Détective Conan saison 1 : l'anime culte à la Sherlock Holmes vient résoudre ses enquêtes sur Netflix

Déborah Lechner | 15 septembre 2021 - MAJ : 15/09/2021 14:01
Déborah Lechner | 15 septembre 2021 - MAJ : 15/09/2021 14:01

Netflix vient de récupérer la première saison de l'anime culte Détective Conan, l'occasion de (re)découvrir cette oeuvre colossale adaptée des mangas éponymes.

Ce qui peut souvent rebuter quand on commence un anime aussi culte que One Piece ou Pokémon, c'est évidemment le nombre ahurissant d'épisodes, qui ferait presque passer Dallas pour une mini-série. Alors quand on parle de Détective Conan, la série animée par TMS Entertainment et adaptée de l'oeuvre colossale de Gosho Aoyama, les plus de 1000 épisodes au compteur ont de quoi donner le tournis. 

Netflix propose donc d'y aller étape par étape en ayant ajouté, ce 15 septembre 2021, les 42 premiers épisodes qui correspondent à la première saison de l'anime. L'occasion idéale de se lancer dans cet autre monument de la télévision japonaise, dont la diffusion toujours en cours a commencé en 1996, deux ans après les premières enquêtes du petit détective sur papier. Surtout que le géant du streaming propose les épisodes réalisés par Kenji Kodama et Yasuichiro Yamamoto non-censurés, et avec une qualité optimisée. 

  

photoLe plus grand des petits détectives

 

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, Détective Conan suit les aventures rocambolesques de Shinichi Kudo, un lycéen surdoué et détective en herbe dont les talents de déduction ont aidé plus d'une fois la police locale sur des affaires complexes. Il résout notamment une enquête dans un parc d'attractions où il avait emmené sa petite amie Ran, mais tombe à ce moment sur deux membres de la mystérieuse organisation des Hommes en Noir, qui lui font ingérer un poison expérimental pour se débarrasser de lui.

Sauf que ce dernier ne le tue pas, mais le fait rajeunir au point où son corps redevient celui d'un petit garçon. Désireux de se cacher des hommes qui ont voulu le tuer, de mener discrètement son enquête sur eux et de protéger sa famille et ses amis, Shinichi prend le faux nom de Conan Edogawa. Avec la complicité de son voisin et ami, le professeur Agasa, Conan est ainsi placé sous la garde de Ran et de son père Kogoro Mouri qui est un piètre détective privé et dont il résout les affaires criminelles à sa place. 

 

photoLa nostalgie d'une série qui n'est même pas terminée, ça c'est fort 

 

Difficile à ranger dans une case (pour son ton léger qui contraste avec le macabre de certains épisodes), Détective Conan est une oeuvre qui empile les références littéraires européennes : le Sherlock Holmes d'Arthur Conan Doyle dont il est une réinvention, les whodunits d'Agatha Christie (dont on retrouvera aussi l'esprit avec À couteaux tirés 2 et 3), mais également des personnages directement inspirés du Arsène Lupin de Maurice Leblanc, du James Bond de Ian Fleming ou encore du Commissaire Maigret de Georges Simenon. Le tout est en plus baigné dans la culture japonaise, à travers les lieux emblématiques du pays, ses légendes anciennes, ses moeurs et ses traditions. 

Autant de bons arguments pour dévorer cette première saison et espérer que les autres seront ajoutées au fur et à mesure au catalogue.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire