Falcon et le Soldat de l'Hiver saison 1 épisode 2 : Marvel déjà en pilote automatique ?

Antoine Desrues | 26 mars 2021
352
photo, Anthony Mackie, Sebastian Stan

Après un pilote engageant, Falcon et le Soldat de l’Hiver reprend vite les mauvaises habitudes de Marvel, à savoir faire beaucoup de bruit pour pas grand-chose.

ATTENTION : PETITS SPOILERS EN PERSPECTIVE

Avec son premier épisodeFalcon et le Soldat de l'Hiver a su plutôt malignement rassurer les fans de la formule Marvel, tout en parvenant à laisser poindre les spécificités du format télévisuel. Si le spectacle pyrotechnique et taylorisé de la firme est toujours de la partie, la série a montré qu’elle aurait le temps d’ausculter les troubles de personnages longtemps réduits à de simples cartes à jouer de second plan. Ou du moins, elle a stratégiquement sous-entendu certaines promesses, pour mieux détourner le regard dès son deuxième chapitre, paradoxalement aussi précipité que laborieux.

 

photo, Wyatt RussellTa figurine Captain America commandée sur Wish

 

Retour de bâton de bouclier

C'est officiel, il y a un nouveau Captain America en ville ! En toute logique, le cliffhanger de l’épisode 1 sert à Falcon et le Soldat de l’hiver pour forcer la rencontre entre ses deux protagonistes, restés étonnamment séparés durant le pilote de la série. Mais pas de bol, ce moment central pour la dynamique de duo se positionne parmi les plus gros foutages de gueule récents de Marvel, aux côtés des deux minutes qu’il faut à Iron Man pour mettre au point le voyage dans le temps.

Filmée dans un pauvre hangar monochrome, la séquence ne cherche à aucun moment à valoriser cet instant important, ou à créer par la mise en scène un rapport de force. C’est même tout l’inverse, puisque le dialogue entre Bucky et Sam est bazardé dans une suite de travellings, pour faire rapidement glisser le récit vers la scène suivante. Avec cette mécanique grossière, le showrunner Malcolm Spellman assume de forcer le rond dans le carré, alors que Bucky décide d’accompagner Sam dans sa nouvelle mission sans aucune raison valable.

 

photo, Sebastian StanCroix de bois, bras de fer

 

Fort heureusement, la série n’oublie pas de conserver l’héritage du bouclier de Steve Rogers comme fil rouge thématique. L’épisode 2 de Falcon et le Soldat de l’Hiver en est presque pour cela ironique, puisque les deux héros qui portent le nom du show sont d’ores et déjà éclipsés au profit de John Walker, le nouveau porte-étendard de l’Amérique incarné par le convaincant Wyatt Russell (22 Jump Street, Overlord). Au détour d’une scène d’introduction plutôt efficace, où Marvel s’amuse à mettre en abyme l’importance d’un tel symbole auprès du peuple, le personnage laisse entrevoir une nouvelle génération nourrie par les Avengers, et qui ressent donc une lourde pression maintenant qu’elle doit prendre le flambeau.

Sur ce plan, la réalisation de Kari Skogland a d’ailleurs la bonne idée de prendre en considération la place du public et son regard sur les super-héros. Une donnée souvent délaissée par le cinéma de Marvel, en particulier chez les frères Russo (on se souvient des rues vides d’Avengers : Infinity War). Entre interventions télévisées et réflexions de passants, les personnages s’ancrent dans un quotidien tangible, qui offre ainsi la possibilité à la série de réellement les positionner dans des enjeux sociétaux.

 

photo, Erin Kellyman"Je vais te faire courir, rouquine !"

 

Et à vrai dire, la plus grosse déception de cet épisode 2 vient de son rendez-vous manqué avec ce qui aurait pu être de loin sa meilleure séquence, à savoir la rencontre de Sam et Bucky avec un ancien "super-soldat" afro-américain, nommé Isaiah (Carl Lumbly), et que l’histoire a choisi d’oublier. Bien entendu, Marvel y trouve une occasion parfaite pour s’excuser de ses manquements passés, mais la scène pointe surtout du doigt et avec pertinence une invisibilisation de certaines ethnies dans le giron héroïque, alors même que Falcon est lui-même à la recherche de figures tutélaires auxquelles s’identifier.

Malheureusement, la série se montre bien trop chiche sur ce point pour vraiment aborder de front les doutes de son héros, qui devrait représenter un pays qui a pourtant toujours rejeté les personnes partageant sa couleur de peau. La preuve en est que l’aparté que représente la séquence avec Isaiah tombe comme un cheveu sur la soupe, avant d’être bazardée avec le même soin qu'un mouchoir usagé (bien qu’on ne doute pas qu’elle donnera lieu à un pay-off tardif).

 

photo, Carl LumblyOn était à ça que ce soit génial...

 

Vol au-dessus d’un nid de cons-cons

Pour le reste, Falcon et le Soldat de l’Hiver trace sa route sans grande envie, en déroulant ses péripéties comme un rouleau de papier toilette tombé sur le sol. Sa séquence d’action longuement teasée, se déroulant sur le toit de deux camions, n’a même pas le mérite de vouloir impressionner comme la note d’intention explosive du premier épisode. Nous revoici sur le même terrain illisible que celui des frères Russo, porté par de gros plans réalisés sur fond vert (c’est grillé les mecs), une certaine vitesse d'obturation pour bien faire saccader le moindre mouvement, et un montage qui ne parvient jamais à laisser respirer les rares bons cadres.

Au final, tout ceci engendre un sentiment de routine. Comme si Marvel, plutôt que de profiter du format sériel pour explorer les zones d’ombre de ses films, ne faisait qu’étirer les mêmes séquences d’exposition et les mêmes scènes d’action, avec les mêmes articulations et ellipses. Tout semble une nouvelle fois arriver trop vite, alors même que le récit court après les Flag-Smashers, ces super-soldats révolutionnaires dont les motivations et le niveau de menace demeurent très obscurs. Et l’on ne parlera même pas du cliffhanger paresseux de l’épisode, qui n’a même pas la décence de mettre de l’emphase sur la ré-introduction du personnage de Zemo (Daniel Brühl).

 

photo, Anthony Mackie, Sebastian Stan, Amy AquinoDis-moi ce que tu as pensé du Snyder Cut...

 

Cependant, on pourrait pardonner beaucoup de ces éléments à Falcon et le Soldat de l’Hiver si la série ne gavait pas comme une oie toute ses séquences avec l’humour lourdaud du MCU, surtout après un premier épisode assez concerné par ses enjeux. Outre le fait que la dynamique entre Sam et Bucky ne semble fonctionner qu’au travers de piques dignes de gamins de maternelle, Marvel semble atteindre ici le stade terminal de son rapport au second degré, puisqu’il faut littéralement l’intervention d’un arbitre (sous la forme de la psychiatre de Bucky, incarnée par Amy Aquino) pour imposer un retour à une certaine forme de sincérité.

Bien entendu, on espère que l’ensemble va se relever suite à ce coup de mou. Mais pour une série portée sur la question de l’héritage et du poids qu’il peut représenter, il est assez ironique de voir Marvel livrer du buddy movie de seconde zone, alors même que le studio de Kevin Feige avait su intelligemment s’adresser au maître du genre, Shane Black, à l’époque d’Iron Man 3. Pour le passage de flambeau (ou de bouclier), on attendra encore un peu.

Un nouvel épisode de Falcon et le Soldat de l’Hiver sort chaque vendredi sur Disney+ depuis le 19 mars 2021.

 

Affiche française

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
movie-observeur ou comics-analyst
31/03/2021 à 21:58

Roro
Toute mais excuses j'ai cru lire un ado j'ai tout de suite pense a Spiderman au lieu d'une ado super soldat.

movie-observeur ou comics-analyst
31/03/2021 à 21:22

Roro
En principe Spiderman est 5 a 10 fois plus puissant que Captain America recherche le document Marvel universe pour t'en assurer.
Le Cap lui a juste fait une Obi-Wan face a Anakin c'est a dire le grand frère expérimenté contre le petit plus costaud et concernant Bucky et le Faucon qui sont chacun dans la même situation que Cap il y aurait eu plus de sport s'ils avaient voulu le tuer mais ils l'ont qu'en même envoyé valdinguer avec Aile Rouge le drone.

movie-observeur ou comics-analyst
31/03/2021 à 20:43

Nonoo
j’espère que tu es au moins capable de parler de personnages blacks que tu aimes ou alors tu cherche juste le débat sterile avec cette spécification voilée de tes goûts.
Laisse moi deviner tu es du genre a te plaindre du politiquement correcte.

mrjulot
29/03/2021 à 11:49

j'ai eu le même sentiment que EL suite au 2eme épisode...
"flute, déjà médiocre" me suis-je dit.
Pourtant captain america et le soldat de l'hiver est mon marvel préféré.

Roro
29/03/2021 à 10:29

Que c'est nul... Je n'ai pourtant rien contre le MCU, j'ai vu tous les films, certains avec beaucoup de plaisir (Les Iron Man, Cap America, Avengers et Gardians), d'autres moins. Mais là...

Personnages inintéressants et caractérisés à la truelle, scénario stupide et plein de raccourcis, dialogues affligeants, scènes de bastons illisibles, antispéctaculaires et incohérentes (le soldat de l'hiver qui a sévit pendant 50 ans et donné du fil a retordre au Captain America et qui se fait latter la tronche par une ado super soldat... wtf?)...

Bref, je ne regarderai pas la suite, aucun intérêt.

De Passage
29/03/2021 à 09:08

(2 fois posté, 2 fois effacé, la 3ème sera peut-être la bonne)

Ecranlarge lui aussi déjà en pilote automatique?

Diplodocus
27/03/2021 à 17:04

Fanman qui pense qu’un épisode est réalisé la veille de sa diffusion. Tu sais comment ça marche une série ?
Ils vont rien changer du tout il vont diffuser les 4 episodes restants et basta.
Les commentaires de QI négatifs c’est fatiguant

Ashe
27/03/2021 à 14:26

Certes cet episode se repose sur le genre action et humour classique. Il sert a introduire le buddy movie que va constituer le style de cette série. Mais vous vous attendez à quoi d'autres la bande annonce et la complicité des personnages dans les films le présageait. Il y aura des épisodes plus introspectif plus personnelle comme le premier et d'autres plus fun légers. Je parierais un sur deux.
Comme se fût le cas du schéma des series Marvel Netflix, c'était flagrant un épisode d action un episode plus spychologique sur un personnage.
Et personne n'a trouvé à redire de la recette utilisée pour rythmer la saison.
La différence ici est le style plus léger assumé qui tranche plus d'un épisode à l'autre.
Pour moi il n'y a pas à redire sur la relation de Sam et Buck. C'est une amitié sincère non avouée. Un je t'aime moi non plus lié au regard du passé difficile de chacun. Ils ont besoin de l'autre mais ne veulent pas risquer d'être attaché. Ils ont laissé partir leur meilleur ami commun. Et ne souhaite revivre cela. Donc c'est ...je te suis mais ne me le demande pas pour le moment. C'est puéril mais de nombreuses personnes agissent ainsi. Rien de surprenant.
Sauf leur rencontre oui qui aurait put être plus intimiste autour d'une table de bistrot ou l'un rendant visite à l'autre. Mais cela aurait cassé l'idée qu'il refuse de reconnaître le besoin de l'amitié de l'autre.
Sur le tarmac c'est plus justifié dans la situation que ni l'un ni l'autre font l'effort.

Nonoo
27/03/2021 à 14:21

Autant Wandavision avait du potentiel car Wanda était un personne ambiguë et intéressant à suivre, +la série proposait un format assez différent des précédents marvel (en tout cas pour les épisodes sitcoms) et teasait de grosses choses pour l'avenir, autant FaWS ne m'intéresse pas du tout, je ne sais pas il manque ce petit quelque chose qui attirerait mon intérêt... en fait je crois que c'est les persos que je trouve trop "basiques" pour m'y attacher ou vouloir les suivre, je dirai même que je m'en fiche un peu d'eux (tout comme je m'en fiche de War Machine par ex.) du coup ca n'aide pas x) J'aime bucky mais falcon je n'y arrive pas, mais à voir si Marvel arrive a leur donner de l'importance dans la suite, il faudrait une sacrée surprise pour me hype pour cette série

FanMan
27/03/2021 à 13:59

Très moyen voir mauvais à certain moments
pourtant je suis bon publique
je crois que la série devrait être vite corrigée voir arrêtée avant de faire trop de mal à la franchise

Plus
votre commentaire