Spawn : autopsie du dessin animé culte, ramené de l'enfer par HBO

Simon Riaux | 25 juillet 2020
Simon Riaux | 25 juillet 2020

Connu des lecteurs de comics comme le plus profond et passionnant anti-héros recraché par le XXe siècle finissant, resté dans les mémoires des cinéphiles comme l'adaptation la plus vomitive jamais engendrée par le 7e Art, Spawn, c'est aussi un dessin animé prodigieux diffusé par HBO, sur lequel il était urgent de revenir. Bienvenue en enfer.

Après avoir participé à la renaissance de Spider-Man dans les années 90Todd McFarlane est devenu un emblème de la bande-dessinée américaine en créant son propre héros : Spawn. Ancien militaire trahi et assassiné par ses frères d’armes, Al Simmons se voit proposer un marché par le démon Malebolgia. En échange de son âme et du serment de mener les troupes des enfers lors de l’Armageddon à venir, il pourra revoir son épouse sur Terre. 

Devenu le héraut surpuissant du 8e Cercle des Enfers, Simmons est désormais un Hellspawn, qui échoue dans le quartier New Yorkais de Rat City cinq ans après son décès. La mémoire en charpie, le corps indestructible, mais déformé par les stigmates de son assassinat, il va devoir trouver sa place dans un monde violent et corrompu, tandis qu’il questionne l'allégeance aux démons qui ont fait de lui un redoutable colosse. Une idée dont l'artiste tirera un comics au succès cométaire, et dont HBO adaptera une série remarquée, composée de trois saisons pour un total de 18 épisodes.

 

photoLe rouge est mis

 

RHABILLER BATMAN POUR L'HIVER 

En 1992, la Fox a frappé un grand coup avec Batman, la série animée. Créée par Bruce Timm et Paul Dini, la série (à laquelle nous avons consacré un dossier) s’est instantanément imposée comme un standard en matière d’adaptation, d’exigence artistique et de maturité narrative. Malgré une cible d’audience résolument jeune, le dessin animé parvint rapidement à proposer une vision puissante de son matériau original, s’adressant aussi bien aux enfants qu’aux ados ou adultes amateurs de mise en scène affirmée et de comics. Un succès doublé d’un plébiscite, qui devait rapidement donner des idées aux concurrents de la chaîne. 

 

photo, Batman, Robin"Alors c'est à cause de nous si le type en cuir avec des chaînes fout le bordel, c'est ça ?"

 

Gargoyles, les anges de la nuit (dont on vous cause en détail par) fut un de ses descendants les plus réussis et appréciés, mais en 1997, HBO se lance à son tour dans l’aventure animée en opérant un pari éminemment risqué : transposer le comics ténébreux de Todd McFarlane, alors même qu’il vient de s’illustrer à travers une adaptation cinéma qui compte encore aujourd’hui parmi les plus lamentables et décriées du genre (ce qui n’est pas peu dire). Mais pour mener à bien cette entreprise, la chaîne câblée va puiser une partie de son inspiration à la source du Chevalier Noir. 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

bowser
01/08/2020 à 21:52

dommage qu'il ne continue pas cette série avec d'autre personnages qui rencontre le chevalier des enfers du genre "wildcats" ou "x-men" ou autre et leur met une raclée bien sur .
Ghost rider et spawn ce serez pas piquez des annetons .

Ludwig Van
26/07/2020 à 00:03

Il y a 3 saisons.

Sergio
25/07/2020 à 12:20

Une adaptation parfaite du comics ! Juste dommage qu’il n’y est qu’une malheureuse saison...

votre commentaire