Le Grand Bain : critique qui plonge tête la première

Alexandre Janowiak | 25 octobre 2018
Alexandre Janowiak | 25 octobre 2018

Quatorze ans après son premier film NarcoGilles Lellouche se lance dans la comédie avec son nouveau long-métrage : Le Grand Bain. Présenté en hors-compétition lors du festival de Cannes 2018, le film est porté par un casting cinq étoiles avec Mathieu AmalricGuillaume CanetBenoît PoelvoordeJean-Hugues AngladePhilippe Katerine, Leïla BekhtiVirginie EfiraMarina FoïsAlban Ivanov ou encore Félix Moati.

DOUCHE FROIDE ?

Présenter Le Grand Bain comme une simple comédie légère et amusante est un raccourci bien malvenu. Au contraire dans son premier acte, le film de Gilles Lellouche est presque pesant lorsqu'il décortique les malheurs de ses personnages principaux. Bernard (Mathieu Amalric) veut se sortir d'un burn-out interminable, Simon (Jean-Hugues Anglade) est un rockeur raté, Marcus (Benoît Poelvoorde) ne veut pas accepter une nouvelle faillite professionnelle, Laurent (Guillaume Canet) est un patron intransigeant qui cache une dépression profonde quand Thierry (Philippe Katerine) est un vieux garçon.

Durant près de 45 minutes, le réalisateur de Narco tourne en rond à vouloir décrire leurs quotidiens un à un. Le montage est lancinant, la narration très classique et globalement le film manque de fougue et d'énergie. La réflexion sur la dépression et sur ces hommes en mal(e) de virilité anémie profondément ce récit qui peine à décoller et à sortir la tête hors de l'eau.

 

photoIl serait temps de se mouiller

 

NAGER DANS LE BONHEUR

Heureusement, c'est l'arrivée d'un personnage féminin au coeur de l'intrigue et de leur cours de natation synchronisée qui va dynamiter l'ensemble. Amanda (jouée par l'excellente Leïla Bekhti) est une abîmée de la vie, ancienne championne de natation synchronisée devenue handicapée. Ses lointains rêves (et souvenirs glorieux) de bassin sont maintenant derrière elle. Elle va alors passer sa hargne sur ces mâles perdus pour les mener sur le devant de la scène, quand son ancienne coéquipière Delphine (Virginie Efira), alcoolique, n'y arrive pas.

Ainsi, le film dépressif un tant soi peu attachant mais peu convaincant qu'était Le Grand Bain dans sa première heure se transforme enfin en comédie désopilante et rondement menée. Les coups de gueule du personnage de Leïla Bekhti sont hilarants et l'énergie qui émane du groupe masculin donne un véritable élan au métrage, tout comme la superbe bande-originale.

 

photo, Leïla Bekhti, Philippe KaterineLes deux personnages les plus drôles du film

 

Les dialogues drôles et inspirés fusent, les personnalités de chacun deviennent de plus en plus émouvantes quand certaines se détachent clairement par leur excentricité (génial Philippe Katerine), leur compassion (magnifique personnage de Marina Foïs) ou leur discrétion (l'insondable Balasingham Thamilchelvan).

Et si le grand final du long-métrage de Gilles Lellouche, décidément bien loin de la beaufferie de L'amour est une fête, se révèle un peu trop prévisible et rêveur, on n'en a cure. Plus qu'une simple comédie aux airs de Full Monty / Le Grand jeu de Peter CattaneoLe Grand Bain est une jolie fable sur des bras cassés qui déjouent les codes du système actuel. Fini la fausse beauté apparente des corps et l'individualisme, place ici à l'élégance des âmes et à la solidarité. Le moyen de livrer une oeuvre emplie de mélancolie de laquelle on sort le sourire aux lèvres.

 

Affiche

Résumé

L'écriture du Grand Bain est plus que perfectible et la première heure manque cruellement de panache. La seconde partie est heureusement plus dynamique (merci Leïla Bekhti), traversée de quelques dialogues très drôles et dotée d'une vraie sensibilité.

commentaires

OLDSKOOL
06/01/2020 à 10:54

Magnifique de bout en bout... Le cinéma est une science qui trouve son exactitude en chacun de nous. Alors on a le droit d'aimer ou pas. Néanmoins, rien n'empêche de capter l'essence même d'une œuvre, que l'on soit fan ou pas. Monstrueusement bien écrit et amené de bout en bout, sans concession, de larmes aux yeux en rire franc. Je suis resté scotché...

Coolattitudedu67
08/08/2019 à 17:28

J'ai apprécié "le grand bain" d'autant qu'étant moi même loser dépressif je me suis totalement identifié. Rien que pour la scène où Amalric fait le driver lors du vol de maillot il faut aller voir ce film. Sinon dans la même veine y a Dodgeball avec Ben Stiller et Vince Vaughn. Après faut aimer le genre (n'est pas loser dépressif qui veut).

Maya
07/07/2019 à 08:52

L'élégance des âmes, la solidarité? dans "les infidèles" film mémorable, Canet lance un chien par la fenêtre. Ce sont les mêmes qui pondent des pseudos comédies qui se prennent au sérieux avec un humanisme à 2 balles où l'humain est glorifié et encensé sur des sujets et des causes à la mode. A gerber.
Il faut être très talentueux et aérien pour faire passer des "messages" dans les comédies et là ce n'est pas le cas.

Pof
21/05/2019 à 20:03

Aucun intérêt ce film. Ennuie. Il n y a rien je suis pas reste jusqu a la fin de le seance je déconseille plus que vivement NUL

Frédé
24/02/2019 à 16:38

Plus d'un million d'entrées???! Qu'on m'explique vraiment: c'est nul!

Pascale la produise
24/02/2019 à 07:13

Que c est nul . Drôle ????????
Vive le bobolande 10 euros pour cette .....!!!!!!!

joel
01/12/2018 à 09:16

a pleurer , il ne suffit pas de s appeler lelouche pour être un bon réalisateur le talent cela ne s hérite pas a fuir et ce film de la pseudo boboband du cinéma français , ce film subventionné par nos impôts , film soporifique mal traité , scandaleux.

STEVE
15/11/2018 à 12:37

Alors j'avoue que plutôt que l'effet feel good ce film m'a plutôt angoissé lol

Néanmoins film assez sympathique et bien conçu. Surtout comparé à la médiocrité de la production générale hexagonale assez paresseuse.

Pas un "grand film" mais nettement meilleur que ce qui se fait actuellement.

fys
14/11/2018 à 11:30

Film vraiment très sympathique. On passe un très bon moment. Acteurs excellents, en particulier Mathieu Amalric et Marina Fois très justes tous les deux. J’étais un peu resté sur ma fin à propos d’Amalric qui avait réalisé (et joué) dans « Barbara »… Ici, je l’ai retrouvé jouant vraiment à la perfection ce rôle et formant un duo formidable avec Marina Fois. Les autres sont très bien aussi. Petit bémol peut-être sur une fin un peu « attendue » et improbable, alors que tout le film est finalement réaliste : leçons de vie, de simplicité, de générosité, de fraternité, tout y est… Avec un petit soupçon de « Kervern et Délépine », c’est à dire un certain humour (et esprit) belge « libéré »…. Bravo Gilles Lellouche. Je recommande.

Lulu
04/11/2018 à 19:49

Franchement NUL et ENNUYEUX ce film

Plus

votre commentaire