Critique : La Loi du Seigneur

Par Nicolas Thys
25 août 2007
MAJ : 25 février 2020
0 commentaire

Mêlant hymne philanthrope et pacifique et critique de la violence et du puritanisme religieux, La loi du seigneur, sans être le meilleur film de son auteur, n'en reste pas moins un très bon cru. William Wyler, l'un des maîtres de l'utilisation de la profondeur de champ, malheureusement quelque peu tombé en désuétude et qui serait peut-être oublié s‘il n‘avait pas été aux commandes de Ben Hur, réussit à travers cette chronique familiale une œuvre dramatique et amusante, joyeuse et humaniste sans pour autant être mielleuse.

En pleine guerre de sécession, une famille de quakers, chrétiens prônant la non-violence et la neutralité dans les conflits, hésite entre prendre les armes et laisser les choses advenir. Réalisé en 1956 dans une Amérique en pleine guerre froide et sous tension, le film n'a d'autre objectif but que la promotion de la paix et l'arrêt définitif de combats barbares et stupides entre les hommes tout en remettant en cause le puritanisme exacerbé et la place trop importante occupée par certains groupes religieux.

Faisant le pari du rire sur la violence, du silence sur la parole et préférant suggérer la cruauté plutôt que la mettre directement au cœur des images, le réalisateur s'en sort particulièrement bien et maîtrise au mieux un sujet pourtant délicat. Le scénario tient parfaitement la route malgré la naïveté confondante de certaines séquences, les acteurs s'avèrent excellents, Gary Cooper en tête dans un rôle comique qui lui sied plutôt bien, et la mise en scène est efficace. Wyler reprend certaines des recettes qui ont fait son succès, notamment en ce qui concerne les oppositions brutales de rythmes et la préférence du long plan au montage rapide, mais il est ici tout particulièrement brillant dans l'utilisation du son et des bruitages.

Accompagné d'une partition magnifique de Tiomkin, le film, énorme succès critique à l'époque, récompensé par 6 nominations aux oscars et une palme d‘or assez exagérée, reste une œuvre indispensable pour les amateurs de grand spectacle hollywoodien.

Rédacteurs :
Résumé
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires