Falcon et le Soldat de l'Hiver saison 1 épisode 5 : levée de bouclier chez Marvel

Antoine Desrues | 16 avril 2021 - MAJ : 16/04/2021 16:02
26
Affiche française

Si Falcon et le Soldat de l’Hiver déçoit une nouvelle fois dans la résolution de ses enjeux majeurs, elle retrouve en échange quelques jolis moments d’intimité.

ATTENTION : SPOILERS EN PERSPECTIVE

Mis à part son premier épisode engageant, Falcon et le Soldat de l'Hiver a vite pris la forme d’un pétard mouillé, coincé entre des enjeux soporifiques et la faiblesse d’une production design héritée des opus Marvel grisâtres des frères Russo. Pourtant, la série semblait avoir un boulevard devant elle, en devant écrire le futur de la franchise et interroger la perte d’une de ses figures majeures.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le quatrième chapitre, centré sur la descente aux enfers de John Walker, le nouveau Captain America, a soudainement réveillé la narration de sa léthargie (en partie grâce à la prestation concernée de Wyatt Russell). Après un cliffhanger allant au bout de sa logique, on était curieux de voir ce que la série aurait dans le ventre pour ses deux derniers épisodes.

 

photo, Anthony Mackie, Sebastian Stan, Wyatt RussellFinish him !

 

Les ailes du désir (ou pas)

Malheureusement, le soufflet retombe une nouvelle fois bien vite, puisque le combat tant attendu entre les deux protagonistes et Walker se déroule en à peine quelques minutes, dès l’introduction de cet avant-dernier chapitre. Si on a appris à (presque) pardonner Marvel pour orchestrer ce genre de pivots dramatiques dans des hangars tous pourris, Falcon et le Soldat de l’Hiver réussit l’exploit d’aggraver son cas avec une mise en scène encore plus indigente qu’à l’accoutumée, plombée par des inserts pénibles et un montage saccadé, incapable de mettre en valeur le moindre coup, ou même les rares idées chorégraphiques de la séquence.

De toute façon, et sans grande surprise, Sam et Bucky parviennent en très peu de temps à récupérer le bouclier de Steve des mains de Walker, sans même que le super-sérum récemment ingéré par le nouveau Captain ne pose de réels problèmes.

 

photo, Sebastian StanSoldes(at) du printemps

 

Difficile alors de ne pas voir le showrunner Malcolm Spellman précipiter ce passage obligé pour laisser plus de place à la crise identitaire de ses personnages. Pour une fois, on se surprendra d’ailleurs de trouver de bons dialogues dans les scènes qui suivent, notamment lorsque Walker met en avant l’hypocrisie d’un gouvernement qui “l’a fabriqué”, mais sans comprendre la difficulté de porter les couleurs d’un super-héros iconique.

Après avoir dispersé des miettes de réflexion, Falcon et le Soldat de l’Hiver a enfin l’occasion de s’attarder sur son fil rouge thématique. Si l’introduction d’Isaiah Bradley (Carl Lumbly) dans l’épisode 2 nous avait laissés sur notre faim, le retour du personnage offre sans nul doute la scène la plus forte de la série entière. L’idéalisme de Sam se retrouve ainsi confronté à la vraie valeur du symbole qu’est Captain America, une fois la bonté de Steve Rogers rayée de l’équation. Alors que Marvel s’est jusqu’à présent montré frileux sur le plan politique, il est assez rafraîchissant de voir la firme interroger l'Amérique et ses symboles, rongés par un racisme systémique, voire institutionnalisé.

 

photo, Anthony Mackie, Carl LumblyDe bons dialogues ? C'est possible !

 

Vis ma vie de super-héros

De cette façon, la série touche du doigt l’amertume qui semblait pourtant au cœur de son concept. D’un autre côté, on voit bien là l’échec fondamental des productions de Marvel Studios, et leur incapacité à construire leurs personnages dans l’action.

Après trois épisodes lancés à pleine vitesse dans une suite de péripéties sans impact, le récit a besoin de créer un temps mort pour explorer de nouveau la psyché de ses héros fatigués, leur vie de famille et les enjeux irrésolus des premiers chapitres. Un peu comme WandaVision, Falcon et le Soldat de l’Hiver utilise son avant-dernier épisode pour maladroitement se recentrer avant le grand final, de sorte que tout le monde prépare son ultime vengeance, se réconcilie avec ses proches ou récupère un nouveau costume pour les films à venir (restez d’ailleurs pour la scène post-générique).

Mais en même temps, n’est-ce pas là que les séries Marvel peuvent être à leur meilleur ? Avec une certaine justesse, le critique Tom Breihan de The AV Club a théorisé l’idée que le MCU inverse la dynamique traditionnelle des blockbusters, qui consisterait à tolérer les scènes d’exposition et de dialogues pour arriver au nerf de la guerre : l’action. Depuis le premier Avengers, le vrai spectacle des productions Marvel réside au contraire dans les interactions entre ces héros que nous avons appris à aimer depuis de nombreuses années, au travers de leurs blagues ou de leurs touchants moments d’intimité.

 

photo, Anthony Mackie, Sebastian StanCopains d'avant

 

Maintenant que le studio a expérimenté d’immenses crossovers bourrés de tête d’affiche, le format sériel paraît plus que jamais logique pour donner du temps aux personnages d’exister, d’exprimer leurs doutes ou leurs envies avant de se lancer dans des séquences de bastons numériques fonctionnelles.

C’est pourquoi, malgré son rythme en dents de scie et sa mise en scène toujours aussi plate, ce cinquième épisode de Falcon et le Soldat de l’Hiver prouve que la série convainc bien plus dans ses moments de calme que dans ses gros set pieces indigestes, ou même ses caméos décevants (vous n'aviez rien de mieux en stock que Valentina Allegra de Fontaine ?). Alors certes, cette lueur d’espoir arrive sans nul doute trop tard, mais comme la pauvreté globale de la série a fini par avoir raison de la volonté de l’auteur de ces lignes, on a presque envie de saluer l’effort.

Un nouvel épisode de Falcon et le Soldat de l’Hiver sort chaque vendredi sur Disney+ depuis le 19 mars 2021.

 

Affiche française

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Geoffrey Crété - Rédaction
23/04/2021 à 10:54

@Little Nemo

On a longuement écrit à quel point on trouvait le début de WandaVision hyper excitant, ambitieux, et audacieux. Donc non, je répète : aucun problème avec "ces séries" (qui se résument à 2 séries, et 12 épisodes, donc ça fait un échantillon très limité pour parler de notre position...).

Si on élargit aux programmes Disney, on a d'ailleurs largement dit du positif sur The Mandalorian par ex. On a également dit du bien d'Agents of SHIELD, pour rester chez Marvel.

La vérité est simple : quand on aime, plein de gens nous disent qu'on est trop gentils ; quand on n'aime pas, qu'on est trop méchants ; quand on est mitigé, c'est un problème aussi. Ça fait partie du jeu, certes, et chaque avis attire forcément ce genre de réaction... mais rappelons qu'on donne simplement notre opinion, comme vous, et que notre mission n'est pas de vous convaincre, ou mettre tout le monde d'accord - mais simplement de proposer des pistes, et participer au débat. Ces séries divisent beaucoup en plus (plein de gens nous ont dit qu'on était trop positifs sur WandaVision dès le premier épisode), donc rien de fou en plus à parler de frustration, déception, et l'expliquer dans chaque article avec des exemples.
Et sinon, rien d'ingrat dans notre job, on le vit très bien, et avec joie et plaisir :)

Little Nemo
23/04/2021 à 10:39

@Geoffrey Crété

Je répondais avant tout aux commentaires.
Je ne comprends pas pourquoi certains s'acharnent à regarder une série qu'ils trouvent nulle et où, à les écouter, il n'y a pas grand chose à sauver.
Je suis le premier à reconnaître qu'elles ont leurs défauts, mais dans l'ensemble c'est quand même du bon divertissement, ne boudons pas notre plaisir !

Cela dit, vous n'êtes pas tendres non plus, et généralement quand vous reconnaissez du bout des lèvres une qualité à un épisode, c'est pour mieux appuyer ensuite sur sa "pauvreté globale"...
Je sais bien que la critique n'est pas un exercice facile et est souvent un job ingrat, et je ne remets pas en cause sa nécessité, mais parfois en effet, je me demande ce que vous attendez réellement de ce genre de série qui n'entend pas révolutionner le genre et remplit à mon sens très bien ses objectifs.

Paulson
18/04/2021 à 22:27

" il est assez rafraîchissant de voir la firme interroger l'Amérique et ses symboles, rongés par un racisme systémique, voire institutionnalisé."

