Critique : Pénélope

Thomas Messias | 8 avril 2008
Thomas Messias | 8 avril 2008

La différence physique est un sujet archi-rebattu, souvent propice à d'interminables atermoiements sur le thème de "faut de tout pour faire un monde" et "seule compte la beauté intérieure". Pourtant, de temps à autres, un Edward aux mains d'argent ou un Elephant man viennent changer un peu la donne et teinter les messages de tolérance de féerie et de noirceur. C'est ce que tente Mark Palansky dans Pénélope : parler de la monstruosité, de ceux qui la vivent et de ceux qui la regardent. Avec un gros défaut tout de même : même avec un groin au milieu de la figure, Christina Ricci reste incommensurablement kawaï. Dès lors, il devient difficile de croire que tous les prétendants de Pénélope, sans exception, prennent leurs jambes à leur cou à la simple vue de son appendice nasal.

 

La force du film de Palansky, c'est qu'il ne se cantonne pas à un genre mais explore au contraire diverses pistes, de la comédie romantique jusqu'au fantastique, évitant ainsi d'être sans cesse comparé aux monuments cités plus haut. Porté par une Christina Ricci extrêmement convaincante à défaut d'être repoussante, le film est assez charmant (du moins dans sa première partie) à défaut de captiver vraiment. Malheureusement, le basculement vers le féerique a tendance à lui nuire, l'histoire autour de la conjuration du sort de Pénélope étant résolue avec une rare mollesse.

 

Avec ses quelques bizarreries et son ton désenchanté (symbolisé par le personnage du toujours excellent Peter Dinklage, un "homme de petite taille" insidieusement attiré par l'anomalie de la jeune femme), Pénélope fait tout de même penser à du Burton, la mise en scène en moins. Il y a dans tout ça un petit côté Big fish qui ne devrait pas déplaire aux fans les plus intégristes du monsieur. Et si le spectateur reste un peu trop sur sa faim devant le manque de fantaisie de l'ensemble, il ne devrait pas regretter d'être entré dans la salle, même s'il n'était venu au départ que pour admirer l'appendice porcin de cette chère Pénélope.

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire