Critique : .hack//SIGN

Jean-Noël Nicolau | 29 mai 2007
Jean-Noël Nicolau | 29 mai 2007

Les séries animées possèdent aussi leurs nanars et .hack//SIGN (prononcez comme vous le pouvez) en fait partie. Sur les bases d’un univers ambitieux mais au final d’une grande vacuité, l’histoire déroule une intrigue d’une pauvreté qui fait passer le néant pour de la contemplation. Il ne se passe rien et une poignée de personnages errent dans un monde désert. L’ennui inhérent aux premiers jeux multiplayers online devient le principe de .hack//SIGN. D’immenses tunnels de dialogues répétitifs donnent l’impression d’assister à des « chats », à peine animés, entre quelques geeks désoeuvrés.

Les tentatives poétiques ou vaguement mystiques tombent à plat, tant la « profondeur » de l’œuvre la fait immédiatement passer pour un Avalon du pauvre (c’est le même scénariste). Il faut ajouter à ce constat une musique insupportable et jamais en accord avec les scènes, ainsi qu’un character design des plus basiques qui donnent l’impression de regarder une série des années 80 (alors qu’elle date en fait de 2002). Laborieux, .hack//SIGN ne séduira sans doute que les accros indécrottables de World of Warcraft, qui seront peut-être eux-mêmes déçus de l’indigence du monde virtuel décrit ici.

Résumé

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire