Le Chant du loup : critique-torpille dans la tête

Mise à jour : 04/02/2019 12:49 - Créé : 4 février 2019 - Geoffrey Crété
Geoffrey Crété | 4 février 2019 - MAJ : 04/02/2019 12:49

Personne ne l'a vu venir, et pourtant. Premier film d'Antonin Baudry, scénariste de bandes dessinées qui a co-écrit l'adaptation de son Quai d'OrsayLe Chant du loup est un gros et beau pari pour le cinéma français. Budget de 15-20 millions, casting de premier ordre (Omar SyReda KatebMathieu Kassovitz, autour de François Civil), et ambition claire pour ce thriller sous très haute tension, qui plonge dans l'univers des sous-marins. En salles le 20 février.

 

photo, François Civil, Mathieu Kassovitz, Omar Sy
129

CREUX DE LA VAGUE 

Le Chant du loup semble sortir de nulle part et ne rentrer dans presque aucune case classique. Un premier film signé Antonin Baudry, ancien diplomate et auteur de bandes dessinées qui a fait ses premiers pas au cinéma en co-écrivant l'adaptation de son Quai d'Orsay ; un budget de 15-20 millions d'euros, mais pas au service d'une comédie bardée de valeurs sûres ou d'une marque connue ; des acteurs populaires (Omar SyReda KatebMathieu Kassovitz) mais réunis autour d'un François Civil encore (trop) méconnu ; et un thriller dans le monde des sous-marins, décor très peu exploré au cinéma.

Le pari est donc risqué, surtout après la contre-performance d'un Taxi 5 qui n'a pas été à la hauteur des scores de la saga, et après L'Empereur de Paris qui devrait être un échec plus ou moins spectaculaire. Et alors que bien des spectateurs regrettent le manque de diversité et d'ambition du cinéma français, Le Chant du loup est celui d'une certaine grâce.

Thriller sous très haute tension d'une maîtrise impressionnante, mené d'une main de fer, c'est une claque d'autant plus belle qu'elle était inattendue, et qu'elle a tous les ingrédients pour réconcilier deux parties du public souvent désaccordées.

 

photo, François Civil, Mathieu Kassovitz, Omar Sy François Civil en pleine ascension après le récent Burn Out

 

SOUS L'OCÉAN

Les vingt premières minutes annoncent la couleur. Un sous-marin se cache dans des eaux interdites tel un prédateur, prêt à récupérer des plongeurs au nez et à la barbe de soldats étrangers. Mais quelque chose d'autre rôde, et très vite la panique s'installe. L'opération de sauvetage et de bravoure prend des proportions folles, et c'est avec une roquette que le pire est évité.

En quelques scènes, Antonin Baudry fixe le cap de son ambition. Et hormis quelques éléments plus faibles (une réplique par ci, un plan par là), Le Chant du loup sera solide, nerveux, tendu et spectaculaire, à l'image de cette introduction. C'est cette justesse qui impressionne dans ce premier film, lequel prend souvent des airs de longs couloirs traversés en apnée, sous la pression d'une intrigue implacable, dirigée par des personnages dessinés avec peu de choses si ce n'est énormément d'adresse.

 

photo, Reda KatebReda Kateb, impeccable comme toujours

 

Baudry est parfaitement à l'aise dès qu'il s'agit d'orchestrer la tension, voire l'angoisse, mais ne court jamais après le sensationnalisme gratuit. Son film n'est pas une démonstration vaine à l'américaine, et c'est au contraire avec une apparente facilité qu'il mène la barque. Il est aussi très adroit lorsqu'il s'agit de dépeindre la personnalité de son héros incarné par l'excellent François Civil, être à fleur de peau qui semble toujours au bord d'un précipice.

Qu'il soit doté d'une ouïe extraordinaire permet un design sonore captivant et immersif, d'ailleurs assuré au Skywalker Ranch de George Lucas, preuve d'un savoir-faire évident. Le réalisateur s'est d'ailleurs entouré d'une belle équipe, avec Tomandandy à la musique, et Saar Klein (passé sur La Ligne rouge, Le Nouveau Monde et La Mémoire dans la peau) en duo avec Nassim Gordji Tehrani sur le montage. La photo de Pierre Cottereau mérite elle aussi d'être saluée, tant elle joue habilement des ambiances anxiogènes au fond des eaux, tout en créant un pur espace de cinéma aux teintes bleutées.

Et dans les moments intimes avec la magnétique Paula Beer, par petites touches qui n'embarrassent jamais le récit, le réalisateur fait là aussi preuve d'une retenue et d'une sobriété, qui témoignent de son souci de l'humain dans ces coursives et tempéraments d'acier.

 

photo, François CivilDans les bas-fonds marins

 

L'ENFER DU DEVOIR

Mais Le Chant du loup n'est pas simplement là pour le spectacle. Derrière la tension maximale et les machoires serrées, Antonin Baudry dresse un portrait glacial des forces en présence sur la scène internationale. Les visages et nationalités comptent moins que l'idée qu'un pays peut créer son propre ennemi et monstre, dans une escalade militaire et politique qui vire à la farce tragique.

