Bad Boys II : critique qui se pète le frein en appuyant sur l'accélérateur

Simon Riaux | 9 juin 2022
Simon Riaux | 9 juin 2022

Bad Boys II est ce soir à 23h15 sur M6.

Certains longs-métrages se déploient telles des anomalies, de glorieuses tumeurs sécrétant un nectar de chaos, tantôt imblairable, tantôt salvateur, quand il vient parasiter un programme hollywoodien balisé. Et c’est là précisément le programme de Bad Boys II, réalisé par Michael Bay avec pour têtes d'affiche Will Smith et Martin Lawrence.

BAD BOYS HARBOR

Pointé du doigt comme un gros malpropre incapable de s’élever au rang de grand divertisseur patriotique, Michael Bay a vécu son Pearl Harbor comme une gifle d’autant plus violente que le film devait être le véhicule de sa mue, le propulsant vers les Oscars. Si son désir de reconnaissance et de respectabilité ne l’a pas quitté (il enchaînera sur le faussement réfléchi The Island, et parviendra à ses fins avec No Pain No Gain), l’empereur du chaos décide de revenir à ses premiers amours et de réaliser un pur doigt d’honneur à l’adresse des tenants du bon goût filmique.

L’ouverture de ce Bad Boys II donne le ton. Sur le papier, nous assistons à une séquence nocturne d’infiltration, mais le résultat est une des séquences les plus hallucinantes et colorées jamais filmées par son auteur. L’humour potacho-racialo-débilo-gore explose, les cascades se multiplient au gré de plans fous, qui mélangent pyrotechnie et jeu épileptique sur les textures. Le résultat est une introduction qui donne le tournis, et pourrait parfaitement faire office de super-climax chez n’importe quel autre réalisateur.

 

photo, Will SmithWill Smith

 

En dépit d’un scénario plus volatile qu’un pet de végétarien, Bay ne relâche jamais la pression et amène son film dans les derniers retranchements du n’importe quoi. Entre orgasme technologique et nihilisme narratif, il pousse son traditionnel magma plastique à un point de fusion. Pris en grand écart entre des séquences d’action à la complexité sans cesse renouvelée et un désir de tout projeter simultanément au visage du spectateur, le montage s’affole, dans des proportions qui rendent Bad Boys II visuellement unique, perpétuellement inclassable.

 

Bad Boys II : photo, Will Smith, Martin LawrenceEncore Will Smith, avec aussi Martin Lawrence

 

NO BAD NO BOYS

Cette orgie destructrice fait écho à un propos qu’on aurait tort de résumer à un bête rot de gros bourrin réactionnaire. Michael Bay développe ici un tel amour pour le débordement, un si féroce appétit pour l’anarchie, que son métrage mute continuellement. Que ses héros mènent une poursuite en roulant sur des cadavres, commettent un massacre pour arriver à leur fin, pulvérisent une favela ou se laissent aller à un peu de nécrophilie pépouze, tout concourt à faire de Bad Boys II un monstre.

 

photo, Will SmithUn film qui tire à bout portant

 

Le résultat est d’autant plus fascinant qu’on ne comprend pas comment il a pu être validé par un studio, et assumé en tant que blockbuster, tant son contenu semble à même de foutre le feu à n’importe quel cerveau normalement constitué.

À la manière d’un astéroïde trouvant soudain la trajectoire parfaite pour répandre son opéra apocalyptique à la surface d’une planète innocente, Bay nous broie les rétines, les avale et les recrache pour mieux sidérer. On regrettera simplement que ne sachant plus s’arrêter, il prolonge bien inutilement l’aventure, son film s’étalant sur prêt de 2h30.

 

Affiche officielle

Résumé

Trop gras, trop con, trop bête, trop fou, trop long, Bad Boys II est si inclassable, amoureux du désordre et de l'anarchie, qu'il confère à son chaos emballé de génie pyrotechnique une intensité quasi-unique dans l'Histoire du cinéma.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(2.9)

Votre note ?

commentaires
Alfredit
13/06/2022 à 20:19

Un super souvenir au ciné, j'en rigolais tellement de nouvelles scènes arrivaient a chaque fois que tu pensais que le film était finit.
C'est un must, un vrai bon nanard, Hot Fizz ne s'y plante pas!

J'ai un autre souvenir en voyant la scène de course poursuite de Matrix 2 tellement vendue et re vendue en me disant, "merde ils ont fait moins bien que Bad boys 2!!"

cris10
10/06/2022 à 20:57

c dla balle frero ca casse tou

Pi
10/06/2022 à 17:53

M.Bay n'a pas fait mieux, ni avant ni après. Même Ambulance qui a des plans exceptionnels ne renoue pas avec cette décomplexion dans l'action et le politiquement incorrect.

redwan78
10/06/2022 à 13:40

Un de mes films préférés. Tellement de scénes cultes, Mickael Bay s'est éclaté sur ce film. La scène à 360° avec les va et viens de la caméra dans la maison. Cette scène est un petit bijou.

Le Flan beau
10/06/2022 à 10:19

La scène de course-poursuite avec le bateau sur l'autoroute et les énormes rouleau en fonte, cette scène est incroyable, et on ne voit pas les effets spéciaux je ne sais pas si il y avait de la 3D à l'époque dans ses scènes ?

Pareil pour la course-poursuite dans les favelas, juste incroyable, on ne revoit plus des scènes comme ça aujourd'hui, car le gros de l'action est numérique.

La seule saga qui a approché cette réalisation époustouflante c'est les derniers James Bond,

Sanchez
10/06/2022 à 00:26

Le titre de la critique est peut être le meilleur du site

Alex styles 77
09/06/2022 à 22:47

Je kiffe le 1 et le 3 est sympa, mais celui là quel ratage, l'écriture de Marcus est catastrophique, le méchant est à chier, c'est lourdingue, l'action est très bordélique. Reste quelques moments sympa, toujours une bonne alchimie entre Smith et Lawrence.
Bon ya quelques rares moments de grâce dans l'action, Bay reste un gars talentueux malgré tt. Mais c'est globalement deceptif quand même.

Garamante
13/11/2020 à 18:09

Moi j'ai regardé l'entrée en matière (« la course poursuite » jusqu'à l’hôpital) et comme j'avais déjà vu ça x fois, j'ai lâché l'affaire. Je sais, je suis impitoyable :)

Miami82
13/11/2020 à 13:25

Bad Boy 2 montre surtout à quel point Michael Bay a un peu perdu de son talent pour faire des plans hallucinant de beauté sur ses derniers films.
Bon sinon à part ça, j'étais sorti du cinéma totalement dingue du film, une sensation que je n'avais pas connu depuis Terminator 2 (allez peut être aussi sur Speed et The Rock). J'ai longtemps été fan de ce film à chaque fois que je le voyais.
Et maintenant avec le temps, je trouve que certaines scènes, surtout les pseudo comiques s'étirent trop en longueur sans faire avancer l'histoire et que l'humour bas de la ceinture finit par être exaspérant.

Pat Rick
13/11/2020 à 11:35

Toujours plus fun à regarder que le 1 et le 3.

Plus
votre commentaire