Un Prince à New York 2 : critique d'un lion sans crinière sur Amazon

Simon Riaux | 5 mars 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 5 mars 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Réfugié sur Amazon Prime VideoEddie Murphy joue le vieux lion, pour prouver avec un Un Prince à New York 2 qu'il règne toujours sur la jungle hollywoodienne. Mais n'est-il pas trop tard pour ressusciter un personnage et une histoire qui ne sont plus de première jeunesse ?

EDDIE MORPHING

Suite tardive d’Un prince à New York, la genèse de la comédie qui a soufflé ses trente bougies n’a pas été de tout repos. Annoncée en 2017, alors sans Eddie Murphy, l’entreprise s’est finalement muée en une énième tentative de come-back. Star toute puissante du stand-up américain de la fin des seventies jusqu’au crépuscule des années 80, l’artiste a vu sa popularité et sa réussite s’éroder progressivement jusqu’à le contraindre à devenir une caricature de lui-même, puis progressivement disparaître. 

Il y avait quelques raisons d’espérer, l’acteur retrouvant ici Craig Brewer, metteur en scène du récent Dolemite is my name, excellente surprise atterri sur Netflix, fantasme de blaxploitation et commentaire aussi malicieux que méta sur la carrière du comique. Malheureusement, on sent rapidement que ce duo prometteur est arrivé en cours de projet, tant il semble évident que le prince Akeem n’était pas initialement le centre de gravité du projet. 

 

photo, Eddie MurphyToo much Eddie

 

Contraint de ramener des États-Unis un bâtard qu’il pourra marier à un voisin belligérant, le roi Joffer lutte manifestement avec le désir des scénaristes Kenya Barris et David Sheffield d’aboutir à un remake centré sur le fils interprété par Jermaine Fowler. Un problème tant le sentiment de redite est puissant, tant les gags oscillent entre redite, décalages au tempo ronflant et blagues qui reposent sur des maquillages grossiers ou mal dopés au numérique.

Tout le monde s'efforce de tirer à lui une couverture bien trop petite, qui nécessite plus d'introductions de personnages, de vélocité et de créativité que quiconque ne semble en mesure d'en produire sur le plateau. Une sauce figée contre laquelle Murphy ne peut rien, et dans laquelle il se contente de se débattre avec l'énergie d'un lamantin en pleine rupture du corps caverneux.

 

photo, Eddie MurphyTout est dans le sourire

 

UNE COURONNE DES PINES

La faute à une mélodie humoristique qui vire à la mélasse indigeste, on ne rit pas. C’est que Un Prince à New York 2, comme son titre ne l’indique pas, souffre de son concept même. Le premier opus ne nous offrait qu’un bref aperçu du Royaume de Zamunda. Caricatural, absurde, il constituait à la manière d’un conte philosophique voltairien, une bizarrerie introductive qui autorisait les personnages à se moquer du véritable décor : New York et les États-Unis. En retournant cette équation, le scénario est obligé de donner vie à ce pays fantasmatique, et le résultat est catastrophique. 

Les indignés de canapé auront beau jeu de pointer du doigt une vision raciste de l’Afrique, mais en l’état, il est sans doute plus exact d’en regretter l’insondable bêtise et l’incohérence, plutôt que d’y voir une véritable volonté colonialo-dominatrice (le résultat n’en est pas moins navrant). Ainsi, cohabitent au sein du projet une direction artistique grossière, un humour volontiers régressif, centré sur le masculin et gentiment phallocrate, avec des greffes “progressistes” aussi voyantes que contradictoires. 

 

photo, Eddie Murphy, Arsenio Hall"Voyant mon lifting ?"

 

N’osant raisonnablement pas tout à fait embrasser ses saillies à base de pénis (ceux qui n’auront pas compris à l’issue du visionnage que Murphy a visiblement été hybridé avec un tronc de séquoia souffrent de sévères lacunes cognitives), le scénario propose une sous-intrigue sur l'émancipation totalement ratée. Artificielle, inconséquente, elle témoigne cruellement de combien l’apport de John Landis, réalisateur du précédent volet, fut essentiel à sa réussite et à l'équilibre entre ses divers ingrédients.

Un Prince à New York 2 est disponible sur Amazon Prime Video depuis le 5 mars 2021 en France

 

Affiche US

Résumé

Suite tardive et dispensable, ce nouveau Prince à New York lutte contre lui-même, écartelé entre le désir de come-back d'un Eddie Murphy comateux et un ADN de remake déguisé aussi maladroit que paresseux.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.2)

Votre note ?

commentaires
Mustaphas
09/03/2021 à 10:49

J'ai jamais vu un film aussi nul le premier était top le deuxième c'est la honte

Philippe
09/03/2021 à 06:39

Je l ai vu ces un bon divertissement il ne faut pas tjr chercher de message religieux ou politique dans chaque film ce n' est plus du grand Eddie Murphy certe mais ca reste plaisant as regarder

DavidE
08/03/2021 à 00:06

J ai bien aimé le film il est bien fait

Octavius
08/03/2021 à 00:01

Critique pas très honnête : ce film vaut largement le premier (arrêtez un peu le c'était mieux avant...) et l'Afrique présentée n'est pas si caricaturale quand on connaît un minimum les frasques des dictateurs africains (arrêtez de pensez que l'Afrique c'est le roi Lion...)
Bref, c'est dommage que le matrixage du BLM et de la nostalgie 80s vous fasse perdre tout sens critique parce que ce film méritait avis bien plus avisé !

leprotagoniste
07/03/2021 à 23:12

Assez exagérée comme critique. C'est pas fou mais ça reste drôle quand même.
Ya plein de petits clins d'oeil au 1 qui sont assez drôles, après ils essayent de traiter les sujets d'actualité (tant bien que mal) comme tous les films en ce moment !

LeRoiBoo
07/03/2021 à 09:55

Je me suis fait à la suite le 1 et le 2.
Et je pense que le problème viens du sujet, qui était une critique de la société noir américaine basé sur l'argent et le parait être.
La il n'y a pas a de critique, juste une petit film comique sympa, avec quand même des moments assez tordant. Genre le camps militaire, le petit fils des Duke & Duke.

Et surtout, tu vois qu'ils ont quand même repris des tout petits trucs anodins pour caler les 2 films.

Et dernière chose, c'est le premier film avec Eddie Murphy qui n'est plus doublé par Med Hondo

Ff44
07/03/2021 à 09:53

Un navet avec de supers acteurs et du budget. Film ennuyeux et lourd

Neji .
07/03/2021 à 00:40

Dans le titre il y a New York non?! Le premier ce fut le cas , une balade dans Big Apple.
Mais la non juste un allé retour pour 8 mn de film et pour le reste une sorte de wakanda du pauvre ridicule.
J'avoue j'ai même pas réussi à terminer le film, tellement lourdingue , pathétique une fumisterie total , mal écrit , plutôt mal joué , mise en scène banal .
Une époque où juste Pour faire du contenu des types, des plateformes produisent des daubes et balance du fric dans les WC..

Mchael Jackson
07/03/2021 à 00:38

J'attends le reboot avec uniquement des acteurs blancs.

Pat Rick
06/03/2021 à 21:17

Une suite décevante et sans grand intérêt, seules les 30 premières minutes sont sympas à suivre, une fois que le fils est là ça dégringole.

Plus
votre commentaire