Le scénario n'y va pas de main morte pour mettre en scène cette impasse effrayante, mais le cinéaste s'emploie à ne jamais perdre de vue ses personnages, qui restent les phares dans l'intrigue, même dans ses rares moments trop appuyés. Et autour de François CivilMathieu KassovitzOmar Sy et Reda Kateb en imposent sans effort.

C'est non pas dans une explosion mais dans un murmure que ce chant se termine, avec une émotion très belle lorsqu'il replace sa machine sonore de héros sur un plan humain. Une ré-humanisation douloureuse et un superbe point final à ce beau film d'aventure, qui donne un puissant premier signal pour le cinéma français de 2019. Ne reste plus qu'à voir si le public entendra ce Chant, et y répondra.

 

Affiche

Résumé

Sous l'océan, personne ne vous entend trembler. Premier film, premier choc pour Antonin Baudry, qui orchestre un thriller sous très haute tension, superbement mis en scène, et mené d'une main de fer. 

commentaires

Hanndy
16/03/2019 à 00:48

Très grosse surprise, je trouve le film bon, plongé absolument dans le film, il ne s'écarte pas de son sujet , impeccable , 9/10 !!

pierrot
09/03/2019 à 22:54

Bonjour
Ancien sous marinier
durée 17 ans
Maitre de central mécano
0ctobre rouge irréel cinéma Amerloc
Le chant du loup très proche réel tout en étant un film.
Deux films à voir sur les sous-marins « le bateau en 1981 » « le chant du loup en 2019 »
bonne mer

Alyon
08/03/2019 à 18:08

Vu à l'instant et pas de chance seul film à voir à laquelle je devais tuer deux heures …. j'ai lu bien interprété … c'est juste une blague, des années que je n'avais pas vu un film aussi mal joué, Omar Sy aussi crédible en commandant de sous marin que Kassovitz en amiral c'est dire … et pour le reste au secours, l'idée de base est pas mal mais le traitement comment dire ? L'histoire avec la fille mais oui bien sur, finement amené et interprété et le déroulement mais oui le garçon se retrouve au poste de commandement puis héliporté avec l'amiral voilà voilà je veux pas trop spoiler mais ouf ils sauvent le monde, c'est sur qu'il y avait une sacré tension (chut)
Sérieux vaut mieux rester dehors à regarder les pigeons ...

Excellent
08/03/2019 à 18:02

J'ai trouvé que c'était un excellent film. Je n'en dirai pas plus, n'ayant pas envie de débattre avec des gens qui ont une opinion différente.

Jim
03/03/2019 à 20:20

Merci Dario pour tes précisions, tu m'as fait économisé des sesterces.

Juan
02/03/2019 à 08:44

Kassovitz en uniforme, cela doit lui gratter ?

Tonto
01/03/2019 à 08:04

Je confirme cette critique sur tous les points, c'est un bijou, ce film. Ultra-immersif (ha, ha), très bien filmé et monté, parfaitement interprété... La musique est un peu à la traîne, on dirait du Zimmer paresseux de ces dernières années, mais rien de catastrophique. Et surtout un réalisme incroyable ! Ils ont effectué un travail de renseignement hallucinant pour reconstituer un sous-marin, le résultat est proche de la réalité à un point assez étonnant, on s'y croirait !
Franchement, si c'est pas déjà fait, foncez voir ce film. Les imperfections sont bien trop légères pour qu'on s'y arrête, et le spectacle est total...

Zanta
28/02/2019 à 20:54

@Dario De Palma
Plutôt d'accord sur le casting inégal - Omar Sy, si c'est pas une idée de producteur, ça ! - mais Civil est très bon, et au contraire, l'enquête autour du sous-marin fantôme est vraiment passionnante, jusqu'à son dénouement. J'ai trouvé la fin au contraire très décevante, l'action est mal gérée et les rebondissements - pourtant plus couillus qu'un blockbuster US - tombent à l'eau (sans mauvais jeu de mots).
Bref, pour le suspense durant 1h30, impeccable, mais une fois qu'il s'agit de gérer le face à face entre les deux sous marins, c'est trop rapide et bâclé.
Bref, filmer l'action, c'est un vrai talent.

Dario De Palma
23/02/2019 à 16:26

Un film qui souffre d'un casting très inégal, de problèmes d'écriture (des poncifs, des personnages sans épaisseur et une histoire d'amour dispensable), de rythme (le film dure deux heures et ne devient -un peu- impliquant que dans sa dernière partie, les scènes "terrestres" étant sans grand intérêt, télévisuelles), sans oublier la musique peu inspirée et pompière plaquée un peu partout histoire de donner un soupçon d'intensité à ce récit languissant et peu passionnant.
Dommage pour les bonnes intentions et le personnage au potentiel intéressant joué par François Civil...mais on reste quand même très très loin de "Das boot" de Petersen ou "0ctobre rouge" de McTiernan.

Pseudo1
22/02/2019 à 13:21

Vu hier et je confirme, très belle surprise !
A découvrir en salles impérativement tant le travail sonore est génial. On sent que le passage chez Skywalker Ranch a porté ses fruits.

Plus

votre commentaire