Dexter : New Blood - critique impardonnable sur Canal+

Déborah Lechner | 13 janvier 2022 - MAJ : 13/01/2022 18:10
Déborah Lechner | 13 janvier 2022 - MAJ : 13/01/2022 18:10

Après avoir porté la série Dexter jusqu'à son apothéose - c'est-à-dire la saison 4 -, le showrunner Clyde Phillips est de retour avec Dexter : New Blood pour tenter de corriger les errances scénaristiques des dernières saisons, en particulier le final qui énervé une grande partie des fans. Alors est-ce que le tueur en série de Michael C. Hall a eu la fin qu'il mérite ? Oui et non.

ATTENTION : spoilers !

JUSTE LA BRUTE ET LE TRUAND

Si les premiers épisodes de Dexter présentent le personnage de Michael C. Hall comme un psychopathe incapable de ressentir la moindre émotion, la série l'a rapidement confronté à des criminels plus cruels que lui pour en faire en comparaison un "gentil tueur en série" et donc un anti-héros. Les saisons ont ensuite entretenu une frontière floue entre ses véritables états d'âme et sa moralité factice.

Cette dernière saison veut donc rappeler que Dexter Morgan serait un tueur aussi impitoyable que tous ceux qu'il a démembrés si Harry ne lui avait pas fabriqué une "conscience" de toutes pièces à travers son code et le choix de ses victimes. Si la série principale l'a humanisé en justifiant et pardonnant ses crimes, les derniers épisodes de New Blood désacralisent le personnage en dévoilant son vrai visage.

La démarche n'est peut-être pas subtile, mais la prise de conscience d’Harrison (Jack Alcott), qui ne voit plus son père comme un justicier, mais comme un meurtrier, s'apparente à celle du public pour qui Dexter redevient le psychopathe antipathique qu'il a toujours été.

 

Dexter : New Blood : photo, Michael C. HallPlanter la hache de guerre

 

Même s'il en a été empêché, il était vraisemblablement prêt à tuer ou blesser Angela (Julia Jones) pour respecter la première règle de son code, la plus révélatrice de son égoïsme : ne pas se faire attraper. Et alors qu'il avait échappé au dilemme avec Doakes, Lundy et LaGuerta, il franchit la ligne rouge en tuant de ses propres mains un personnage innocent que les dix épisodes se sont appliqués à présenter comme un bon gars (jusque dans ses derniers échanges avec lui).

Dexter aurait pu atteindre une forme de rédemption à la fin de la saison 8 s'il s'était effectivement suicidé, désemparé par la perte de Debra (Jennifer Carpenter). Mais sa mort - la vraie - n'est pas un sacrifice ultime pour protéger son fils de son Passager Noir. Ce suicide par arme interposée prouve une dernière fois sa lâcheté face à ses responsabilités : affronter Batista (David Zayas) et longer le couloir de la mort. Et le fait que Debra semble dégager sa main de la sienne au moment où il rend son dernier souffle n'est probablement pas anodin.

 

Dexter : New Blood : Michael C. Hall, Jennifer CarpenterLa voix de sa culpabilité plus que de sa conscience


Au-delà d'être indirectement responsable de la mort de Rita et de sa soeur - en plus des troubles comportementaux d'Harrison -, Dexter a sciemment fait de son fils un meurtrier. Malheureusement, son exécution anti-héroïque est amenée de façon précipitée et peut légitimement donner l'impression de simplement exister pour sauver la morale. Plus dommageables encore, les dernières minutes du dixième épisode installent une certaine ambiguïté quant à son impossible rédemption.

La voix-off de Michael C. Hall lit d'un ton pathétique la lettre larmoyante qu'il avait envoyée à Hannah des années auparavant et conclut l'épisode en demandant à pouvoir mourir pour que son fils puisse vivre. Sauf qu'on imagine aisément qu'après avoir tué son père et abandonné le peu de repères qu'il avait, Harrison ne sera jamais quelqu'un d'équilibré. Encore moins maintenant que le monde entier est sur le point d'apprendre la véritable identité du Boucher de Bay Harbor. La vie et la mort de Dexter auront donc bousillé l'existence de son fils, même s'il eût été préférable que la série l'explicite davantage.

 

Dexter : New Blood : Jack Alcott, Michael C. HallS'il fallait une preuve de plus que Dexter est un mauvais père

 

LA MÊME RENGAINE

Comme on le remarquait déjà dans notre critique mi-parcours de Dexter : New Blood, le revival a fait des efforts pour faire peau neuve. Malgré sa musique remixée, son nouveau générique, ses paysages enneigés et sa plastique différente (photographie plus terne et format CinémaScope), on y retrouve cependant toutes les lacunes des dernières saisons de la série originale.

Si la nouvelle fournée se concentre essentiellement sur les retrouvailles entre Harrison et Dexter, elle calque paresseusement le schéma narratif classique des précédentes saisons pour meubler l'intrigue : un nouveau tueur en ville, une traque entre les deux meurtriers, une nouvelle copine, la police qui se rapproche de Dexter et sa difficulté à concilier son rôle de père et ses activités d'assassin.

 

Dexter : New Blood : photo, Michael C. HallPas les retrouvailles attendues

 

Le duo père-fils est la colonne vertébrale de New Blood, mais la série passe plusieurs épisodes à entretenir inutilement un mystère autour de l'identité du tortionnaire qui finit injustement sous-exploité alors que Clancy Brown aurait pu être aussi glaçant que John Lithgow en Tueur de la Trinité. N'étant qu'un outil scénaristique dispensable pour doper le récit, Kurt Caldwell rejoint ainsi les antagonistes les plus anecdotiques de la série

En résulte une saison traînante, bourrée des rebondissements téléphonés et prévisibles (beaucoup reposent d'ailleurs sur le hasard et la coïncidence fortuite), jusqu'à ce que les derniers épisodes bouclent maladroitement les différentes sous-intrigues pour enfin arriver au dénouement. Dexter a toujours eu un faible pour la psychologie de comptoir, mais les nouveaux épisodes continuent de grossir le trait avec son sous-texte sur la filiation et l'hérédité amené dans de gros sabots.

 

Dexter : New Blood : photo, Clancy BrownClancy Brown dans Dexter ou le rendez-vous manqué de New Blood

 

La finesse de l'écriture ne s'arrange pas non plus quand la narration lorgne du côté des teen séries. Certains épisodes tentent clairement de s'approprier quelques codes et thématiques, mais le portrait de l'adolescence est tellement caricatural qu'il en devient le plus souvent risible. Même si le final contrebalance les attentes - et surtout les craintes - concernant Harrison et son comportement déviant, la série emprunte trop de lieux communs pour rendre les nouveaux personnages un minimum intéressant ou surprenant.

Au final, Clyde Phillips a à moitié réussi son pari. Dexter Morgan aurait dû mourir il y a un bon moment déjà et il est de toute façon difficile d'envisager un autre destin pour le tueur enfin descendu de son piédestal. Mais si on laisse le dénouement de côté, New Blood n'est plus qu'un décalque insipide et lassant des précédentes saisons.

Les 10 épisodes de Dexter : New Blood sont disponibles sur MyCanal

 

Dexter : New Blood : affiche française

Résumé

Au-delà du simple plaisir de retrouver Michael C.Hall et Jennifer Carpenter, Dexter : New Blood a essentiellement le mérite de sauver les meubles en donnant au tueur et à la série la fin qu'ils auraient méritée dans la saison 8.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.5)

Votre note ?

commentaires
Tizote62100
17/01/2022 à 10:02

Je comprends pas les critiques j'ai beaucoup aimé cette nouvelle saison j aurais espérer voir une suite mais vu la fin sa m étonnerait quoiqu il y aurait quand même de la place car Harrison a quand mm tué son père a vu sa mère mourrir assassiné alors pk pas faire une genre que son père le hante façon de parlé comme Harry et devra pour dexter car je pense pas que après sa Harrison est une vie tous a fait normal
La fin c t soit la prison soit la mort il ne pouvait en être autrement pour dexter j aurais bien voulu voir la suite avec Angel Batista par contre dommage lui qui le croyais mort

Merveille
16/01/2022 à 16:32

Je pensais vraiment qu'on aurait droit à une saison 2 voir 3... Je crois que c'est la série que j'ai apprécié de tout les temps, comme tout le monde j'ai été déçu de la fin de la première série. Pour cette fin ci je ne m'attendais pas à ça mais il fallait bien une fin. Je suis déçu qu'ils fassent mourir le personnage qui est tellement attachant et sympathique de plus mort provoqué par son fils insupportable !!! Je n'est pas du tout aimé le personnage d Harryson.

FrancisMcKraken
15/01/2022 à 14:17

Il y a de bonnes choses dans cette saison, il y avait matière à relancer la série ou au moins offrir la matière permettant un spin-off centré sur le fils de Dexter.

Sauf que

-Le fils de Dexter est insupportable, on ne le comprend jamais vraiment parce qu'il n'a juste pas l'air très cohérent et semble absolument dénué de toute capacité à retranscrire des émotions.
-La copine flic de Dexter est un personnage totalement creux et sa relation avec Dexter est anecdotique. Elle n'existe que pour sa ressemblance avec Debra dont on comprend bien que c'est ce qui attire Dexter.
-Le tueur en série (Kurt) est juste un autre tueur en série, son personnage met du temps à prendre de l'épaisseur et ensuite on l'éxpédie rapidement. Et puis mince, même au milieu de nulle part Dexter arrive à trouver des tueurs en série.
- La saison est trop courte: en se débarrassant de Kurt à l'épisode d'avant ça ne laissait vraiment pas assez de temps pour mettre en place une fin correcte. Ca donne l'impression que c'est une fin improvisée avec les éléments disponibles pour tenir dans un épisode. Qu'Harrison tue son père moi j'accepte, mais il faut rendre le personnage d'Harrison plus cohérent avant, plus profond. Dexter aurait pu finir scotché sur une table, poignardé par son fils, comme le frère de Dexter dans la saison 1, dans quelque chose de plus intime qu'un coup de fusil dans les bois. Mais j'aurais pris aussi Dexter envoyé en prison pour assumer ses actes. Dexter qui se suicide ça m'allait aussi, en expliquant pourquoi. N'importe quoi d'autre plutôt que cette fin.

Ceci n'est que mon opinion biaisée parce que je dois reconnaitre que je n'ai jamais apprécié la paternité de Dexter, j'ai toujours trouvé que c'était un élément introduit pour renouveler artificiellement la série et qui n'a jamais fonctionné.

Jojo
15/01/2022 à 10:55

Bonne saison et final émouvant !
Oui pour moi aussi c'est la fin que la série méritait.
La relation entre Dexter et Harrison était très touchante.

Béné
15/01/2022 à 09:32

C'est avec beaucoup de plaisir que j'ai regardé ces nouveaux épisodes, et le plaisir arrive des les premières images et la première musique ! N'est ce pas ce qu'on attend d'une série ? Je me suis personnellement régalée, et ça fait du bien !

Lilas
15/01/2022 à 08:48

Déçue par les derniers épisodes j ai l impression qu ils ont été bâclés pour vite donner une fin !! Dexter méritait la punition mais il etait un justicier au final. L apparition de son fils et la suite un peu trop bâclée. L apparition de sa sœur qui le moralise est trop furtive même si elle n a pu le changer il etait bon de la voir plus souvent. Dommage que cela se termine ainsi malgré tout dexter était un tueur très sympathique et méritait des épisodes plus construits pour la fin. Son fils reviendra p être mais ce ne sera plus pareil...

Jim Lindsay
15/01/2022 à 00:50

Article inutile et blasé ...avec mon com tout aussi inutile.
Saison réussie par rapport à la médiocrité ambiante.

ZeC
14/01/2022 à 20:11

Comme toute critique est un point de vue personnel, et souvent subjectif, je dois dire que si je partage certains aspects de cette dernière je bloqué aussi sur le principal argument.

Vous semblez dire que pour des raisons morales relatives à ses exactions, Dexter se devait de mourrir, et le plus tôt possible eut été le mieux (S8).

Je ne suis pas d'accord. D'une part car cela vous positionne d'un côté americano manichéen : les gentils méritent de vivre et les méchants de crever. Utopie crasse et irréaliste, d'autant plus que c'est précisément l'immoralité ou l'inconvenance de la situation qui a fait que nous avons tant aime Dexter.

J'aurais préféré qu'il survive, traqué comme une bête par Batista, afin de transmettre le Code à Harrison qui est finalement tout aussi cruel que son père voire plus. La scène où il casse le bras du lutteur, la laceration de son pseudo pote et le meurtre de son père n'arrange ni son karma ni sa déviance psychopathique. Il est tout aussi dégénéré que son père qui était le seul à pouvoir le cadrer.

Cette fin laisse donc présager un mauvais spin off basé sur l'évolution d'Harrison ou ne sera qu'une énième saison manquée et bâclée sur les deux derniers épisodes.

Dommage.

Mais que ce fut bon de revoir Dex et Deb dans une époque où les séries édulcorées "made for teens" nous glacent le cerveau au point de nous rendre nostalgique de ce début de siècle pathétique.

bonsoirnon
14/01/2022 à 16:01

Ah enfin, ici, on se rend compte que la saison était limite grotesque.

Mais contrairement aux dernières saisons qui étaient dans la continuité esthétique mais avec des scenarios pathétiques.
Cette dernière saison est regardable même dans sa pauvreté, ce qui le place dans la catégorie téléfilm. Écriture médiocre, mise en scene et production pas inspirées, Personnages cliché aux possibles (la podcasteuse, les potes aux Lycée, la victime détestée de tous, les étudiantes...etc des dizaines). Elle est constante dans sa pauvreté.
Seul Michael C Hall s'en sort haut la main, d'ailleurs ses dernières paroles sont tres impactant, acteur d'un haut niveau... le tout ruiné, par l’interprète d'Harrisson, qui joue comme une plaie et par une mise en scene affligeante.
Le début du dernier épisode était très bon, beaucoup de tension, arrestation de Dexter etc... sans doute par là que la saison aurait du commencer.
Bref vous l'aurez compris, acceptez cette saison comme une série telefilm à petite ambition.

Vava
14/01/2022 à 15:07

Vive le spoile

Plus
votre commentaire