Heuuuu je ne pense que ça soit lieu pour affirmer des trucs pareils. Vaudrait mieux laisser ces débats à la porte. Justement sur ce point je crois que Marvel et Disney mettent le doigt dans quelque chose hors de propos.

Mike de la compta
18/04/2021 à 17:59

@Dominique Tessier : t'as raison le QI à 2 chiffres.

Dominique Tessier
18/04/2021 à 14:54

Pouvez juste apprécier, ça vaut beaucoup plus que certaine série Netflix. De toute façons c'est du divertissements A quoi bon décortiquer l'ensemble d'un épisode et où même série. Va te trouver un vrai job. Les critiques c'est dépasser. Le succès au box office de Mavel le prouve .

Arnaud (Le vrai)
17/04/2021 à 16:32

@Pog
tu perds ton temps mon gars, debilos est incapable d'avoir du recul et un vrai esprit critique. Essayer de le raisonner est peine perdue tu sais

Pog
17/04/2021 à 14:29

Résumé des gens qu'on connaît et qui viennent constamment chouiner :
"Mon problème c'est que parfois ils mettent un trop bonne note à un épisode que j'ai pas trop aimé, et parfois ils mettent une mauvaise note à un truc que j'ai vachement aimé, et parfois c'est la bonne note mais j'aurais dit ça autrement moi"

Félicitations, vous avez découvert qu'on peut avoir différents avis sur le même truc. Il ne vous reste plus qu'à dépasser cet équivalent du stade anal côté cérébral, peut-être faire la paix avec le fait que penser autrement ne signifie pas que quelqu'un a tort, et peut-être rejoindre le débat de manière courtoise, et/ou ouvrir un blog pour vous exprimer.

Stavos
17/04/2021 à 11:41

@Dog : "des gens de renon qui n’ont plus rien a prouver dans leur domaine"

Mais quelle blague ! Marvel c'est des tocards, ces gens se prennent pour d'immenses artistes alors qu'ils sont tout juste des techniciens corrects.
Et leurs fans qui sont persuadés d'être devant la plus grande révolution audiovisuelle de l'Histoire, tout en se vexant dès qu'on touche a leur bébé, ça devient vraiment pénible.

Faut pas dire du mal de Marvel, mais auquel cas, vous aussi, vous donnez un avis que tout le monde de partage pas. Prenez du recul et soufflez un bon coup

Arnaud (le vrai)
17/04/2021 à 10:56

Le truc qui me déçoit un peu finalement dans la série ce sont les décors successifs. Je les trouve toujours tristes, sans recherche esthétique ... je sais pas si c’est du au covid mais bon
Pour le coup Loki a l’air de promettre pas mal de ce côté

Sinon pour l’épisode il est cool. Il met les choses en place pour le final. Il approfondit nos héros
La baston du début fait écho à Civil War, et oui elle est moins intéressante que celle du film (en même temps c’était le seul passage bien de ce film de merde qui chiait honteusement sur le comics dont il était censé s’inspirer)
Mais en même temps je la trouve super interessante car on voit à quel point Walker déjà sait se battre (ancien soldat multi décore quand même) et à quel point il bascule dans sa tête. De plus la complémentarité Sam/Bucky marche bien

Le reste de l’épisode se regarde sans s’ennuyer, mais effectivement le cameo est pas dingo (et on sent qu’ils ont voulu tourner ça un peu à la manière de l’apparition de Nick Fury à la fin du premier Ironman)
En fait je pense que je ne vais plus les écouter quand ils parleront de cameo à venir

Maintenant on attend l’épisode de la semaine prochaine qui promet une grosse bastonnade avec tous les acteurs de l’histoire.
Et surtout qui va recup le bouclier à la fin (j’aimerais tellement que ce soit Bucky mais j’y crois pas trop)

Flash
17/04/2021 à 08:35

Décidément ça chouine toujours autant dans les commentaires, enfin....
Pour revenir à cet épisode, perso, j'ai bien aimé.
Le combat du début je l'ai pas trouvé si mauvais, Sinon, il était temps de donner un peu de profondeur aux personnages de cette série ce qui a été fait mais un peu tard.
Quand au caméo, sans surprise, c'est un pétard mouillé, il faut vraiment avoir dévoré beaucoup de comics pour le connaitre.
Maintenant place à l'épisode final qui je l'espère ne sera pas trop décevant.

Plus
votre commentaire