autre » qui pourtant ne s'affranchit jamais des influences évidentes d'un cinéma américain.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire