Better Call Saul : après deux saisons, stop ou encore ?

Benjamin Malka | 30 avril 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Benjamin Malka | 30 avril 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Breaking Bad est une des plus grandes séries de ces dix dernières années. Son créateur, Vince Gilligan, est un showrunner surdoué formé à l'école X-Files aux côtés de Chris Carter et sa bande dans les années 1990, début 2000. Alors quand ce dernier annonce l’arrivée d’un spin-off centré autour d’un des personnages les plus emblématiques de Breaking Bad, à savoir le bien nommé Saul Goodman, il y a de quoi jubiler.

Développé comme un prequel en exclusivité pour Netflix par Gilligan himself et son acolyte Peter Gould (déjà l’œuvre sur les cinq saisons de Breaking Bad), Better Call Saul narre depuis maintenant deux saisons les origines de cet improbable avocat campé par le formidable Bob Odenkirk. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le show surprend et ne va pas forcément là où l’attend.
 

Better call Saul - Cover

 
Alors que l’on aurait pu anticiper un ensemble plutôt absurde et déjanté, BTC opte pour un rythme lent, assez sérieux, parfois (très) drôle, plutôt dramatique et surtout très touchant. Les péripéties de Goodman alias ici Jimmy MCGill, avocat miteux en prise avec sa petite amie, son frère ou encore un farouche bandit mexicain se révèlent assez fascinante, bien que pas toujours palpitantes. Peu importe, les auteurs excellent ici dans le développement méticuleux des relations entre les personnages, qui s’avèrent bien plus complexes et intéressantes qu’elles en ont l’air. Il est ainsi assez truculent d’observer, entre autre, l’ennui et la mutation de cette si sympathique crapule qui hésite entre une carrière honnête et la filouterie de haut rang.
 
 

Photo Bob Odenkirk


Outre l’intérêt de retrouver quelques personnages clés de l’univers de Walter White (le toujours crépusculaire Mike interprété par Jonathan Banks en tête) la série convainc aussi grâce à une réalisation particulièrement soignée. Plans fixes contemplatifs, plans séquences rondement menés, image léchée, tout est exécuté avec une rare précision. La ville d’Alburquerque, à l’architecture épurée et aux décors arides, apparaît une nouvelle fois comme le cadre parfait de ces errements humains, avec ces personnages à la fois cruels, grotesques et pathétiques. Voilà qui évoque par ailleurs un Western moderne dans toute sa splendeur.
 
 

Photo Bob Odenkirk


Sans spoiler, disons qu’après une première saison résolument sympathique, la deuxième rempli quant à elle parfaitement son contrat et étale son potentiel en toute tranquillité grâce à quelques très bonnes idées et twist bien sentis. La relation entre Jimmy Mcgill et son frère aîné, au centre du récit, est tout à fait captivante et se dévoile petit à petit comme une authentique lutte fratricide comme on en voit rarement.
 
Atypique, exigent et sans concession, voilà un spin off qui reste pour l’heure dans la droite lignée de son aîné et parvient à développer avec profondeur ses intrigues et ses personnages malgré un format court. Chapeau bas.

 

Affiche

 

Tout savoir sur Better Call Saul

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Chuk
01/05/2016 à 14:19

Elle déchire cette série

Postman
01/05/2016 à 12:54

Encore !
Perso, j'ai préféré cette saison, plus percutante à mon gout.
Et niveau réal et cast, ça déchire !
Très bonne série !

Nico
01/05/2016 à 11:19

@Rea: J'ai eu le même sentiment. J'ai vu les épisodes au rythme d'un par semaine sur Netflix, et j'ai été un peu déçu. Mais en revoyant toute la saison d'un bloc, j'ai pas mal modifié mon jugement. Par contre 2 ou 3 épisodes de plus auraient été les bienvenus

Goku9224
01/05/2016 à 11:13

Pour moi, elle doit continuer. Que ce soit la première saison où la deuxième saison, les 2 saison était bien

REA
01/05/2016 à 00:57

Quelle question. ENCORE !!!

L'article retranscrit bien mon ressenti. C'est un show de qualité à tous les niveaux, ça serait stupide de s'arrêter là.

@ultron75
>>> j'ai attendu pour tout voir d'un bloc, et elle est largement au-dessus de la 1ère saison. L'air de rien, voir un épisode par semaine ou les enchaîner peut modifier notre appréciation

Zanta
30/04/2016 à 21:30

La série est diffusée par AMC, et c'est seulement ensuite que Netflix détient en exclusivité les droits pour la SVOD.

ultron75
30/04/2016 à 13:33

Pas encore vu la fin mais je trouve cette saison très en dessous de la première... les acteurs sont excellents, heureusement...

votre commentaire