Critique : Death note

Lucile Bellan | 8 janvier 2008
Lucile Bellan | 8 janvier 2008

Après le succès, au Japon et en France, du manga Death Note (12 volumes, série encore en cours en France), difficile de ne pas tomber sous le coup des adaptations sur divers supports, à l'instar de la série Nana (qui comptabilise à ce jour deux films « live », un anime, plusieurs jeux vidéos principalement sur Nintendo DS et une tonne de goodies), la franchise Death Note n'en a pas fini de passionner les petits japonais. Et l'effet est immédiat, après la prépublication du manga en 2004 dans le très populaire Weekly Shônen Jump, se succèdent ainsi un anime de 37 épisodes, 3 films « live » (le troisième est prévu pour le 9 février au Japon) et plusieurs adaptations en jeu vidéo toujours sur Nintendo DS (décidément la console du jeu-manga, même si ce phénomène ne nous a pas encore touché).

 

Avec de telles franchises, on pourrait se dire que la qualité n'a pas besoin d'être au rendez-vous pour attirer le succès. Mais ce serait médire sur les auteurs japonais, très respectueux de leur public. Le premier long-métrage Death Note est donc une assez bonne surprise, qui mérite d'en faire la critique, et non pas un pur produit marketing. Tout d'abord, il offre une alternative rythmée à la première partie du manga (un peu austère), présentation des personnages et de l'intrigue. Une intrigue qui ne sort pas des rails imposés par le manga, c'est donc par son aspect visuel que le film se démarque. Car s'il n'est pas difficile de donner un visage humain aux deux jeunes personnages (Light, à prononcer  la japonaise « Raito », et L sont en effet très charismatiques), on ne pouvait que douter de la capacité à mettre en image le fameux Dieu de la mort amateur de pommes, Ryuk. Et pourtant, c'est avec une facilité déconcertante que ce personnage en images de synthèse (très bien fait) se mêle à notre réalité en prise de vues réelles.  

 

Comme introduction à un univers assez complexe, Death Note le film est donc une bonne alternative au manga ou à l'anime, mais n'est en aucun cas un complément car il n'apporte aucune lecture supplémentaire à l'histoire. Les fans absolus seront quand même ravis de voir arriver en France le film de leurs héros mais pour un non initié, le plaisir risque d'être plus grand encore dans la découverte d'une histoire aussi noire que riche, sur la mort et le pouvoir.

Résumé

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire