Charmed : que vaut le pilote du reboot de la série culte de sorcières ?

Christophe Foltzer | 18 octobre 2018 - MAJ : 18/10/2018 11:07
19
photo Charmed

Au début, on a cru à une grosse blague. Puis, on a flippé en comprenant qu'ils étaient super sérieux. Et maintenant, on a vu le premier épisode du reboot de Charmed. Alors ? Ça vaut quoi ?

ATTENTION SPOILERS !

 

 

LE POUVOIR DES TROIS

Forcément, la nouvelle série Charmed se pose un gros défi dès le départ, vivre dans l'ombre de son ancêtre, créée par Aaron Spelling en 1998 comme une variation autour du film Dangereuse alliance et diffusée jusqu'en 2006 avec pertes et fracas. On se rappelle encore des intrigues bien opportunistes de la première mouture de Charmed, qui bouffait à tous les rateliers en fonction des succès du moment, ce qui explique l'arrivée de l'école de magie dans l'histoire.

Sur le tard, la série n'était plus qu'un véhicule pour ses actrices-productrices à l'égo surdimensionné (Alyssa Milano et Holly Marie Combs en tête) et ce qui se voulait à l'origine comme une histoire prônant un féminisme cool s'était transformée en caricature d'elle-même desservant totalement son propos initial.

 

photo, Melonie Diaz, Madeleine Mantock, Sarah JefferyMacy, Mel et Maggie Pruitt

 

Autant dire qu'un reboot de la série était une bonne idée pour repartir sur de bonnes bases et être en phase avec la société actuelle et la question de la place de la femme qui occupe tous les esprits en ce moment (et à raison). Mais c'était aussi ce que l'on appelle dans le métier "une belle idée de merde" parce que, quand même, ça sentait bon l'opportunisme de première classe.

Surtout en pleine mode des revivals, symptôme d'une industrie malade d'elle-même et qui ne cherche clairement plus qu'à capitaliser sur des vieilles gloires pour prendre le moins de risques possibles. En lançant ce pilote de la mouture 2018, nous étions donc saisis par une grosse peur du ridicule.

 

photo CharmedDécouverte du pouvoir des trois

 

LES SJW DE LA CW

Premier constat, et il fait extrêmement plaisir, le nouveau Charmed ne fait absolument aucune mention de la précédente version. Nous sommes donc bel et bien face à un reboot dans lequel nous découvrons les soeurs Pruitt, Mel (Melonie Diaz) et Maggie (Sarah Jeffery), qui vivent avec leur mère à Hilltowne dans le Michigan.

Immédiatement, les clichés énervants s'invitent sans nous demander notre avis. A tel point qu'on se demande si la chaine n'a pas surtout cherché à surfer sur le combat légitime des femmes actuel en le poussant jusqu'à la caricature. Mel est une jeune femme assistante à l'université, lesbienne et féministe ultra engagée en mode #metoo, qui sort avec une policière du coin et n'est pas loin d'être une activiste terroriste "bitophobe". Maggie, quant à elle, est plus cool. Etudiante de son temps, elle veut intégrer une sororité pour être populaire et fait une pause avec son mec Brian (Charlie Gillespie), qui la suit quand même parce qu'il y a des trucs chelous qui rôdent dans les bois environnants. Leur mère est en plein procès avec le professeur Thaine, accusé d'agression sexuelle sur une jeune femme qui se retrouve dans le coma.

 

photo, Sarah Jeffery, Melonie DiazUne famille brisée

 

La mère meurt dans des circonstances étranges qui laissent penser à un suicide et nous retrouvons nos héroïnes trois mois plus tard. Mel est devenue super rigide et contrôlante, dominée par la colère, ce qui lui a coûté son couple et s'est réfugiée dans sa lutte féministe. Maggie, elle, est sur le point d'être acceptée chez les Kappa et ne veut plus vivre sous le même toit que sa soeur. Bref, grosse crise familiale.

C'est à ce moment qu'arrive Macy (Madeleine Mantock) en ville, chercheuse et biologiste qui se sent attirée par la maison des Pruitt. Elle découvre qu'elle est en fait leur demi-soeur alors que le remplaçant de leur mère à la fac, Harry leur apprend qu'elles sont des sorcières. Investies du pouvoir des trois, elles vont devoir choisir en quelques heures si elles acceptent leur destin ou non, alors que l'imminence d'une apocalypse se fait sentir et que le professeur Thaine a été réhabiilité dans ses fonctions.

 

photo, Sarah Jeffery, Madeleine MantockUne nouvelle soeur s'invite

 

CHARMED CONTRE LES VAMPIRES

Cet épisode introductif sert donc de note d'intention à ce que sera la série entière et prouve dès le départ que la chaine n'avait pas menti en promettant une série "fun et féministe". Au point que cela en devient grossier et caricatural dès les premières secondes. Aucune des deux soeurs initiales n'est sympathique ou attachante tant elles ne constituent qu'une cliché poussé à l'extrême et le propos énerve très rapidement tant il est scolaire et binaire : les hommes sont des monstres et les femmes des anciennes victimes en mode vengeresse.

Une unilatéralité et une simplification du combat féministe qui parait fort opportuniste et tellement appuyé qu'il a bien failli nous faire arrêter l'épisode avant même son élément déclencheur.

 

photo, Madeleine Mantock, Melonie Diaz, Sarah Jeffery"Ouvrez votre livre à la page des clichés s'il vous plaît"

 

Pourtant, il se passe quelque chose d'assez étrange. On a comme l'impression que tout cela est traité avec un second degré certain. S'agit-il d'une distance assumée ou d'un acte de pur cynisme ? Impossible de le dire, mais il parait clair que la caricature appuyée est traitée comme telle. C'est avec l'arrivée de Macy que l'épisode gagne en profondeur et en densité. Plus posée, plus réfléchie et plus humaine, elle fait le lien entre les deux pôles excentriques qui nous ont été présentés.

Ce qui vaut à l'épisode d'évoluer constamment en terrain glissant. D'un côté il reprend les codes des séries des années 90 avec un scénario dénué de tout suspense et de toute surprise, cousu de fil blanc à un point que cela en devient énervant. Heureusement, de l'autre, il pose de vraies réflexions sur le combat féministe dans sa branche intégriste, dans son refus du dialogue et sa confrontation violente et aveugle à tout ce qui porte un pénis. Une contradiction très ambigüe qui met parfois mal à l'aise (rapport au cynisme hypothétique à l'oeuvre) mais qui amène le propos dans des zones de gris assez inattendues dans ce type de production.

 

Photo Rupert EvansUn être de lumière en mode Buffy

 

C'est cependant avec le personnage d'Harry (Rupert Evans), l'être de lumière, que la série dévoile son vrai visage. Moins qu'un reboot de Charmed, la série est avant tout un remake déguisé de Buffy contre les vampires, l'homme faisant clairement figure de Rupert Giles du pauvre, avec son look rétro, son accent anglais et sa connaissance des arcanes démoniaques.

Si l'épisode ne surprendra personne dans son déroulé, qu'il est en plus particulièrement mal réalisé sur le plan technique (qu'il s'agisse de la mise en scène de Brad Silberling ou des effets spéciaux terriblement mauvais), on se surprend à rire aux nombreux dialogues bien ciselés, à cet humour débile et hystérique qui parcourt quelques scènes.

Un petit miracle s'opère puisqu'au final, les héroïnes nous sont devenues sympathiques. On n'ira pas jusqu'à attendre le prochain épisode avec impatience mais on ne peut pas non plus dire qu'on a passé un mauvais moment ou que la catastrophe est à la hauteur de nos craintes. Vraiment étrange.

 

Photo Melonie DiazLe charme a un peu opéré

 

Charmed n'est pas la purge annoncée, mais ne renouvellera pas le genre non plus. Ce pilote joue sur plusieurs tableaux en même temps et il est encore bien difficile de savoir ce que la chaîne a en tête. Pamphlet pro-femmes ou critique cynique du féminisme ? Cela reste à voir. Mais il y plane un parfum rétro un peu con-con assez agréable qui, loin d'être aussi énervant que la première mouture de la série, pourrait toucher un certain public et pas forcément celui qu'on attendait.

Charmed est diffusée sur The CW aux Etats-Unis. La série originale est rediffusée actuellement en France sur 6Ter.

 

Affiche

commentaires lecteurs votre commentaire !

Gigi Dalida
23/06/2019 à 02:50

trèèèèèèèèèèèèèèèèès mauvais et cliché, rien à voir avec la série originale qui comptait avec de bonnes actrices bien ancrées dans leurs rôles respectifs avec une histoire fantastique dont on ne se lassait pas. Pas de saison 2 S.V.P.!

dac83
24/10/2018 à 00:11

Je pense que la série aurait eu une chance si elle n'avait pas osé prendre le nom de "Charmed" elle aurait pu s'appeler d'uin tout autre nom. Ca aurait passé un peu plus inaperçu, et on aurait juste comparé, et trouver des similitude entre les personnage. Je donne un exemple la copie de Mel, la policière, elle pourrait faire pensé à Andy Trudo. Alors si le scénario se suit, elle aussi risque de mourir a la fin de la saison 1 ? Sous un scénario type dramatique, ou elle perd l'amour de sa vie. L'apprition de l'etre du lumière dans le première épisode, est une très mauvaise idée. Et pis on passe les détail type, la grand-mère qui les a elevées. PArce que a première vue, je me suis dit, c'est quoi ces teenager ? Des adolescente, Hormis, l'ainée qui fait encore un peu adulte, les 2 autres ont dirait des gamines, encore au lycées. Elles ont quoi genre 16 ans ? Alors que je rappelle dans la série originale, Prue et Piper avait fini leurs études et travaillaient toute les 2, Phoebe elle, était entre 2 études à l'univeristé et les petit boulot. Donc on se demande comment elle gagne leur vie ? C'est pas en étant assistante dans une bibliothèque d'étudiant, qu'on gagne sa vie. Avec une tel maison, 10x plus grande que le manoir originale., Bref, c'est pas une extra ordinaire série. Je pense pas que ca ira plus loin qu'une saison, ca ne le mérite pas. En faite, ca aurait eu du potentiel, si ca avait été une suite. D'ailleurs aucunes des 4 actrices originales, n'ônt été conviées ni informées des évènements, tous ceci s'est fait dans leur dos. Pauvre Aaron Speeling, qui grand producteur et réalisateur de série, à succès Type Beverly Hilss, Dynastie, Melrose place, Charmed, et bien d'autre. doit se retourner dans sa tombe le pauvre. Contrairement a Beverly Hillss 90210 qui ont eu la meilleure idée de créer une suite, avec la participation des acteurs originaux, et qui ont crées et aidé derrière les caméras pour 90210. Avec une suite logique. Ca oui c'était une jolie reprise de vieille série recyclée.

TJay
19/10/2018 à 07:52

J'ai regardé et j'ai apprécié.
On crie à la série nunuche et trop lourde. Ceci dit charmed n*1 l'était déjà à son époque.
Les effets spéciaux sont un peu agressif,m oui, la faute au budget ? Ceci dit le démon de fin d'épisode écrase néanmoins tout les balthazar de la série originale.
Cest frais, un peu no brain et ça fait du bien le dimanche soir.
Moi je compte suivre ????

Raoul
18/10/2018 à 23:30

Le pilote du reboot du retour des sorcières. Sans déc EL... tout le monde s'en branle.

Charmed ones
18/10/2018 à 20:08

Votre article est mitigé à mon goût, par contre attention à vos références, les soeurs ne s'appellent par Pruitt, mais Vaughn pour Macy la soeur ainée, et Vera pour Mel et Maggie, Pruitt était en effet le nom initial qui avait été donné, mais il a suscité tellement de commentaires négatifs, que le nom a été changé par Vera avant même le début du tournage du Pilot cet été.
Quant au fait, qu'il ne fait aucune référence à la série originale. Faux. Quand Maggie prend le livre des ombres sur ses genoux, on y voit une page avec une photo graphique et un texte parlant de Melinda Warren, qui était la première sorcière de la lignée dans la série originale, La photo présente est celle de la véritable actrice qui a incarné Mélinda dans un épisode de la série Originale. Et puis quand Mell, veut figer Harry en faisant des gestes de la mains,; et clairement une référence à Piper et comment elle manifestait son pouvoir, mais cela donne plus l'impression qu'elle se fout de sa gueule. Tout est trop surjoué. Bref, la série orginale avait des défauts, mais avait quand même plus de forme et de fond, rien qu'en comparant les 2 pilots respectifs.

Chris
18/10/2018 à 17:37

C'est quoi l'intérêt de faire le reboot d'une série dont le seul intérêt était les décolletés des actrices?

Alexandre Janowiak - Rédaction
18/10/2018 à 13:47

Bonjour @xtc33,

elles fonctionnent très bien de notre côté. Quel navigateur utilisez-vous ?

Zanta
18/10/2018 à 13:38

@Yellow Submarine
Ca s'appelle de la nostalgie/curiosité adolescente ;)

Warboy
18/10/2018 à 12:20

Cheap , inutile , clichés, pas d'intérêt , un pilote de merde

Copeau
18/10/2018 à 11:23

Moi ce qui m’etonne le plus, c’est que j’ai regardé l’episode ! Et je suis assez d’accord avec l’article ... la série est agréablement nulle ... futile, inutile, cheap... ha mais ça sent bon la nostalgie de « la trilogie du samedi » tout ca ! A quand Buffy ? (Meilleure série de tous les temps)

Plus

votre commentaire