Star Wars : The Bad Batch saison 1 épisode 2 - des frontières (pas) très finales

Antoine Desrues | 7 mai 2021 - MAJ : 07/05/2021 17:15
3
photo

Dans la continuité de The Clone Wars et de The Mandalorian, The Bad Batch trace sa route avec ferveur, mais avec moins d’originalité que prévu. ATTENTION : SPOILERS EN PERSPECTIVE !

Avec son épisode introductif de 70 minutes, Star Wars: The Bad Batch a pris le temps de s’attarder sur les conséquences de La Revanche des Sith, et d’explorer mieux que jamais la naissance de l'Empire galactique. En même temps, il fallait bien cette durée pour que sa troupe de clones génétiquement modifiés questionne sa raison d’être, et se retrouve traquée par le camp qu’elle a choisi de fuir. Maintenant que le postulat de la série a été pleinement instauré, que vaut le spin-off de The Clone Wars quand il retrouve son format plus traditionnel de 30 minutes ?

 

photoL'heure de rendre des comptes

 

Papers, please

Lâchés dans la nature, Hunter, Wrecker, Echo, Tech et Omega décident de trouver refuge sur la planète Saleucami, ou un certain allié les attend. Comme on pouvait s’en douter, The Bad Batch ne traîne pas à créer des ponts évidents avec The Clone Wars, en convoquant ici l’un de ses meilleurs épisodes, autour d’un clone déserteur qui s’est construit une famille à l’abri des regards. Ce postulat permet d’ailleurs de faire fuser du fan-service, ne serait-ce qu’à travers un teasing fantasmé du retour de Rex.

Après sa géniale introduction, Dave Filoni retrouve donc un rythme de croisière peu surprenant. L’exécution est en soi loin d’être déplaisante, mais elle déçoit forcément par rapport aux promesses du premier épisode. Plutôt que de creuser la spécificité de cette bande de héros trahis, The Bad Batch semble déjà transformer ses personnages en mercenaires au service de la veuve et de l’orphelin, passant de planète en planète pour (re)visiter des décors de la franchise, de la même manière que le Mandalorian.

 

photoUn visage (de clone) connu

 

Pour autant, si Dave Filoni et ses équipes sont très à l’aise dans cette structure, cette dimension presque touristique fait bien plus sens dans un contexte aussi particulier pour la galaxie lointaine, très lointaine. Alors que toute la démarche de la prélogie de Lucas était de montrer la naissance imperceptible, voire acceptée, d’un régime fasciste, The Bad Batch a l’occasion de se concentrer sur une population qui en subit les conséquences directes. C’est d’ailleurs pour cette raison que cet épisode 2 prend la forme d’une mission d’exfiltration étonnamment tendue, où les clones doivent contourner le fichage généralisé de tous les citoyens pour quitter Saleucami.

 

photoTu la sens ma métaphore ?

 

L’Empire d’essence

Au milieu de ses idées d’animation toujours plus inspirées, la véritable prouesse de la série (déjà remarquée dans The Clone Wars) est de savoir remettre en avant des thématiques centrales de Star Wars, pourtant dénaturées au fil des ans. Alors que les clones transitent petit à petit vers le look iconique des Stormtroopers, The Bad Batch convoque une puissante esthétique de l’aliénation, jusqu’à réduire sa myriade d’extraterrestres à une suite de chiffres, celle-là même que les protagonistes ont longtemps cherché à désavouer.

En bref, la série a encore besoin de faire ses preuves, mais son modèle narratif se révèle assez fort pour capter la déliquescence d’un monde en pleine mutation politique. On regrettera juste que le personnage d’Omega, jeune clone découvrant la richesse de cet univers, tombe déjà dans les travers de l’enfant qui se met inutilement en danger.

 

photo"Ne fais rien de stupide petite"

 

Certes, on se doute bien que son arc va l’amener à devenir plus responsable, mais ce traitement paraît pour le moment un peu trop simpliste pour créer l’adhésion. D’un autre côté, Dave Filoni n’a jamais brillé pour l’originalité de ses histoires, mais plutôt pour l’intégrité avec laquelle il les traite, tout en nous faisant voyager dans les nombreuses possibilités créatives offertes par Star Wars. Sur ce plan, The Bad Batch remplit pour le moment son contrat.

Un nouvel épisode de Star Wars : The Bad Batch est disponible sur Disney+ tous les vendredis depuis le 4 mai 2021.

 

affiche

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Sa leucémie
09/05/2021 à 20:16

Enfin que ça soit dans the mandalorian ou dans cet anime (sans compter le prochain spin off sur Feet )on voit trop la gueule des copies de Django Feet ....L'acteur (je sais plus son nom) est omniprésent et sans raisons particulières....On dira logique il a toute une chiee de clones mais quand même ....

Vers l'infini et au dela
09/05/2021 à 15:08

Enfin les conneries vont pouvoir perdurer éternellement sur tout et rien, au nom du troll et de la xénophobie.

votre commentaire