Les Gerard 2016 : Le Palmarès complet d'un véritable massacre télévisuel

Christophe Foltzer | 31 mai 2016
Christophe Foltzer | 31 mai 2016

Dès qu'il s'agit d'humour débile, de vannes méchantes et de dire du mal des gens, EcranLarge se doit d'être aux premières loges. Et comme la Cérémonie des Gerard, c'est tout ça, et bien plus, on ne pouvait pas rater le rendez-vous.

C'est donc dans un théâtre plein à craquer que la Cérémonie des Gerard a remis hier soir une ribambelle de parpaings pour récompenser le meilleur du pire de la télévision française, tout en fêtant son dixième anniversaire. Et on peut dire que Frede Royer, Stéphane Rose, Emilie Arthapignet et Jérôme de Verdière nous ont sorti le grand jeu pour nous proposer une soirée inoubliable, quitte à laisser un peu de viande sur les murs.

Entre deux remises de prix, Stéphane Rose, responsable du standard, nous a donc transmis les messages de spectateurs et de personnalités et notamment ceux de Denis Beaupain, bien décidé à choper tout ce qui bougeait. L'infotainment et le "Priorité au Direct" en a également pris pour son grade tout comme le manque d'innovations des programmes français qui ronflent depuis 20 ans, notamment à l'occasion d'une exceptionnelle bande-annonce de la nouvelle saison de L'Amour est dans le Presbytère avec un Simon Astier déchainé en prêtre déviant, impatient de se caser avec des petits enfants (et s'ils savent chanter c'est encore mieux, rapport à la chorale).

Photo Gérard 2016

Bref, comme chaque année, l'équipe des Gerard ne connait pas de limites et n'hésite pas à profiter du direct sur Paris Première pour tailler quelques costards à la vue de tous, Vincent Bolloré ayant probablement eu les oreilles qui sifflent toute la soirée. Peu de personnalités viennent généralement chercher leurs récompenses et c'est tant mieux (car cela prouve que le programme dérange encore) mais cette fois, Arthur, Julien Lepers, Samuel Etienne et quelques autres se sont volontiers prêtés au jeu, faisant preuve d'un sens de l'auto-dérision qu'on ne leur connaissait pas forcément.

C'était donc une très belle cérémonie, débile à souhait, mordante et méchante comme il faut et on les remercie d'être toujours là contre vents et marées. Vivement l'année prochaine.

Photo 3 Gérard 2016

LE PALMARES :

 

Gérard de l’animatrice brillante… mais au sens propre, c’est-à-dire qu’en passant un Sopalin sur son visage on pourrait graisser une poêle à crêpes : Evelyne Thomas pour C'est mon choix

Gérard du chroniqueur qui doit quand même beaucoup fréquenter les donjons SM avec une boule rouge dans la bouche pour être aussi soumis à son animateur : Gilles Verdez pour Touche pas à mon Poste

Gérard du migrant qui a visiblement mal choisi son passeur : Claire Chazal (de TF1 à France 5)

Gérard de la plus belle collection prêt-à-penser 2016 : Ali Baddou "dans ses habituels tons prévisibles et soporifiques, le must-have de 2016"

Gérard du concept d’émission sur lequel toute la direction des programmes a brainstormé pendant six mois, avant de se rabattre sur l’idée du stagiaire :  Les rois du barbecue ("ce serait un genre de Top Chef ! mais avec un barbeuc")

Gérard de l’émission de faits divers où, vu la tête de l’animateur, tu as plus tendance à te prendre de sympathie pour l’assassin : Crimes
avec Jean-Marc Morandini

Gérard de l’émission de faits divers où, vu la tête de l’animatrice, tu as plus tendance à devenir toi-même un prédateur sexuel : Présumé Innocent
avec Adrienne de Malleray

Gérard de l’animateur qu’on n’a jamais autant vu à la télé que depuis qu’il s’est fait lourder de la télé : Julien Lepers pour la pub Volvic Juicy sur toutes les chaines

Gérard de l’émission citée en modèle à la COP21 pour ses efforts en matière de recyclage des déchets :Les anges de la télé-réalité Saison 8

Gérard de l’animateur qui ne se drogue pas : Cyril Hanouna

Gérard de l’animateur qui ne se drogue pas (mais sérieusement, là) : Samuel Etienne

Gérard de l’émission de bonnes femmes présentée par des bonnes femmes qui n’invitent que des bonnes femmes pour parler de trucs de bonnes femmes : Le Grand 8 avec Laurence Ferrari

Gérard de l’animateur qui avant niquait ta mère, et qui maintenant nique plutôt ta grand-mère : Joey Starr

Gérard de l’émission rediffusée dont on se rend compte au bout d’une bonne demi-heure qu’en fait, c’est un nouveau numéro. Ou l’inverse : Enquête Exclusive

Gérard de l’émission à laquelle on ne va tout de même pas décerner un Gérard, elle est déjà au fond du fond et ça ne serait pas très élégant, en plus à quoi ça servirait à part faire du mal gratuitement, ne comptez pas sur nous pour ça, et puis n’oublions pas qu’il y a quand même des emplois en jeu : Le Grand Journal

Gérard de l’animateur qui est allé chez le coiffeur avant de prendre l’antenne, sauf que c’était fermé : Natacha Polony

Gérard de l’animateur pour lequel on soupçonne fortement qu’un animal ait participé au rapport sexuel le jour de sa conception : Yann Moix, avec un paresseux

Gérard de l’animateur dont le licenciement nous avait un peu touché jusqu’à ce qu’on apprenne son salaire, son bonus, ses indemnités et son hold up aux Prud’hommes : Claire Chazal

Gérard de l’émission de la mi-journée qui a tellement de couleurs sur son plateau qu’en la regardant on se sent obligé de vérifier dans notre verre d’eau si y’a pas des traces de LSD ou de MDMA : Les Z'Amours

Gérard du "mais laissez-moi tranquille merde en plus cette année j’ai pas fait de télé" : Ex-aequo entre Benjamin Castaldi et Daniela Lumbroso

Gérard de la gâchette : Vincent Bolloré "dit le Canardeur de Plougastel (victimes : Bertrand Méheut, Rodolphe Belmer, Ara Aprikian, Sophie de la DRH, Julien de la compta…)"

Gérard de l’animateur que tu peux connaître uniquement si tu es chômeur, ou alors si tu es séquestré dans une cave : Thomas Isle dans La Quotidienne (France 5)

Gérard de l’animateur qui a un égo tellement gros qu’il veut voir son nom écrit partout, dans le titre de son émission, brodé sur ses chemises mais aussi gravé sur une mini gourmette qu’il porte autour du gland : Arthur pour Vendredi, tout est permis avec Arthur, avec Arthur donc

Gérard de l’accident industriel : Le Grand Journal

Gérard de l’animatrice : Alessandra Sublet pour Action ou Vérité sur TF1

Gérard de l’animateur : Cyril Hanouna pour Touche pas à mon poste (troisième année consécutive)

 

 

 

Tout savoir sur Gérard Depardieu

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire