Dragon Ball Super Saison 1 Episode 3 : Plus rien ne sera jamais comme avant

Christophe Foltzer | 20 juillet 2015
15
default_large

Après l'épisode de la semaine dernière et l'étude très intéressante de l'évolution du personnage de Vegeta, on s'attendait à ce que l'anniversaire de Bulma nous fasse le même coup. Mais une énorme surprise nous attend. Attention, SPOILERS.

Beerus poursuit sa quête du Super Saiyan God qu'il a vu en rêve et qu'il se sait destiné à affronter. Mais il en a oublié le nom, n'en connait pas le visage et sait encore moins où il se trouve. D'autant que son acolyte Whis ne trouve aucune mention d'un tel guerrier où que ce soit dans l'univers. Il demande donc au Poisson-Oracle de lui répéter sa prédiction et de lui fournir les réponses.

Pendant ce temps, Goku s'entraine toujours d'arrache-pied sur la petite planète du Kaiô du Nord en vue d'un prochain combat. Le Kaiô qui règle enfin ses comptes avec lui et exige qu'il le ressuscite grâce aux boules de cristal, lui qui s'est sacrifié pour que la Terre soit sauvée lors du combat contre Cell, sacrifice qui en fait la risée de tous les Kaiô. Mais l'heure est de moins en moins à la plaisanterie puisque le réveil de Beerus annonce une nouvelle période extrêmement troublée pour l'équilibre de l'univers. Comme en atteste le Grand Kaiô à Kaiô Shin en lui expliquant qu'à l'inverse des dieux créateurs, Beerus est un dieu destructeur et que son réveil après 39 ans de sommeil est plus qu'un mauvais présage. Il ne faut surtout pas que quelqu'un l'énerve et pour ce faire, tout est mis en place pour que Goku n'apprenne jamais son existence.

Sur Terre, c'est l'anniversaire de Bulma qui a affrêté un yacht gigantesque pour faire la fête avec ses amis. Ce qui nous permet de retrouver Piccolo, Krillin, C-18, Yamcha, Ten Shin An et Chaozu. Bulma s'énerve de l'absence de son mari et de Goku, tous les deux en entrainement pour devenir plus forts et décide de larguer les amarres. Mais la paix sera de courte durée puisque Beerus, fort de nouvelles informations, se dirige vers la planète du Kaiô du Nord pour rencontrer Goku, responsable de la mort de Freezer et meilleur candidat pour être ce Super Saiyan God qu'il recherche si ardemment.

Si l'on pourra trouver que cet épisode ne propose pas un rythme des plus soutenus et qu'il ne s'y passe pas au final grand chose, ce serait commettre une grosse erreur, tant il est riche en révélations qui bouleversent tout ce que nous connaissions de Dragon Ball depuis plus de 20 ans. En effet, l'air de rien, Beerus chamboule lorsque l'on apprend que c'est lui qui a donné l'ordre à Freezer de détruire la planète Vegeta dans son sommeil, car il trouvait les Saiyans ennuyeux. En apprenant que certains ont survécu, le scénario s'emballe et la rencontre tant attendue arrivera très bientôt.

Dans le même temps, le Grand Kaiô se charge de transformer Beerus en menace comme nous n'en avons jamais connu en révélant que c'est également lui qui l'avait enfermé dans la fameuse Z Sword que Gohan devait apprendre à manier pour combattre Buu et qu'il avait cassé en s'entrainant avec son père.

Fort de ces révélations, le personnage de Beerus gagne enfin en épaisseur et s'impose d'emblée comme l'adversaire ultime de la saga. S'il est vraiment deux évènements aussi majeurs que ceux cités plus haut, exposés dès le troisième épisode, nul doute qu'il nous réservera d'autres surprises. Surtout que, on n'en doute pas une seconde, dans la grande tradition de la série, il n'est pas dit qu'il soit le vrai adversaire de nos héros.

Bref, cet épisode, l'air de rien, se révèle plus capital qu'aucun autre dans ce qu'il modifie de la mythologie propre à Dragon Ball. Si l'on attend encore de savoir comment ils feront le lien avec Battle of the Gods, nous sommes très impatients de découvrir le prochain épisode qui devrait sonner le grand retour de Pilaf et sa bande. Une chose est sûre, la paix et le bonheur ostentatoires que connaissent nos héros va s'effondrer comme un château de cartes très bientôt. On  y croit !

commentaires lecteurs votre commentaire !

jonn3
04/08/2015 à 01:06

comment1

votre commentaire