The Lighthouse : critique qui va se faire mouette

Simon Riaux | 15 décembre 2019 - MAJ : 25/12/2019 16:20
Simon Riaux | 15 décembre 2019 - MAJ : 25/12/2019 16:20

Découvert via The Witch, un film de sorcière faussement classique, à la fois splendide, intello et flippant, Robert Eggers est passé de Sundance à Cannes, où il a présenté il y a quelques mois The Lighthouse avec Robert Pattinson et Willem Dafoe. Le film est-il à la hauteur des louanges qu’il y a reçu ?

LA LIGHT MOUSSE

On se souvient que peu après la sortie de The Witch, Robert Eggers s'attelait à un remake du Nosferatu de F.W. Murnau. Projet sacrément ambitieux, tout le monde n’étant pas de taille à se frotter à l’un des piliers de l’histoire du 7e Art, ainsi qu’à une œuvre fondatrice de tout un pan du cinéma, cette relecture n’était pas pour autant absurde, le cinéaste ayant démontré dès son premier film une cinéphilie pointue, mais aussi un talent véritable pour repenser cette dernière afin de l’habiter personnellement.

Et si Robert Eggers a momentanément abandonné les canines de Nosferatu, la genèse du projet a de toute évidence été décisive dans la création de son nouveau long-métrage, The Lighthouse, tant l’esthétique de Murnau paraît un des principes actifs du récit. Ce dernier nous immerge au sein de la relation toxique entre un gardien de phare et son apprenti, alors qu’une tempête et des litrons d’alcool leur siphonnent le cerveau, et que de drôles de créatures squameuses se profilent sous les vagues alentours.

Format carré, noir et blanc travaillé jusque dans les infinies nuances de ses différents plans, composition maniaque de la moindre image, toujours appréhendée comme un véhicule de sens… pour qui goûte le cinéma des grands formalistes ou inventeurs surréalistes, The Lighthouse a des airs de pur délire orgasmique. Tandis que Robert Pattinson et Willem Dafoe se régalent de scènes toujours sous perfusion des dogmes bergmaniens (déjà à l’œuvre dans The Witch), la caméra fétichise le moindre objet, la plus petite zone d’ombre, jonglant entre le mysticisme d’un Tarkovski et la poésie inquiétante de Méliès.

 

photo, Willem Dafoe, Robert PattinsonDeux loups de mer cuits comme des bulots

 

C’EST LA MOUETTE À LA MAISON  

Bien sûr, l’amateur d’images référencées, à fortiori s’il est sensible au macabre, trouvera ici de quoi se sustenter.  Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’un metteur en scène retrouve, par à-coups, par brèves, mais intenses fulgurances, la bizarrerie somptueuse du Carnaval des âmes. Malheureusement, pour séduisante que soit cette confiture et pour tentante que soit la tartine sur laquelle Eggers la répand à chaque instant, elle manque terriblement de personnalité.

 

photo, Robert Pattinson"Henry Cavill m'avait bien dit de me méfier des rôles à moustache"

 

La perversion des personnages semble ne jamais répondre à autre chose qu’un désir de transgression bien superficiel, voire franchement creux (à moins de tenir les performances masturbatoires de ce bon Pattinson pour un sommet de subversion), la mythologie que nous agite le scénario sous le nez ne répond à aucune logique, et manque beaucoup de chaos pour prétendre nous secouer. Dès lors, les coutures du métrage deviennent voyantes, et révèlent par endroit une pure jouissance de la citation, qu’il sera bien difficile de transmettre au spectateur.

Eggers accomplit le contraire d’un Tarantino. Ce dernier cite, mais toujours pour tordre et extraire un sens nouveau d’un motif connu, tandis que The Lighthouse ressemble au film d’un étudiant écrasé par ses maîtres, qui n’envisage même pas de pouvoir tracer un sillon personnel entre leurs glorieuses empreintes. D’où le sentiment mortifère d’assister à un ratage au ralenti, occasionnellement fascinant, qui amène son auteur au même point de néant que son héros.

C’est peut-être là l’aspect le plus intéressant du film : et si avec The LighthouseRobert Eggers nous livrait une confession camouflée ? Et si c’était lui, le jeune gardien de phare, plus très sûr de sa propre nature, ou du rôle qui est le sien, mimant une identité de façade jusqu’à s’y dissoudre totalement ?

 

Affiche

Résumé

Orgie cinéphilique convoquant les plus grands maîtres du bizarre, du cadre et du noir et blanc, The Lighthouse se perd en courbettes et transgressions indignes d'un têtard pré-pubère, jusqu'à n'être plus qu'un hommage beau et creux.

Autre avis Geoffrey Crété
Beaucoup de partis pris forts, de marqueurs visuels puissants et de talents réunis pour un cauchemar qui commence fort avant de lentement foncer dans le mur. The Lighthouse aurait pu être un beau geste de cinéma radical et extrême, s'il avait été plus court, plus franc et moins chichiteux.
Autre avis Alexandre Janowiak
The Lighthouse a beau être sublime plastiquement, jouir de quelques séquences démentes et reposer sur une atmosphère fascinante, le geste de Robert Eggers apparaît bien vain et vide intrinsèquement.
Autre avis Lino Cassinat
The Lighthouse se veut spirale, il ne creuse pas bien profond et se met à tourner en rond dans sa seconde moitié. La fascination tient malgré tout, mais de peu, la faute à une histoire et une horreur trop sages. Le tout est correct mais peu marquant, hormis quelques visuels remarquables lors des rares moments où le film s'autorise à dévisser.
Autre avis Christophe Foltzer
Visuellement splendide et envoûtant, traversé par quelques séquences marquantes et déviantes, The Lighthouse est au final bien inoffensif, la faute à un manque de profondeur de son sujet et une propension au démonstratif pour le démonstratif un peu trop marquée. Dommage, parce que c'est très beau.

commentaires

karlito
15/12/2019 à 22:03

Beaucoup d'attente et de curiosités avec ce film et pas mal de déception au final. Mais, il y a des moments assez marquants. Si l'idée du cadre carré et du noir et blanc fonctionne au début, elle s'avère au final assez artificielle et peu exploitée. C'est beau, mais cela ne va pas plus loin. Si j'ai été déçu, je ne suis quand même très content de l'avoir vu. Le début du film va rester gravé dans ma tëte pour un bon moment. Le plus dommageable reste la bande-annonce qui donne l'impression d'un film différent.

Dans un esprit tout autre, mais dans un noir et blanc impeccable et bien pensé, en plus de fournir une atmosphère unique, je recommande "La grande frousse" de Mocky. Titre stupide pour un film qui vaut mieux que cela, adapté de "La cité de l'indicible peur" de jean Ray.

McCoy
15/12/2019 à 21:49

Vous auriez pu faire la même critique pour le bien fait maos creux Once Upon a Time in... Hollywood

votre commentaire