Critique : Le Mozart des pickpockets

Nicolas Thys | 18 février 2008
Nicolas Thys | 18 février 2008
Primé dans de multiples festivals de courts métrages dont le prestigieux festival de Clermont-Ferrand, primé aux Césars et aux Oscars en 2008, Le Mozart des pickpockets nous entraine dans l'univers original d'un créateur qui n'est pour l'instant pas encore passé au long, Philippe Pollet- Villard, cinéaste, scénariste, acteur et romancier et passionné de polar. En trois petits films il est parvenu à imposer un style reconnaissable et exquis, toujours décalé, mi-comique, mi-navrant.

 

Le Mozart des pickpockets se situe d'ailleurs à l'opposé de ce qu'on a pu voir dans le film de gangsters français depuis une éternité. Grâce à une forme très classique et maîtrisée, sans aucun maniérisme et aidé de dialogues aussi décapants qu'amusants, bien loin des répliques cinglantes d'Audiard mais parfaitement adaptés à ces marginaux de pacotille à l'allure d'âne bâté, le cinéaste nous conduit dans les quartiers populaires nord parisiens qui servaient déjà de décors aux films policiers un demi-siècle plus tôt : Pigalle, Barbès et la Chapelle.

 

Mais en 50 ans le changement est notable : plus les mêmes gueules, ni les mêmes commerçants. Plus le même type de casses : les poches remplacent les banques, les durs sont devenus mous, les flics sont en civil et dans hôtels miteux la misère guette. Dans son premier court-métrage, Ma place sur le trottoir, les prostituées n'ont d'ailleurs même pas été remplacées puisqu'elles sont septuagénaires !

 

Aidé d'un gamin sourd muet abandonné, les protagonistes, deux paumés au cœur tendre, vont tant bien que mal essayer de s'adonner au « micro-banditisme », ce qui donnera lieu à des séquences burlesques et cocasses. Le Mozart... est une petite perle, à la fois hommage à ses aînés et poursuite d'un genre en perte de vitesse et qui, ces dernières années, faute de grands créateurs, s'était souvent beaucoup trop pris au sérieux pour être convaincant.


Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire