Critique : Fool moon

Marie-Aurélie Graff | 13 juillet 2008
Marie-Aurélie Graff | 13 juillet 2008

Après le succès de Bienvenue chez les Ch'tis, la comédie du terroir fait à nouveau parler d’elle. Cette fois-ci, direction la Bretagne pour une Fool Moon Party, qui, soit dit en passant, n'a rien avoir avec une grosse fête Thaïlandaise sur la plage. Tous les clichés de la région celtique sont au rendez-vous: du menhir aux pouvoir jamais vraiment expliqués (mis-à part qu'il fait vibrer Tonya Kinzinger) au patois incompréhensible des rares habitants du coin en passant par les paysages maritimes froids et mystiques. Un univers caricatural qui va servir au réalisateur, Jérôme L’hotsky pour faire basculer son film dans la comédie hystérique brillant par une réelle absence de finesse.

 

Autour d’une brochette de comédiens plus ou moins bien exploités, le trublion François Morel sortant comme souvent son épingle du jeu avec un personnage déjanté de pêcheur breton, le cinéaste a bien du mal à tenir le rythme d’un récit qui s’essouffle vite. Tentant maladroitement de créer une atmosphère fantastique tout en accentuant outre mesure les blagues politiques intellos, L’hotsky, pour son premier film, nous laisse plus que perplexe. À tel point que l’improbable coup de théâtre final annonciateur d’une possible suite laisse de marbre. Dans de telles circonstances, une seule pleine lune nous suffit largement.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire