House of Cards : Robin Wright explique comment la série a failli ne pas survivre au scandale Kevin Spacey

Christophe Foltzer | 1 septembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 1 septembre 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

En octobre dernier, juste après l'explosion de l'affaire Harvey Weinstein, un autre scandale éclaboussait Hollywood : l'affaire Kevin Spacey. Netflix n'a pas cherché à comprendre et a viré le comédien dans la seconde. Mettant ainsi en péril une de ses séries les plus populaires.

Après quelques jours de tension et de suppositions, on avait appris que finalement, House of Cards aurait bel et bien droit à son ultime saison, mais avec un gros changement : Frank Underwood disparaitrait totalement, en laissant le fauteuil de Président à sa femme, Claire, histoire de conclure la série. Un choix plutôt logique dans la narration de la série et que la fin de la saison 5 laissait déjà présager.

 

Photo , Kevin SpaceyKevin Spacey, face à son destin

 

Mais se débarrasser d'un Kevin Spacey accusé de viols, de propos racistes et responsable d'un environnement de travail jugé toxique était un mouvement plus que risqué, qui a bien failli coûter la vie à la série, comme vient de le révéler Robin Wright au micro de Net-a-porter :

"Ce n'est vraiment pas passé loin. A cause du climat qu'il y avait à cette époque. L'air était pourri vous savez. A cause d'Harvey Weinstein. Les gens disaient qu'il fallait tout annuler parce que sinon on donnerait l'impression de glorifier ce type de comportement. Moi, j'étais convaincue qu'il fallait terminer la série. Je croyais qu'il fallait honorer notre engagement envers les gens qui aimaient la série. Pourquoi laisser tomber ?"

Au-delà de la question du respect du public, l'éviction de Kevin Spacey et la suspension définitive de la série de manière aussi abrupte posait un autre problème d'ordre plus économique, comme la comédienne nous l'expose :

 

Photo Robin Wright, Kevin Spacey, House of CardsUn couple dans la tourmente

 

"On a dit à l'époque que "seulement" 600 personnes allaient perdre leur travail, mais si on y inclut la sécurité, la police, les responsables du tournage à Baltimore, tout le reste, ce sont 2.500 personnes qui auraient perdues leur emploi. Et ça aurait été très injuste, d'enlever cette sécurité à toutes ces personnes. Eux, ils n'avaient rien fait de mal."

Résultat des courses, la saison 6 a quand même été tournée et devrait commencer sa diffusion le 2 novembre prochain. Quand à l'avenir de Kevin Spacey en tant que comédien et la possibilité de le revoir un jour devant les caméras, Robin Wright est plus qu'embêtée par la question :

"Je ne sais pas comment vous répondre. Je ne sais vraiment pas. Je crois que chaque être humain possède la capacité de se rectifier. Les secondes chances, ou qu'importe comment vous l'appelez, oui, je crois à ça. Cela s'appelle grandir."

Nous verrons bien donc si l'avenir nous prouvera que Kevin Spacey a effectivement grandi ou non.

 

Photo Robin Wright

Le patron, c'est elle maintenant

Tout savoir sur House of Cards

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Shadow
02/09/2018 à 10:22

Enlever celui qui porte la série ça devient un manie.... elle va se vautrer d'ici peu (comme les autres avant elle)

Satan LHabite
02/09/2018 à 09:08

J'espère que la suite de la série va se vautrer, ça leur apprendra à manquer de respect à Kevin Spacey !!

JamesgunloveMarvel
01/09/2018 à 16:39

Mettre tout sur le dos de Netflix Ç est un peu gonflé quoi bon ils ont virer Spacey mais le reste ne dépend pas d eux

Netsplit
01/09/2018 à 16:25

@Pseudo1
Sauf que non , c'est tout a fait vrai .
Les emplois direct sont bien entendu perdu ( des acteurs au personnel technique ) , mais d'un point de vue economique , ce n'est pas juste ces emplois qui sont concerné .
Les emplois indirect sont aussi forcement impacté . Que ce soit des sous traitants , des commerces , des services publics ( ecoles etc ) , la disparation d'une source de travail n'impacte pas que les emplois direct .

C'est assez logique . Si une Usine X s'installe dans une ville , les employés consomment , et utilise les services publiques . L'usine X a besoin d'entreprise tierce ( nettoyage par exemple ) , et de fournisseurs tiers pour des choses qu'elle ne peut produire elle meme . Et ces fournisseurs eux memes consomment etc etc .

Et si en france , les policiers et gendarmes sont fonctionnaires avec une certaines securité de l'emploi ( quoi que .. ) , au US c'est pas la meme musique , car ils sont generalement employé par la ville . Et si il faut baisser les effectifs pour des raisons economiques ou pratique , ce sera le cas .


Et on ne parle meme pas des revenu engrangés par la ville accueillant les tournages , Ou meme le gains en image pour la ville ( faible dans cas de House of cards , mais c'est pas toujours le cas )

Pseudo1
01/09/2018 à 12:20

"mais si on y inclut la sécurité, la police, les responsables du tournage à Baltimore, tout le reste, ce sont 2.500 personnes qui auraient perdues leur emploi. "

Euh, j'aimerais bien connaitre le rapport là. Ces gens ne dépendent pas de la production pour leur salaire et leur boulot. Si on arrête le tournage, les flics seraient affectés à d'autres tâches, les responsables du tournage local auraient d'autre trucs à faire (si on parle bien de l'équivalent des commissions de film régionales/locales comme on a chez nous).
Bref, à part à la rigueur la sécurité (qui est censée être inclue dans les 600 personnes car directement gérée par la production normalement), elle est un peu à côté de la plaque la Robin sur ce coup.

Ceci dit, bien content qu'ils aient réussi à conclure la série malgré le scandale. Je la regarde pas, mais ça envoie quand même un message fort aux prédateurs et autres specimens malsains genre Clayne Crawford : vous avez beau être la star, vous n'êtes pas indispensable, et un projet peut survivre à votre absence (même difficilement).
Si ça peut amener les autres à se tenir enfin à carreau, c'est déjà ça.

Zanta
01/09/2018 à 11:03

Lors de ses premières interviews, Wright a prouvé qu'elle était complètement blindée quand on abordait le dossier Spacey : elle ne sait rien, ne comprenait pas, et ne sait toujours rien de plus. Bref, très hollywoodienne.
Espérons que cette dernière saison soit beaucoup plus inspirée.

votre commentaire