Films

Tobe Hooper, le réalisateur de Massacre à la Tronçonneuse et de Poltergeist, est décédé

Par Christophe Foltzer
27 août 2017
MAJ : 25 octobre 2018
10 commentaires
default_large

Si l’humain est un être mortel et, de ce fait, condamné à disparaitre, on a beau être habitué, ça fait toujours de la peine lorsque cela arrive. Et encore plus quand il s’agit de quelqu’un qui a bercé notre enfance et notre cinéphilie.

Tobe Hooper est mort. Voilà, il n’y a pas d’autre façon de le dire, alors disons-le ainsi. Le réalisateur américain nous a quitté dans la journée de samedi, à l’âge de 74 ans, dans des circonstances pour le moment inconnues

 

massacre à la tronçonneuse

 

Comme beaucoup de ses collègues, Tobe Hooper fait partie de cette génération de réalisateurs partis de rien, ayant émergé aux dernières heures du Nouvel Hollywood et qui ont, en l’espace d’un film, changé la face du cinéma pour toujours. Pour lui, ce sera Massacre à la Tronçonneuse, réalisé en 1974 pour 300.000 dollars et qui nous a présenté le légendaire Leatherface dans un style proche du documentaire et tellement radical dans son propos (mais pas aussi gore que ceux qui ne l’ont pas vu le pensent) qu’il s’est fait interdire en France durant de longues années avant que Jack Lang ne l’autorise enfin. Une charge contre la société américaine, les institutions (politiques et familiales, le film s’inscrivant dans le contexte post-Vietnam), qui a traumatisé de générations entières bien plus par son fond que par sa forme brute. Les débuts d’une carrière très prometteuse que Tobe Hooper ne connaitra jamais vraiment.

 

Photo

 

Pourtant lorsque Steven Spielberg lui confie Poltergeist c’est pour beaucoup de monde la chance de sa vie, le Wonder Boy n’étant pas le dernier à lancer des carrières; Mais le tournage est un enfer, Spielberg est ultra présent, et a peut-être même réalisé le film, et Hooper, déjà sujet à de gros problèmes de drogues et d’alcool, ne s’en remettra jamais vraiment. Pourtant, il ne s’arrêtera pas là puisqu’il nous offrira ce classique frappadingue qu’et Lifeforce, qui mélange science-fiction, Alien et film de zombie (et surtout Mathilda May) mais ne retrouvera jamai le chemin des grands studios et des gros budgets, malgré la mini-série Les Vampires de Salem ou encore L’invasion vient de Mars.

 

Photo

 

Une carrière en dents de scie donc mais un parcours des plus passionnants que nous ne saurions traiter ici avec exhaustivité. Reste une oeuvre protéiforme, allant du très bon au très mauvais, la patte d’un réalisateur engagé qui refusait les compromissions et une sacrée galerie de personnages complètement tarés (Massacre à la tronçonneuse 2, Crocodile, The Funhouse…)

Et rien que pour ça, merci Tobe Hooper.

 

Tobe Hooper

 

 

Rédacteurs :
Tout savoir sur Tobe Hooper
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
10 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Galamoth

R.I.P Mr Hooper, « Massacre à la tronçonneuse » m’aura à jamais marqué…

Redmond Barry

Il aura marqué le cinéma avec « Massacre à la troçonneuse ». RIP.

justanotherbeer

Avec Romero il a sorti le cinéma dit d' »horreur » de son côté underground pour initiés ou adolescents et montrer au monde que ces films là pouvaient être du vrai cinéma et bankable en plus ! malheureusement son talent n’était pas soluble dans les diktats du grand hollywood. un franc-tireur ! Avec la disparition de Romero espérons que l’académie des Oscars en profitera pour rendre un hommage appuyé à ce cinéma qui assure une belle partie des revenus des grands studios.

Bubu

Super réalisateur comme george romero tu nous manquera

Dirty Harry

Ma tronçonneuse verse une larme de mazout à la mémoire d’un réalisateur qui aura tout donné le temps d’un film, mais quel film ! RIP