Sonic, le film : critique Seigneur, mes anneaux

Geoffrey Crété | 12 février 2020 - MAJ : 18/02/2020 10:56
Geoffrey Crété | 12 février 2020 - MAJ : 18/02/2020 10:56

Un an après Pokémon : Détective Pikachu qui a agréablement surpris pas mal de monde et remporté un franc succès en salles (plus de 431 millions pour un budget de 150 tout de même), c'est au tour de Sonic de traverser les pixels pour rejoindre les écrans de cinéma, sur la même formule : le hérisson de Sega est donc propulsé dans le monde moderne, et se taille une amitié avec un humain, ici incarné par James Marsden. Avec un budget proche des 100 millions, la superproduction de Jeff Fowler avait de quoi faire peur.

RING OF FADEUR

Le problème n'est pas l'adaptation. À moins de s'attendre à un film d'animation muet où Sonic traverse en ligne droite des forêts, des usines et des casinos, sur fond de musique rétro, Sonic, le film ne pouvait que prendre de grosses libertés pour transposer l'univers Sega dans le cadre d'un produit de studio. Le hérisson est donc catapulté dans un monde d'humains, à la Roger Rabbit et Pikachu. Il est présenté comme un alien extraordinaire, doté de pouvoirs incroyables sur une île paradisiaque (en gros, la version 3D des jeux Megadrive), qu'il doit fuir lorsque de méchants machins essaient de le capturer. Les anneaux sont désormais des portails, qui permettent à Sonic de voyager où bon lui semble, afin de se cacher sur divers mondes et éviter d'attirer la convoitise avec ses pouvoirs.

Le voilà sur Terre, dans une petite ville du nom de Green Hills (hommage dispensable numéro 1), où sa solitude le pèse tellement qu'il va provoquer un petit chaos. Entre alors en scène Robotnik, un savant siphonné envoyé par le gouvernement pour enquêter, tandis qu'un flic nommé comme les réalisatrices de Matrix aide Sonic à lui échapper.

Les enjeux sont donc aussi minces que ceux des jeux (courir et taper Robotnik), et ce n'est pas grave. En revanche, la surdose de niaiseries et banalités hollywoodiennes apportée à la formule a de quoi donner des envies de vomir. Car il sera bien entendu question d'amitié, de famille, avec de la course-poursuite, des références à la pop culture (de The Rock au backpack kid, en passant par Uber) et des scènes de "comédie" vues mille fois ailleurs.

 

photoEt si j'utilisais ça pour me barrer de mon film...

 

LA COURSE À LA MOLLE

La première erreur du film est certainement d'extirper Sonic de son monde, pour le poser dans un paysage urbain aussi fun que le décor d'Aliens vs. Predator : Requiem. Sans palmiers, sans arches, sans animaux à libérer, sans anneaux à récupérer dans ses sprints, le héros est réduit à une bestiole bleue passée de l'autre côté du miroir du gamer. Le célèbre Hedgehog est plus proche de Ted, qui a inspiré l'équipe, que d'un héros justicier. Considérer que tout repose sur Sonic et qu'il peut porter l'identité et l'intérêt des jeux à lui seul condamne cette adaptation aux sentiers balisés et tristounets.

La fantaisie est donc quasi absente du film. Hormis l'intro et une scène post-générique, Sonic, le film est un couloir de décor gris, de rues de studio et d'intérieur de sitcom. Avec à la base un univers vidéoludique si coloré et décalé, passé par tant de mondes et d'ennemis, c'est un comble. Inutile d'attendre le moindre style, à l'image d'un Pokémon : Détective Pikachu qui avait séduit par sa photographie et ses ambiances : le film de Jeff Fowler est éclairé comme une série de seconde zone, filmé sans aucun panache, mis en musique sans énergie.

 

photo, James Marsden, Tika SumpterDirection artistique de folie

 

Inutile d'attendre grand-chose des trois ou quatre scènes d'action non plus, puisque la seule chose remarquable est un copier-coller du grand moment de Quicksilver dans X-Men. La fierté est telle qu'il y a même deux scènes sur ce principe, dont une qui relève entièrement d'une blague sans incidence sur l'intrigue. Le niveau d'ingéniosité est très élevé.

Et ce n'est pas le rendu des CGI qui va aider cette avarie. À part les laids drones de Robotnik, et quelques effets et explosions, rien à signaler dans ce film à quasi 100 millions. Les anneaux-portails ouvraient quantité de possibilités pour alterner les décors, créer un vertige dans l'action, et jouer avec les dimensions, quelque part entre Portal et Blink des X-Men, mais le film est d'une paresse affolante.

Tout le budget est allé sur Sonic lui-même (y compris une rallonge pour repenser le design suite à la colère des fans), et c'est probablement le moins pire du film. Excepté ses dialogues et gags dignes de Dora et la Cité perdue, le héros de Sega est relativement réussi, avec une allure cartoonesque qui fonctionne, dans les limites de cet univers légèrement bordélique. Pas de quoi avoir envie de l'acheter en peluche ou faire rêver un môme, mais pas de quoi grincer des dents non plus. Peut-être parce que tout est pire autour de lui.

 

photo"Je n'ai rien à voir avec ce crash"

 

ROBO-TE-NIQUE

L'espoir d'un Jim Carrey en roue libre, pour donner quelques couleurs au film, s'envole vite lui aussi. Dans la peau d'un Eggman qui se résume à un scientifique fou, surdoué et grotesque dans les jeux, l'acteur avait le champ libre pour exister et occuper la scène. Mais là encore, c'est l'écriture qui le condamne à un petit cirque déconnecté du reste. Si ce n'est quelques cris absurdes et irrésistibles (lâchés dans les bandes-annonces), ce Robotnik est la caricature parfaite d'un bon acteur engagé pour assurer le service sans aucun motif ni carburant.

Le scientifique fou a beau avoir des gants high-tech, un sous-fifre à humilier, un camion digne de Fast & Furious et une sale moustache, il n'aide en rien le rire. Face à un James Marsden qui n'a rien d'autre à défendre que sa belle gueule et ses t-shirts moulants, Jim Carrey illustre le cauchemar d'un sketch du Saturday Night Live étiré sans raison.

 

photo, Jim CarreyJe suis le roi du lol

 

Sonic n'est certainement pas le jeu vidéo le plus évident (et malin) à adapter, mais il y avait matière à aller loin. L'inventivité d'un Spider-Man : New Generation, tiré d'un matériau particulièrement riche, était certes trop demandée, mais entre ce rêve et la réalité d'un produit si anodin et lisse, il y a une marge énorme. Une marge où les couleurs, les pixels, l'univers gigantesque évoqué çà et là auraient pu être exploités, et inciter le hérisson et son acolyte à voyager.

Au lieu de ça, Sonic, le film trahit une idée maîtresse, terriblement banale : la franchise. De l'ouverture sur un logo Sega qui ressemble à celui de Marvel (aperçu de plusieurs personnages cultes et dézoom sur l'univers) aux scènes post-génériques (le retour de Robotnik, l'arrivée logique d'un compagnon à queues), tout semble avoir été pensé en dépit du bon sens artistique et ludique, pour simplement assembler un machin sans âme, ici et surtout à l'avenir. Difficile d'être véritablement surpris, mais possible d'être encore une fois exaspéré.

 

Affiche française

Résumé

Non seulement le film Sonic ne sait pas quoi faire de l'univers des jeux vidéo, mais il le dilue en plus dans une comédie pas drôle, un film d'action pas spectaculaire et un film d'aventure pas beau. Même pour les enfants (ceux qu'on aime du moins), c'est déconseillé.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(4.0)

Votre note ?

commentaires

greg67
30/06/2020 à 14:53

J'ai connu les jeux vidéos, et je pense qu'un critique à bien le droit de trouver le film pourri.
Mes filles (école primaire) ont adoré mais moi pas du tout. Chacun ses goûts...

Geoffrey Crété - Rédaction
05/05/2020 à 00:14

@GuillaumeMT

Il est là, bel et bien en place, et pas content de ce machin informe !

Mais ravi si ça vous a plu !

GuillaumeMT
04/05/2020 à 22:48

Je viens de regarder le film. Si d'habitude je suis d'accord avec vous je suis vraiment surpris par votre note ! Je trouve que le film ne revolutionne rien mais fait le travail efficacement. Les effets spéciaux ne sont pas dégueulasse, le personnage de Sonia est attachant, jim Carey fait plaisir à voir.

Je suis d'accord sur la possibilité offerte avec les pièces qui n'est pas exploité mais le film mérite un petit 5.

@Geoffrey ou est ton cœur d'enfant !

Erwan
04/04/2020 à 19:33

Un excellent film qui nous a beaucoup plus à mon amie et moi. Nous sommes tous les deux, deux fans du jeu vidéo.

JS
17/03/2020 à 05:38

On a raison de dire que plusieurs gags sont du déjà vu, du réchauffé et quelqu'un qui ne connait rien à Sonic ne comprendrait rien à certaines choses dans le film. Cest un film B. Rien de spectaculaire, mais divertissant et enfantin. Jai 25 ans, jai joué à plusieurs Sonic sur Gamecube, Wii et Switch. Connu les originaux aussi. Ce nest pas toujours facile dadapter un jeux videos sur le grand écran. Et je suis sur que le realisateur na pas voulu faire un film imposant et nouveau genre. Mais de voir Jim Carrey en Eggman. Voir Jim Carrey dans un film... tout court. Comique en plus. Cetait magique. Les guerriers qui pourchassent Sonic ce sont les Echidna. Knuckles le premier rival de Sonic fait partie de cette tribu. Le monde des Champignons est aussi un monde dans Sonic. En plus de faire reference à Mario. En gros bravo. Jai été diverti. Mon coeur de jeune geek a ete touché positivement.Mais je nacheterai pas ce film B.

Dutch Schaefer
03/03/2020 à 10:04

Vu hier avec mes deux enfants de 9 et 7 ans! Et en ce qui concerne ces deux "Gremlins" ils étaient aux anges! Ils ont véritablement apprécié le film pour ce qu'il est: un divertissement enfantin franchement bien foutu et sans la moindre prétention!
La salle était pleine (en 2ème semaine, et un lundi après midi, de vacances scolaires j'en conviens!) et des adultes comme moi ce sont amusés de ce Sonic!
J'ai joué et joué et... joué à ce jeux pendant des années avec ma Sega et aujourd'hui encore, grâce à la réédition de la Sega Mega Drive et ses jeux inclus! Et en particulier ce Sonic, qui m'amuse et qui amuse énormément mon fils lorsqu'il est sur la console!
Mais pour en revenir au film lui même, je donnerai la note de 9/10 (les histoires sont toujours quelque peu basique et classiques sur ce type de film!) mais le reste en dynamique et drôle pour des enfants entre 6 et 13 ans et plus que supportable pour les parents!
Donc remettons les pendules à l'heure, nous sommes dans une catégorie de film qui s'adresse à un public jeune (les mêmes que ceux qui vont voir les Disney et autres Pixar!) et dans le cas présent le deal est respecté haut la main!

PS: et quel plaisir de retrouver l'immense Jim Carrey! Même si je reconnais que je préférais le voir dans autre chose! Mais un vrai bonheur de le revoir sur grand écran... SPLEEEEEENNNNNNDIDE! ;-)

CaptainTsubasa
24/02/2020 à 16:29

Merci pour le spoil des scènes post génétique ???????? Ça m'apprendra à lire une de vos critiques ????????

Geoffrey Crété - Rédaction
21/02/2020 à 10:24

@Gauffrier Sauvage

Pourquoi en venir à la conclusion que l'autre ne sait plus apprécier un divertissement et a un problème, s'il a un avis différent ?

Très récemment, j'ai par ex écrit que Birds of Prey était cool, bien fichu, avec une bonne énergie, des scènes drôles et une ambiance très réussie. Beaucoup de lecteurs ont détesté le film, et nous ont donc reproché d'être trop gentils, trop bon public. Un coup on aime trop les Kinders, un autre, on a des goûts trop luxueux avec le chocolat de première qualité. C'est le jeu. Preuve que tout ça est bien une question de perspective, et qu'on peut toujours avoir une étiquette pour quelqu'un en désaccord.

Aucun drame de mon côté sur Sonic, aucune bienveillance forcée sur Birds of Prey. Simplement des avis tout simples, et l'habituelle diversité des opinions. Je n'attendais pas de Sonic un grand film fabuleux qui révolutionne le cinéma, mais juste un bon divertissement bien troussé, malin, drôle, inventif. Avec un imaginaire, de l'esprit, de l'action, un peu de magie, un peu de souffle épique. Il y a un monde entre attendre un grand film, et ne rien attendre du tout et s'en contenter. C'est dans cet espace de nuance que Sonic se crashe pour moi.
Que je le trouve très raté ne veut ni dire que je suis un blasé qui dégueule de blasitude ; pas plus que votre sympathie pour ce film ne signifie que vous n'êtes pas assez exigeant et trop bon public. Encore une fois, simplement deux avis différents.

Si vous avez aimé Sonic, c'est super, d'ailleurs on répète que chacun devrait se faire son propre avis.

Gauffrier Sauvage
21/02/2020 à 09:58

Ça doit être à la fois cool et chiant ce métier. À force de tout voir et de critiquer, on ne sait plus apprécier un divertissement au plus simple. C'est comme dire que parce qu'on a mangé un chocolat de chocolatier de renom, on gerbe les Kinders. Bah moi j'aime bien le bon chocolat, mais je mange encore beaucoup de Kinders.
Attention, ce qui est dit dans cette critique n'est pas foncièrement faux. C'est juste tellement blasé qu'on sent la lassitude prête à sortir de chaque caractère comme un bouton purrulent sur le point d'éclater.

Ce film est un divertissement familial sans réelle prétention autre qu'adapter un univers inadapté au cinéma en quelque chose de rentable. Des attentes "artistiques" sur ce genre de produit, c'est comme demander une gauffre de Liège et recevoir une gauffre de Bruxelles (spoil : c'est le drame).

Moi je l'ai vu avec ma fille de presque 4 ans. Elle a adoré et je ne me suis pas spécialement ennuyé. Ok, ça frôle le téléfilm de l'aprem par moments. Mais ça serait stupide de s'arrêter à ça quand on connait les catastrophes monumentales du passé en terme d'adaptation. Rien que les différents produits animés filent des frissons dans le dos.

Et puis la fin laisse planer un petit espoir d'étendre l'univers du hérisson bleu à plus que "ça" :).

Gacho
21/02/2020 à 01:04

Entre sonic et sharknado ? Je trouve sharknado meilleur.

Plus

votre commentaire