Critique : L'Ile

Nicolas Thys | 7 janvier 2008
Nicolas Thys | 7 janvier 2008

L'Île serait presque un film en noir et blanc : prologue, intérieurs et soutanes sombres, le reste, c'est-à-dire la nature non asservie par l'homme, recouverte de neige, totalement immaculée et ce qu'il lui reste de liberté et de folie dans un monde hanté par un passé toujours présent et gouverné par les arcanes d'une mystique imperméable, blanc. Dans un film où la religion est si présente la symbolique des couleurs est forte mais ici nulle exacerbation ou outrance déplacée du plus mauvais effet, juste quelques nuances et teintes subtiles.

Aucun doute, depuis ses premiers longs-métrages, Loungine a changé de style et celui-ci lui sied à merveille car L'Île est d'une beauté et d'une puissance rare aujourd'hui où toute foi est spoliée et où toute prise de position en général vite évacuée. Nulle véritable morale, nul sermon grotesque : juste un homme devenu moine, aux pouvoirs extraordinaires et à la folie assumée prisonnier d'un passé, cherchant un pardon impossible dans un univers reculé. Une histoire simple et forte servi par une réalisation très maîtrisée, sans fioriture ni acte gratuit.

Ici des plans longs, contemplatifs, pourtant bien loin de l'esthétique d'un Sokourov ou d'un Tarkovski, des plans qui aboutissent à une abstraction totale et à un envoûtement général. Un film qui tend à faire de l'écran une toile, un monochrome blanc et à atteindre un absolu, le divin, se rapprocher de l'irreprésentable créant également une sorte d'espace-temps in(dé)fini. Si l'orthodoxe est iconophile, le film relèverait presque de l'iconoclasme, et c'est là son paradoxe et sa beauté, tant tout tend vers une disparition inéluctable, et ce sera seulement après avoir vaincu cette pureté glaciale totale que le noir du pêché sera absout, qu'une porte vers un au-delà, un repos éternel, pourra enfin advenir.

Oui L'Île est une œuvre mystique mais, et c'est là une grande qualité, jamais en croisade ou en lutte pour une conversion quelconque et n'importe qui, aimant le cinéma et appréciant la beauté simple d'une image fugace ou éternelle, devrait adhérer au film.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire